À la recherche des Petits Livres d’Or

À peine libérée de l’ANR Mame, il faut se mettre au nouveau chantier de recherches, imprudemment baptisé Histoire et esthétique de l’album pour enfants en France depuis les années 1950, ainsi que me l’ont fait remarquer, moqueurs, mes camarades de l’Afreloce lorsque j’en ai présenté les prémices au séminaire mensuel qui se tient à l’ENS: au vu de la masse d’informations à traiter, c’est un programme qui devrait m’occuper 50 ans, selon eux. D’où le titre polysémique de ce ‘carnet de recherches’.

Les travaux que je souhaite présenter en septembre au colloque History and Theory of the Picturebook qui se tient à Tübingen portent sur l’influence américaine dans l’album pour enfants français au sortir de la guerre. Il m’a paru tout naturel de commencer mon enquête par la plus célèbre des collections populaires des années 1950, les Petits Livres d’Or.

C’est là que les ennuis commencent. Pour le chercheur dont les objets sont peu légitimes, la recherche débute généralement par la constitution matérielle du corpus lui-même, pas ou mal conservé en raison de sa faible valeur esthétique et/ou patrimoniale. Les Petits Livres d’Or ne font pas exception: littérature pour enfants, littérature en images, collection populaire, voilà trois raisons de n’avoir été l’objet que d’une faible attention des institutions vouées à la conservation patrimoniale.

Échaudée par une première déconvenue il y a quelques semaines (j’étais naïvement allée à la BNF à Tolbiac, avant de me rendre compte que les collections Cocorico signalées dans le catalogue étaient éparpillées entre plusieurs sites), j’ai préféré commencer mes recherches à l’Heure Joyeuse. Las! les craintes d’une crue de la Seine ont obligé il y a quelques années à déplacer les collections dans un entrepôt extérieur, et ma demande a obligé les conservatrices à aller exhumer fort loin une trentaine de Petits Livres d’Or « haute époque », qui ont été acheminées rue St Séverin dans un caisson de transport. Disparates (éditions étagées de 1949 à 1956) et parfois très abîmés (l’usure et les reprises des volumes témoignant du succès de certains titres auprès des petits lecteurs), ces 34 premiers titres m’ont permis de poser les bases de l’exposé que j’ai présenté le 28 mai à l’Afreloce.

Mardi dernier, j’ai souhaité poursuivre mon enquête auprès de collections plus exhaustives. Le catalogue de la BNF indiquait que les premières éditions se trouvaient à l’Arsenal. Je m’y suis donc présentée à l’ouverture… pour m’entendre dire, une demi-heure après mon arrivée, que les cotes que je demandais correspondaient à des ouvrages déménagés à Versailles en 1971. Et qu’à la fermeture de l’entrepôt de Versailles, ils avaient été versés dans un autre entrepôt, de grande hauteur, à Bussy, dans lequel on peut les considérer comme perdus pour la cause. Aucun livre donc à l’Arsenal… Mais la très charmante conservatrice qui m’a expliqué l’ensemble a pris son téléphone pour s’assurer, avant de me faire déplacer, que les exemplaires suivants, certes pas des premiers tirages, étaient bien stockés aux cabinet des Estampes comme indiqué sur le catalogue. Un quart d’heure plus tard, elle me le confirmait: les livres étaient là-bas,  et ils m’attendaient.

Aux Estampes, enfin, la bonne surprise, celle qui réjouit le cœur du chercheur: les livres sont là, ils sont en bon état (et la manipulation ne les détruit pas, contrairement aux petits cartonnages Mame des années 1830), et ils sont même rangés dans un coffret de carton, par lots d’une trentaine. On me permet d’avoir le carton entier sur ma table. Je fais même la connaissance, tout à fait fortuitement, de deux amateurs très éclairés d’enfantina, qui partagent la même table.

Je pourrais m’amuser à chiffrer, pour le laboratoire de recherches qui m’accueille, le coût de cette première exploration: billets de TGV pour Paris, temps perdu dans les déplacements, erreurs d’aiguillage dues à un catalogage approximatif sur certaines séries… Mais ce serait démarrer fort aigrement une recherche qui, pour l’instant, me donne beaucoup de plaisir.

[mise à jour en avril 2016: le livre tiré de ces quelques années de recherches est désormais paru.]


16 réflexions au sujet de « À la recherche des Petits Livres d’Or »

  1. Je recherche un livre dont je ne connais malheureusement pas le titre année 1956 environs, c’est l’histoire d’une girafe dans la jungle qui est triste car elle croit qu’elle n’a pas d’amis. Un jour elle fait croire qu’elle a la jambe cassée et met un mouchoir en guise de pansement. La jungle se mobilise, on vient la voir et surtout elle reçoit des dizaines de lettres avec des enveloppes couleur pastel rose, bleu, vert et elle est très heureuse. C’est ce que je serai si vous pouviez m’indiquer le titre de mon premeèr livre d’enfant que je cherche depuis40 ans et que je n’ai jamais retrouvé

    1. Bonjour,
      je ne vois pas à quel titre renvoie votre description, et j’en suis désolée, mais peut-être qu’un internaute verra votre question et en saura davantage que moi! Bonne quête!
      CB

  2. Bonjour
    Un lecteur nous pose une question à la bibliothèque de Marseille sur un album :
     » l’histoire d’un village de poules qui font leurs courses; une rue principale avec les commerces creusés au bas des troncs de gros arbres; des cocottes avec un sac à main sous l’aile; les vitrines des boutiques remplies d’articles… d’après mes souvenirs, il pourrait s’agir d’un petit Livre d’Or pour enfants avec des illustrations. Je ne me rappelle que de la page où une petite poule, son sac sous l’aile, fait ses courses dans une rue, dans la foret; les boutiques sont au pied des arbres, creuses dans le tronc. »
    Avez vous des pistes à nous communiquer Je vous remercie

    1. Bonjour,
      je suis désolée, ce titre ne me dit rien. J’ai pensé d’abord, au vu de la description, à un album de Richard Scarry, mais il ne semble pas que cela corresponde.
      Désolée…

  3. Bonsoir
    je cherche vainement un petit livre d’or de mon enfance qui parlait d’un ornithorynque, sous forme de questions-réponses, genre « il a un bec? » « oui mais ce n’est pas un canard » si mes souvenirs sont bons… Mais ça remonte loin et il me semble que le titre était « quel est donc cet animal? » sans garantie aucune 🙁
    Si quelqu’un pouvait m’aider!
    Merci

    1. Je pense que vous parlez de Lapin et ses amis de Richard Scarry (n°58 de la collection): Lapin tombe au fond d’un terrier et y trouve un œuf. Lorsqu’il éclot, ni lui ni ses amis ne parviennent à identifier l’animal, et ils croient d’abord qu’il s’agit d’un canard.

  4. Bonsoir,
    Je recherche depuis quelques mois, 4 albums (un assemblage de tous ces petits livres d’or). Mes parents me les avaient offerts il y a de cela environ 40ans. Il y avait si je me souviens bien, un bleu, un vert, un jaune et un rose. Ce sont des histoires et des images qui m’ont accompagnées durant mon enfance. J’aimerais tant retrouver ces mêmes albums si possible. Savez-vous où je pourrai les trouver???!!! Merci

    1. Je ne connais pas cet assemblage, mais un collectionneur va peut-être voir votre message et connaître la réponse!

  5. Bonjour,

    Je tombe par hasard sur votre blog et je découvre avec étonnement et grand plaisir que les petits livres d’or, toujours chers à mon coeur , viennent de faire l’objet d’un très intéressant travail!
    Etant toujours aussi fan des Chatons barbouilleurs et de Youkoulili qu’à leur naissance (hélas à peu près contemporaine de la mienne!), je voudrais bien lire votre thèse: est-elle publiée maintenant? où puis-je la trouver?
    D’autre part, peut-être pourriez-vous m’indiquer si vous jugez intéressant d’essayer de faire rééditer le livre d’Eudoxie Dupuis, « Tour du monde en coquille de noix »? (J’en ai déniché un exemplaire en très mauvais état et il semble qu’il en existe encore très peu). Si oui, comment procéder?
    cordialement,
    A.Chassing

    1. Bonjour,
      le manuscrit est actuellement chez l’éditeur: dès que j’ai un accord ferme, et une date de sortie, je le publierai sur ce blog!
      Quant aux rééditions, il est délicat de répondre. Si c’est une réédition à visée commerciale… je pense qu’il est sage d’y renoncer: le public n’est pas suffisant. Mais une belle édition numérique, à visée patrimoniale, bien commentée et mise en valeur, pourrait avoir son intérêt!

      1. Merci beaucoup pour votre réponse!
        Je vais donc visiter régulièrement votre blog.
        En ce qui concerne le livre d’E.Dupuis, ce ne serait pas à visée commerciale puisque je ne suis pas du tout dans ce circuit mais simplement pour faire connaître ce livre, dont l’idée du voyage autour du monde mais surtout les illustrations me semblent encore susceptibles de charmer.

  6. bonjour, moi aussi je cherche un petit livre d’or ou du même genre et époque, ça parle d’une famille de cochons, M. et Mme Cochonnet Leporc, ils ont un bébé et le perdent parce que la maison est mal rangée, et le pauvre bébé se trouve jeté avec le linge sale.
    Une phrase m’est restée : as-tu regardé sous la baignoire ? !!!
    si vous connaissez ce petit livre, merci de me donner la référence.

  7. bonsoir!
    Un autre album me hante, une histoire de nuit de noël, d’enfants qui attendent le père noël, leur nez collé à la vitre et leurs joues bien rouges. Adorable album que je n’ai jamais retrouvé. Mais j’en ai d’autres, si je peux être utile….

  8. Bonjour, je viens de lire avec beaucoup d’intérêt votre récit sur les difficultés que vs avez rencontrées ds le cadre de votre recherche sur les éditions anciennes des petits livre d’or.Je suis une ancienne lectrice assidue de ces ouvrages qui ont marqué ma petite enfance d’images indélébiles.Je reconstitue à grand peine ma collection d’autrefois en rachetant sur ebay certains exemplaires originaux. Cependant, il en reste un qui me « hante », si je puis dire, dt j’ai oublié le titre et qui racontait l’histoire d’un personnage qui changeait sa tête en chocolat ou en pistache.. cela vs dit-il quelque chose, vs qui avez pu approcher les cartons aux Estampes?? je serais tellement heureuse d’avoir éventuellement un indice de votre part!!! merci d’avance!

    1. Bonsoir,
      à froid, cette histoire ne me dit rien, mais comme je les lis tous, je vais forcément tomber dessus un jour ou l’autre… Avez-vous une idée de sa date de parution (la décennie suffira!)?
      Cordialement,
      Cécile Boulaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *