Photographier à la chaîne

IMG_3616 copieCours en ligne #4: je viens enfin d’achever une  longue semaine de mise en place concrète du matériau pédagogique de mon cours. Au lieu de travailler sur un corpus vaste mais indéfini d’albums, choisis par moi au gré des sujets de cours, j’ai pris la décision, au début de ce projet, d’élaborer un corpus d’études clos (mentionné comme tel dans le syllabus) et d’y puiser tous mes exemples.

La constitution de ce corpus s’est faite en coopération avec l’association Livre Passerelle : nous souhaitions avoir, pour nos actions de formation et d’enseignement (moi) et de médiation et d’éducation populaire (Livre Passerelle) une même base, constituant à la fois un échantillonnage d’albums « classiques » et un corpus identifié à un lieu et un temps (Tours, en 2016), de sorte que puissent s’organiser des circulations, de la fac aux bibliothèques de rue, des bibliothèques municipales aux TAP dans les écoles maternelles, etc. Nous y avons passé plusieurs jours, en janvier. Notre corpus commun compte environ 150 titres, auxquels j’ai ajouté, pour des nécessités pédagogiques, une cinquantaine d’ouvrages, tandis que Livre Passerelle, pour tenir compte des conditions de ses propres activités, en ajoutait d’autres de son côté. Il a fallu d’abord se procurer les ouvrages, et j’ai eu la chance de pouvoir bénéficier d’un achat de l’université, puisque mon projet est intégralement financé.

Mon cours étant presque exclusivement en ligne, il me fallait disposer d’images numériques de ces albums. Il est vite apparu nécessaire de procéder à une prise de vue globale de tous les titres, préalable à l’élaboration des divers modules pédagogiques. Il aurait en effet été bien plus chronophage de ne clicher que les pages nécessaires, au fur et à mesure de la constitution des modules ; mieux valait avoir tout sous la main d’emblée, quitte à faire… trop de photos.

Pour passer à une cadence de production cohérente avec le volume de livres, il m’a fallu changer mes manières de faire : utiliser des flash professionnels puissants pour pouvoir faire des photos « à la chaîne », quelle que soit l’heure ou la condition de luminosité ; utiliser des fonds noirs unis, afin que les réglages de couleur soient les plus précis possibles ; utiliser du matériel de prise de vue haut de gamme, garantissant la meilleure qualité de capture d’image, tout en permettant le déclenchement à distance et le cadrage depuis l’écran d’un ordinateur, ce qui limitait considérablement les manipulations. La cellule de production pédagogique de l’université m’a prêté le matériel qui me manquait, et après quelques tâtonnements (ainsi que l’aide plus que précieuse des photographes du magasin Germain Photos, que je remercie!), j’ai pu mettre en place mon « studio » personnel, classer les 200 albums par ordre de taille pour gagner du temps dans la mise en place, séparer les albums au papier mat (qui supportaient les flash) et ceux imprimés sur un couché-brillant nécessitant une prise de vue en lumière naturelle, isoler les « pop-up » et tous les livres exigeant une prise de vue en volume sur un « cyclo » bricolé, photographier tous ces livres, page à page, en RAW, puis traiter les photos, redresser et recadrer au besoin, corriger les défauts de l’objectif, les aberrations de couleurs et les scories diverses, enfin nommer, indexer et archiver les images d’une manière permettant de les retrouver et de les utiliser facilement…

Je dois reconnaître que ce fut une semaine épuisante, mais je me suis prise au jeu… et je trouve désormais que les photos que j’utilisais avant cette période (c’est-à-dire, jusqu’à la semaine dernière!) sont de piètre qualité, avec du grain, des zones floues, un rendu des couleurs discutable. Je dois me refréner et m’interdire de re-clicher des albums dont j’ai depuis plusieurs années une version photographique sur mon disque dur, sinon, je n’avancerai jamais, or j’ai encore du pain sur la planche! Seuls deux modules, sur les 15 prévus, sont déposés sur la plateforme à cette date : je reprends donc papier, crayon et carnets de notes, parce que, décidément, un cours en ligne ne se pense pas exactement comme un cours traditionnel, et j’ai encore des étapes de conception à boucler avant de passer à la production massive des modules eux-mêmes.

F

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Photographier à la chaîne," in Album '50', 14 mars 2016, http://album50.hypotheses.org/1148.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *