Lectures de printemps

Deux revues consacrées totalement ou en partie à l’album égaient ce printemps qui peine à se fixer. Publiée par l’Atelier du poisson soluble et dirigée par Sophie Van der Linden, la revue Hors cadre(s) consacre son numéro 18 à l’humour. J’ai parfois regretté que le format magazine de cette revue laisse la lectrice que je suis sur sa faim : le sujet est à peine esquissé que le papier s’arrête déjà… Cependant, ce dernier numéro offre de jolis moments, comme cette présentation de jeunes illustrateurs par Martin Salisbury, leur professeur, et surtout un eIMG_5545ntretien de Sophie van der Linden avec Olivier Douzou, sur l’humour des albums qu’il crée et de ceux qu’il publie. Plein de belles choses à lire, comme cette opposition entre l’éclat de rire et le sourire intérieur, et surtout un paragraphe d’une grande densité qui offre une réflexion sur l’adresse à l’enfant :

« Se comprendre comme enfant, c’est comprendre qu’on est en devenir. Accéder à cette compréhension, c’est quelque chose d’énorme,et qui demande une humilité phénoménale. Aucun adulte ne résisterait à cela, ne supporterait cette instabilité permanente. Et ce n’est pas simplement la question de grandir, ce se transformer. Plus profondément, c’est accepter que l’on ne sait pas encore. »

« Accepter que l’on ne sait pas encore » me paraît une formule qui touche juste. Elle me renvoie en tout cas à un sentiment que j’ai le sentiment d’avoir bien connu durant ma propre enfance. Souhaitons longue vie à la revue Hors cadre(s) !

IMG_5547

IMG_5548Mémoire d’images, la revue de l’association du même nom, a sorti il y a quelques semaines son numéro 37. Splendide maquette, belle impression, sujets audacieux : on y retrouve les constantes de l’équipe « mémoire d’images » ! Benoit Marchon propose un entretien avec Mijo Beccaria à propos du lancement de Pomme d’Api en 1966. Quant à Béatrice Michielsen, elle offre un point de vue plein de délicatesse sur l’œuvre encore méconnue de Françoise Seignobosc, dite simplement Françoise, dont MeMo réédite actuellement certains albums. Je ne saurais trop recommander la revue, dont j’ai parlé ici dès juin 2012, alors qu’elle était encore en noir et blanc. L‘équipe qui la fait vivre ne ménage pas ses efforts pour la rendre toujours plus belle et plus passionnante : là encore, bravo !

IMG_5550


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *