École et éducation nouvelles: un documentaire passionnant

Arte a diffusé le 7 septembre dernier le magnifique documentaire de Joanna Grudzinska sur les écoles nouvelles en Europe entre les deux guerres : Révolution école (1918-1939). Pour ceux qui ne l’auraient vu ni ce soir-là, ni en replay pendant la semaine qui a suivi, il est toujours possible de le visionner en vidéo à la demande, pour la modique somme de 2,99€ – on peut aussi le faire acheter pour sa bibliothèque universitaire, ce que je me suis empressée de faire ! Avec un petit pincement de jalousie : le thème de ce film d’1h20 est aussi celui d’une de mes séquences de cours traditionnelles, lorsque j’évoque la création des Albums du Père Castor par Paul Faucher, lui qui se prétendait « sergent recruteur de la nouvelle éducation« . L’an dernier, c’est même la séquence qui nous a servi de test au moment d’expérimenter la transformation d’un cours ordinaire en « cours en ligne ». Sur le même principe (réaliser une séquence vidéo, qui intègre en priorité des images d’archives, avec un commentaire en voix off, laissant le plus possible la parole aux protagonistes, à travers la lecture de leurs écrits), j’aboutis malgré tout à du bricolage… tandis que le film de Joanna Grudzinska  réussit à être tout à la fois pédagogique, vivant, émouvant – lorsqu’on entend, en fond sonore, le chant pur des enfants de la chorale de Frantisek Bakulé, ou quand on voit les écoliers de Freinet construire la maison d’école. Les extraits de films d’époque réalisés souvent dans les écoles nouvelles elles-mêmes sont d’une prodigieuse richesse, et le documentaire leur laisse une large place.  Au générique, on retrouve les noms de tous les spécialistes de la question : cette synthèse de travaux savants pensée pour le grand public est une magnifique réussite en termes de réalisation. Seul regret : par un souci de « politiquement correct » un peu ridicule, les images ont été légèrement floutées lorsque les films montraient enfants ou adolescents nus (beaucoup de ces écoles nouvelles promeuvent alors le naturisme). Au moins, je ne pourrai pas être accusée d’incitation à la pédo-pornographie si je recommande à mes étudiants de visionner ce film en complément de mon cours !

Crédits illustration: ©Association des amis de Freinet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *