Ça tourne!

IMG_5424Cours en ligne #8. Jeudi 19 mai, l’équipe de production pédagogique de l’université s’est rendue à l’école élémentaire Claude Bernard, dans le quartier du Sanitas à Tours, pour filmer une des interventions de lecture de l’association Livre Passerelle.

Mon objectif pédagogique était de pouvoir disposer de courtes séquences mettant en évidence ce qui se joue dans la lecture à haute voix d’un album à un enfant, en termes « incarnation », de corporéité. Pour cela, il fallait filmer un lecteur adulte et des enfants auditeurs. Après avoir brièvement caressé l’idée de filmer une mise en scène décidée pour l’occasion (nous aurions réuni quelques enfants choisis, et un lecteur chevronné acceptant d’être filmé), la décision a été prise, en accord avec l’association Livre Passerelle, de venir filmer une action habituelle, en l’occurrence un rendez-vous hebdomadaire qui se tient, depuis près de 10 ans, dans cette école d’un quartier populaire. Les animatrices s’installent dans la cour et sous le préau de l’école, depuis cette année avec le camion, et installent caisses et valises de livres, mais aussi tapis, chaises longues, bancs et coussins, pour un moment de lecture d’albums, pour moitié sur le temps scolaire (et les classes se succèdent alors selon un planning interne à l’école), et pour moitié sur les temps d’accueil des familles (fin des cours, fin du « club coup de pouce », fin de l’étude ou du temps périscolaire). Nous avions pour notre part décidé de ne filmer que sur le temps scolaire, ce qui nous permettait de nous assurer que nous avions bien l’autorisation de filmer tous les enfants présents.

Une caméra fixe installée avant l’arrivée du camion permettra de mettre en évidence, en « timelapse », tout le travail des animatrices (une lectrice professionnelle, une stagiaire, des bénévoles, et même une auteur-illustratrice en résidence arrivée la veille) pour transformer un préau et un corridor d’accès en « salon de lecture » accueillant pour les livres et pour les enfants.

Les CE2 nous attendaient de pied ferme, et sont venus s’installer dès l’ouverture des valises de livres, pour s’emparer des albums dont ils ont désormais l’habitude. Le travail commençait pour la prise de vue, et surtout, de son! Il s’agissait de saisir ce qui se joue dans cette médiation physique de l’album – mais pour cela, il fallait réussir à capter les voix des lectrices, dans l’acoustique discutable du préau, au milieu des mouvements libres des enfants: beau défi pour Jean-Philippe et Lionel…

Pas de photos des enfants sur ce blog: nos prises de vues ne sont autorisées que pour un usage pédagogique. Il faudra donc se contenter d’imaginer tel petit garçon réclamant qu’on lui lise Dans le loup de Claude Ponti, bien qu’il ait manifestement passé l’âge de se régaler de petits albums cartonnés de 4 pages… et s’isolant dix minutes plus tard avec une fillette pour le lui lire à son tour. Ou ces deux fillettes de CE2, assises en tailleur l’une et face de l’autre, et se lisant mutuellement Pomelo grandit, en alternant les rôles de lectrice et d’auditrice à chaque double page, avec un très grand sérieux. Ou encore tel adolescent, assis sur un banc à l’extérieur de l’école, regardant les gamins avec un air dubitatif et légèrement supérieur… puis profitant de l’ouverture des grilles pour se glisser à l’intérieur, et s’assoir au bout d’un banc où une bénévole lit un album à une petite fille, mais en consultant ostensiblement son portable… pour finir par rire à gorge déployée quand une autre bénévole vient s’installer pour lire à cette brochette de garçons Le Parcours de Paulo, épopée d’un spermatozoïde… album dont il finira par s’emparer pour le lire à son tour à deux copains aussi grands que lui, hilares comme lui!

Merci à Livre Passerelle de nous avoir accompagnés dans ce projet, et d’avoir accepté que nous perturbions un peu ce rendez-vous hebdomadaire – en particulier à Clémentine – et merci à l’école Claude Bernard d’avoir fait en sorte que nous puissions filmer les enfants au travail avec les livres et la lecture – en particulier, à Sandrine et Marie, les maîtresses des deux classes présentes ce jeudi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *