Apprendre à écrire avec Eloïsa Perez

atelier
© Eloïsa Perez

Le séminaire mensuel de l’Afreloce à l’ENS a accueilli, samedi 12 mars, la graphiste et chercheuse Eloïsa Perez, venue présenter ses travaux de recherche consacrés à l’apprentissage de l’écriture à l’école. La séance était enthousiasmante. D’abord, parce qu’il est rare qu’un étudiant réussisse à présenter ses travaux en cours avec un tel mélange de grande modestie, de parfaite clarté, et de fluidité. Et puis, parce que tout ce qui nous était montré était beau ! Eloïsa Perez a rappelé son parcours (brillant: les Beaux-Arts de Toulouse en communication, puis un séjour Erasmus en Pologne, puis l’ENSAD et au CELSA, pour finir à l’Atelier national de recherche typographique à Nancy, qui ne retient que 6 étudiants par promotion), qui l’a notamment conduite à s’intéresser à la forme graphique des manuels scolaires, premier pas vers une réflexion sur la pédagogie.

© Eloïsa Perez
© Eloïsa Perez

Ce travail en collaboration avec éditeurs, enseignants, étudiants, fait le constat d’un manque de culture graphique des enseignants – qui s’en étonnera ? Néanmoins, il est préoccupant, à l’heure où l’on demande aux enseignants de l’école élémentaire, ainsi qu’aux enseignants du secondaire dans diverses matières, d’enseigner l’histoire des arts… Ses propositions n’ayant manifestement pas mené à des réalisations éditoriales pérennes, elle décide de réfléchir en amont de cette inculture graphique, en remontant aux sources du travail des enseignants sur le signe graphique : l’apprentissage de l’écriture. Depuis octobre 2013, à l’ANRT, elle mène une recherche active sur les démarches conduisant le petit écolier à intégrer, progressivement, les gestes de l’écriture. D’abord en immersion dans plusieurs classes totalement ordinaires (c’est-à-dire, dépourvues de toute attention particulière à la question graphique ou esthétique), elle a observé les démarches et le matériel employé communément pour cet apprentissage fondamental, et constaté notamment sa relative hétérogénéité. À partir de cette compilation de l’existant et d’une réflexion sur ce qu’elle pouvait observer des démarches mises en œuvre, elle a pu commencer à organiser son travail dans une classe volontaire pour cette expérimentation.

1408711652Sa réflexion, nourrie de sa culture de graphiste, mais aussi d’une curiosité pour toutes les démarches imaginées au cours du temps pour familiariser l’enfant avec « les lettres », du bureau typographique de Louis Dumas aux lettres rugueuses de Maria Montessori, l’a conduite à inventer un dispositif qui, à mes yeux, a le double mérite d’être ludique et esthétique. « Ludique », au plein sens du terme: il fait appel au jeu. Les normographes imaginés par Eloïsa Perez s’inspirent des outils dont ont longtemps eu besoin les dessinateurs industriels et architectes pour dessiner, à la pointe tubulaire, des formes géométrique parfaites. Je me souviens de ceux que je subtilisais sur le bureau de mon père, règles de plastique orange translucide aux formes magiques (certaines permettaient de dessiner une maison), grosses « fleurs » aidant à tracer des cercles de différents diamètres sans utiliser le compas qui perce les calques, alphabets mystérieux car les lettres étaient éclatées, démembrées. J’ai passé des heures à tracer au crayon les formes issues de ces « pochoirs » en plastique coloré. Le matériel pédagogique imaginé par Eloïsa Perez n’a rien oublié de l’enfance : ni le plaisir qu’il y a, alors qu’on sait barbouiller, gribouiller, dessiner librement, à laisser son outil guidé par une forme creuse, « pour voir ce que ça donne », et pour ressentir le mouvement de l’extérieur, sans l’avoir soi-même impulsé, quoiqu’il donne, à la fin, un dessin quand même. Ni la fascination des enfants pour les formes belles…

© Eloïsa Perez
© Eloïsa Perez

Ses normographes, ses formes emboitables, ses puzzle de pré-lettres sont tous réalisés avec un soin délicat, attentif à cette sensibilité de l’enfant que Maria Montessori a si bien su saisir et tourner à son avantage. Les formes sont belles, pleines, équilibrées ; le plastique utilisé, tantôt opaque, tantôt transparent, tantôt simplement translucide et comme givré, est beau à regarder, lourd à manipuler, solide et confortable ; les couleurs chantent entre elles : couleurs traditionnelles du matériel pédagogique (un rouge, un bleu franc) mais aussi couleurs plus inhabituelles, attachées à la confiserie, aux sorbets, aux gadgets enfantins, aux néons dans la rue, aux bijoux de pacotille de l’enfance : bleu pâle, jaune fluorescent, orange… Eloïsa Perez, interrogée sur le discours par lequel elle introduit ce matériel, les consignes qu’elle donne aux enfants, répond par l’évidence : les objets « parlent » d’eux-mêmes, elle n’a ni à les présenter, ni à formuler la moindre consigne, il suffit de les disposer sur une table, et les enfants s’en emparent, jouent aux encastrements, imaginent des manières de dessiner. L’objet fait lui-même office de consigne, ce qui permet une grande autonomie des enfants – encore un principe emprunté à l’éducation nouvelle.

L’un des mérites évidents de ce travail est d’offrir aux enfants une entrée dans la beauté des lettres, des signes graphiques, des gestes. Les classes de maternelle (celles de l’élémentaire aussi) débordent de ces fiches récupérées sur internet, photocopiées par l’enseignant, illustrées de dessins d’une pauvreté affligeante, condamnant les petits élèves au noir et blanc. Les débats, nourris, qui ont suivi la présentation faite par Eloïsa Perez ont montré l’intérêt que soulevait sa démarche. J’ai été frappée que les normographes actuellement en cours d’élaboration, destinés aux élèves un peu plus grands, insistent sur la combinatoire de gestes élémentaires destinés à la composition d’une lettre (les lettres les plus « simples » visuellement sont parfois celles qui demandent le plus grand nombre de gestes coordonnés entre eux). Il me semble retrouver, dans cette attention extrême portée à la combinaison d’éléments simples pour produire de la complexité, les fondements de la pédagogie imaginée par Froebel : lui aussi pensait le développement moteur et intellectuel de l’enfant à partir d’objets, ces « dons » (Gabe) dont il avait gradué la complexité, depuis les formes géométriques élémentaires. Néanmoins, si les formes élémentaires de Froebel permettaient de représenter des lettres, elles n’invitaient pas du tout à l’appropriation gestuelle, par l’enfant, d’une graphie de plus en plus souple et personnelle du « canon » des lettres. Je suis particulièrement curieuse de suivre les prolongements des recherches d’Eloïsa Perez !

La plupart des images illustrant ce billet sont empruntées au site d’Eloïsa Perez, aussi élégant et clair que son matériel pédagogique : http://eloisaperez.fr/

201403201016202740
Exemple de « dons » de Froebel, depuis les sphères en laine destinées au bébé.
Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Apprendre à écrire avec Eloïsa Perez," in Album '50', 25 mars 2016, http://album50.hypotheses.org/1187.

 


Une réflexion au sujet de « Apprendre à écrire avec Eloïsa Perez »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *