Tout toute seule

tutto-da-me_ing3Imagiers #4. Plus cérébral est l’album de William Wondriska, Tout toute seule, paru initialement en 1963. Dans ses albums, Wondriska expérimente les rapports du dessin et de la typographie ; c’est le cas notamment dans le magnifique Puff publié en 1960 par Pantheon (NY) – Barbara Bader rappelle que Wondriska est élève à la School of Design de Yale au moment où Josef Albers est à sa tête. Il y est condisciple de Paul Rand, et les deux artistes mettent en œuvre, dans leurs albums pour enfants, les propositions graphiques héritées du Bauhaus.

Dans ce livre, récemment réédité par Helium (d’après l’éditeur italien Corraini), c’est une petite fille qui s’exprime, Alison, présente dans l’image en photographies détourées.

img_7865Si l’on excepte la phrase d’introduction (« Il était une fois une petite fille appelée Alison qui savait faire beaucoup de choses toute seule »), l’album se présente sous la forme du monologue : Alison énumère ce qu’elle sait faire, sous la forme de syntagmes à l’infinitif (« courir très vite », « réussir une galipette », « réciter l’alphabet »). Les 9 premières doubles pages sont consacrées à des actions crédibles de la part d’une fillette ; mais après qu’elle a dit « faire un rêve », alors l’album propose des extrapolations oniriques, qui s’étalent sur 10 pages : « construire un pont », « partir vivre au zoo », « aller sur la lune ».

Graphiquement, Wondriska sépare l’énumération en deux ensembles : d’une part, les compétences qui nécessitent un apprentissage, ou tout au moins une expérience, et quimg_7869i scandent de ce fait la croissance et la maturation de la petite fille : « compter jusqu’à 10 », « donner une pièce au livreur », « observer un oiseau noir ». Ces éléments sont listés sur des pages presque dépourvues d’images, avec une police légèrement oblique, et à large empattement, qui rappelle l’écriture appliquée des maîtresses d’école et des livres pour les apprentis lecteurs. D’autre part, les activités qui réclament un investissement physique ou psychique intégral de la part de l’enfant : « crier », « faire un rêve », « plonger dans les profondeurs » – et dans ce cas, c’est l’image qui investit la page, même quand cette image est constitué de lettres, car ni Wondriska ni Paul Rand n’oublient jamais la force percutante de la graphie des lettres.

Est-ce que cela reste un imagier ? Pour moi, c’en est un, dans la mesure où le livre faitimg_7876 exister objets et notions par l’image. Ici, objets et notions sont liés à ce que sait ou désire faire une petite fille d’environ 4 ans : c’est un imagier thématique. Le collage de photographies détourées sur des dessins au schématisme assumé, presque maladroit, souligne la puissance de l’imagination enfantine, parce que les actions désirées ont plus de couleurs que les images saisies photographiquement : il y a autant, sinon plus de force dans la représentation iconique d’actions imaginées et souhaitées, que dans la représentation textuelle d’actions réelles et réalisées. Comment mieux dire l’importance, pour le jeune âge (et pour tous…), de la force vitale résidant dans le désir, dans le fantasme, dans la capacité à se projeter par l’imagination ? La conclusion est en effet imparable : rêver fait grandir.

img_7883


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *