La Barbe Bleue: un iconolivre

Hier soir, mardi 13 septembre, François Fièvre procédait à la présentation de son édition critique électronique du Bluebeard de Walter Crane, un album de 1899. Entamé dès octobre 2013, le projet est en ligne depuis juin, mais la présentation détaillée d’hier soir a permis d’évoquer l’ensemble des fonctionnalités de cette édition numérique iconotextuelle, et surtout, d’en imaginer déjà les prolongements enthousiasmants: une bibliothèque européenne de l’album pour enfants?…

20160913_1803482 L’idée de cette édition du Bluebeard est née pendant le contrat post-doctoral de François Fièvre à la MSH Val de Loire, dont la mission est le soutien à la recherche en SHS, notamment au sein de l’atelier numérique qui apporte son appui aux chercheurs et équipes, mais s’efforce aussi de développer de nouveaux outils.

François, comme beaucoup d’entre nous (aussi bien au sein de mon labo, l’InTRu, qu’à l’intérieur de l’Afreloce) travaille sur des livres illustrés, des albums, des iconotextes : c’est-à-dire des objets matériels se présentant sous la forme du codex mais dont le sens et les fonctionnalités se révèlent à l’interaction des effets textuels et des effets iconographiques, au sein d’un dispositif matériel (le livre lui-même, les manipulations qu’il impose). Pour François, éditer un toybook de Walter Crane, c’était pouvoir à la fois :

  • fournir à son lecteur des informations de nature philologique (comme on le fait, dans les disciplines littéraires, en procédant à une édition de texte – et le numérique ne change rien à l’affaire)
  • commenter l’image en détail, aussi bien en termes iconographiques que sous l’angle de l’interprétation (cette démarche est familière aux historiens de l’art, et là encore, ils ont trouvé sur internet d’excellentes manières de remplir ces fonctions)
  • analyser l’objet livre lui-même, selon les principes de la bibliographie matérielle.

Il fallait donc imaginer un objet numérique hybride remplissant ces diverses fonctions tout-à-fait caractéristiques de l’étude des iconotextes. Après des mois de travail au sein de l’atelier numérique, avec l’aide notamment de l’informaticien Julien Teytau, un premier prototype d’iconolivre est né. Il est consultable librement à cette adresse : http://waltercrane.univ-tours.fr.

L’objet qui nous a été présenté hier soir me paraît remarquable. Il répond parfaitement aux questions  que s’était posées François Fièvre, à savoir : est-il possible de faire une édition critique d’un livre d’images ? et peut-on pour cela tirer parti des possibilités du numérique ? Une analyse minutieuse des projets d’édition critique et philologique accessibles sur le web a permis à François d’affiner son projet, et à l’équipe de décider quelles technologies seraient développées pour obtenir l’ergonomie visée par le chercheur. En l’occurrence, c’est le zonage SVG de l’image, associé à un traitement XML du texte, qui a permis d’arriver au résultat actuel.

Glisser la souris sur l’image fait apparaître des zones de surbrillance, isolant certains éléments de la composition.

Cliquer sur une de ces zones fait apparaître en marge un commentaire, appelé « article » et numéroté de manière à être citable sans difficulté (car il s’agit bien d’une édition savante).

bb4Le texte n’a pas été oublié : cliquer sur un cartouche de texte fait accéder à la une traduction du texte anglais, elle-même pourvue de commentaires.

bb5Enfin la souplesse offerte par le numérique (nombre d’images illimité, grande qualité de la photographie des objets) permet ici à François Fièvre de se livrer à un passionnant travail de bibliographie matérielle. Nous accédons par exemple à plusieurs séries d’épreuves préliminaires, dont la comparaison permet de comprendre certains choix esthétiques, mais aussi de se rendre compte des étapes de fabrication, donc d’accéder à une meilleure compréhension de l’objet (par exemple, la raison de l’existence des pages blanches).

La discussion entre chercheurs, ingénieurs, directeurs de collections, bibliothécaires, s’est alors déployée autour de quelques idées : comment faire que ce type d’objet, produit par une instance de soutien à la recherche qui n’est pas un « éditeur » au sens strict, puisse obtenir un ISBN, condition de son intégration dans la bibliographie du chercheur – compte-tenu du fait que, dans certaines disciplines, la production d’un savoir exposé sous forme numérique n’a pas encore acquis la dignité d’un livre ? Sous quelle condition ce prototype peut-il être réinvesti au service d’un autre projet d’édition scientifique, en termes d’ergonomie et de développement, comme en termes économiques ?

Ces questions sont fondamentales. En effet, à la vue du résultat, le chercheur spécialisé dans les albums pour enfants ne peut que s’emballer en imaginant les infinies possibilités qui s’offrent à lui. La connaissance de l’objet « album » est encore balbutiante : si l’album contemporain a acquis ses lettres de noblesse et fait désormais l’objet de publications nombreuses, en revanche nous connaissons encore mal son histoire, et plus mal encore l’histoire des albums publiés dans d’autres pays que la France. La transformation de cet « iconolivre » prototype en une matrice pour une collection entière permettrait d’imaginer la constitution, par exemple, d’une vaste bibliothèque européenne de l’album pour enfants, qui donnerait accès, en version bilingue comme ici, à une sélection représentative d’albums choisis pour leur intérêt artistique, littéraire, mais aussi historique, philologique et technique. Contextualisés, analysés, commentés, ces albums construiraient une véritable culture commune de l’objet, européenne et multiculturelle…


Une réflexion au sujet de « La Barbe Bleue: un iconolivre »

  1. Merci pour ce commentaire, Cécile. Je précise par rapport à la présentation que j’ai faite le soir même que non seulement les différentes parties sont citables grâce aux numéros d’articles, mais aussi que tous ces articles ont une url distincte, ce qui les rend citables non seulement dans une bibliographie, mais aussi via des hyperliens.
    Sinon, ce modèle a bien entendu des défauts qu’il faudrait corriger si l’on devait passer à un stade de collection, voire de bibliothèque européenne de l’album pour enfants – que j’appelle de mes vœux! –, mais c’est le défaut inhérent à tout prototype, et je pense qu’il serait aisé de rectifier le tir. En tout cas, merci encore de ton enthousiasme!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *