Des albums pour enfants dans toutes leurs langues

livreensemble-212x300Cette semaine se tenaient à Toulouse trois journées de colloque pour réfléchir au plurilinguisme et au pluriculturalisme à travers l’album pour enfants. Intitulé Livre ensemble, le colloque était l’aboutissement de trois années de recherches dynamisées par Euriell Gobbé-Mévellec. Je n’y intervenais pas, je suis venue venue écouter :  mes travaux les plus récents sur l’album et sa musicalité m’ont donné envie de découvrir ce que font de l’album des chercheurs aux travaux plus pragmatiques que les miens, plus ancrés dans une pratique quotidienne qui fasse entrer en jeu l’oralisation des albums.

Comme souvent dans les colloques, ce qu’on trouve n’est pas exactement ce qu’on était venu chercher. Ces journées constituaient en quelque sorte ma première initiation aux notions de « plurilinguisme » et de « pluriculturalisme » en milieu éducatif. Passionnante découverte dans les premières interventions, mais lassitude un peu, au fil des trois jours, tant certaines communications ressassaient ad libitum les mêmes convictions exposées dans les mêmes termes – avec un effet un peu contre-productif :  au lieu de convaincre du bien fondé des démarches par la référence à des travaux scientifiques antérieurs, ces redites finissent par donner le sentiment d’un dogme qu’on véhicule sans plus l’interroger, et qu’on enseigne comme on assène une vérité intangible.

J’ai bien conscience que cette impression est produite par la concentration en peu de jours de nombreuses interventions, préparées par des chercheurs qui chacun s’efforcent de récapituler les fondamentaux sur lesquels s’appuient leurs réflexions : l’impression fastidieuse ressentie par l’auditeur n’invalide évidemment pas l’intérêt des notions en jeu. Mais je regrette malgré tout que les participants ne sachent pas couper dans leurs prolégomènes, pour passer plus vite et surtout plus longuement à la présentation des actions qu’ils ont imaginées et mises en œuvre sur le terrain. Je ressors, en fait, avec une certaine frustration de n’avoir pas mieux touché du doigt la dimension concrète des pratiques de chacun.

Des réalisations concrètes

De ce fait, ce qui émerge pour moi de ces trois riches journées, ce sont les moments où on a pu voir, entendre, toucher des exemples de réalisations concrètes – certaines belles, inventives, courageuses, riches. Latisha Mary nous a par exemple présenté avec beaucoup de détails une expérimentation menée en petite section de maternelle par une professeure des écoles qui a imaginé et mis en place tout une série de dispositifs pour prendre en compte la diversité linguistique de ses petits élèves, en majorité turcophones. Simples en apparence, ne nécessitant pas de grands moyens, ces gestes pédagogiques sont pourtant la mabeauverdodurque d’une observation profonde, d’une réflexion construite et d’un réel engagement de l’enseignante – et en fait, ils ne sont pas si « simples », à l’image de  cette invitation faite aux parents d’être présents dans la classe, ou cette scène où une maman glose en turc l’histoire du Beau ver dodu racontée par la maîtresse. Mais le pari semble remporté, quand on voit deux enfants feuilleter ensemble un album (en français), le commenter entre eux (en turc) et rire aux éclats, dans une belle complicité avec le livre et la culture écrite.

Sandrine Deprez-Gross, professeur des écoles « itinérante » en UPE2A (des classes destinées aux enfants nouvellement arrivés) et titulaire d’un doctorat de sciences du langage consacré à l’intercompréhension, a présenté une démarche pédagogique assez complexe (puisqu’à cheval sur deux écoles aux profils vraiment différents) à partir de l’album Le loup qui voulait changer de couleur. C’était là encore passionnant, et on aurait aimé l’entendre plus longuement détailler son organisation avec de petits élèves tous singuliers dans leur profil linguistique.

Alors qu’il était en permanence question de l’image de certaines langues et cultures, de la nécessité de battre en brèche les préjugés négatifs à l’égard de certaines langues (alors que d’autres, notamment les langues européennes, bénéficient d’une aura favorable), et de l’importance d’aider l’enfant à se construire une représentation positive des langues qu’il connaît, l’initiative la plus concrète de ce colloque m’a semblé celle de Saïd Benjelloun, professeur d’arabe, poète et calligraphe. Après un exposé court et précis sur la langue arabe, et notamment ses deux versions, littérale et dialectale, il a tout simplement proposé aux participants au colloque de vivre, comme les élèves à qui s’adressent ses ateliers, un moment d’initiation à la calligraphie arabe, revenant au geste fondateur de la culture écrite, celui qui consiste à graphier. [merci à Christophe Meunier pour cette petite vidéo]

Elsa Bezault (dont j’ai eu la surprise agréable de découvrir qu’elle avait été étudiante dans mes cours) a présenté, à son tour, avec beaucoup de clarté, les dispositifs imaginés par l’association D’Une Langue À L’Autre (Dulala) dans laquelle elle est formatrice. L’association, basée à Montreuil, a vocation à intervenir dans des situations éducatives où le plurilinguisme des enfants, perçu comme obstacle, pourrait se transformer en atout. Elle organise des ateliers, dispense des formations, et invente des dispositifs pour accompagner ces actions, notamment deux livres, Les Langues de chat et Sophie et ses langues.

Qu’est-ce qu’un « album »?

La présentation des modalités d’action de Dulala, parfaitement convaincante, a fait émerger ce qui, à mon sens, était l’angle mort de ce colloque : la définition précise du terme « album ».

sophie-et-ses-langues_dulala_couverture_sans_blancs1En effet, alors qu’une partie des intervenants employait le terme sous son acception purement éditoriale et commerciale (un album, c’est un livre pour enfants essentiellement constitué d’images), une autre partie limitait l’emploi de ce termes aux livres relevant d’un genre spécifique (un album, c’est un livre qui véhicule une œuvre littéraire iconotextuelle et suppose une lecture esthétique). D’où quelques malentendus : appelle-t-on encore « album » un objet dont la vocation est d’accompagner un protocole de transmission pédagogique ? Appelle-t-on « album » un livre dont la modalité d’interprétation est univoque, comme ça doit l’être si le livre est un instrument au service d’un projet d’inculcation extérieur à lui ? Appelle-t-on indifféremment « album » un livre de fiction aux images métaphoriques et un ouvrage documentaire aux images littérales, illustratives et explicatives ? Appelle-t-on encore « album » un produit dont la matérialité est numérique, les usages pédagogiques voire scolaires, et l’ambition didactique ?

Faute de prendre le temps de poser notions et lexique, ce colloque s’est parfois laissé enfermer dans quelques impasses, puisque les uns et les autres ne parlaient pas de la même chose, mêlant sous la même vocable œuvres esthétiques et littéraires, manuels scolaires, outillage pédagogique et éducatif – un comble dans une rencontre sur le plurilinguisme ! La question posée ici est pourtant passionnante : c’est celle de l’instrumentation d’un projet éducatif (quels outils au service d’une cause ?) et, découlant de celle-ci, la question de la légitimité ou non de l’instrumentalisation des œuvres d’art que sont certains albums pour enfants.

Le port a jauni

couverture_m_chevre_webMais j’en viens à la présentation qui m’a le plus marquée, et qui justifie l’image choisie pour ouvrir ce billet : celle de Mathilde Chèvre, auteur, illustratrice, éditrice, chercheuse (Mathilde Chèvre est l’auteur du carnet de recherches Lire le livre). Sa thèse sur l’album pour enfants dans le monde arabe est devenue un livre au titre magnifique, Le Poussin n’est pas un chien, dont un compte-rendu vient de paraître dans Strenæ. Mathilde Chèvre venait, précisément, présenter une partie de ses travaux de recherche, sous le titre « Le Retour au pays : un élément constitutif de l’identité arabe dans les albums du Moyen Orient depuis les années 1970 ». La présentation, qui a repris quelques-uns des éléments de son livre, était organisée autour de la thématique du colloque. Après une présentation rapide des traits les plus saillants de cette production d’albums au Moyen Orient, Mathilde Chèvre a abordé la question linguistique, et enfin la démarche qui l’a conduite en 2002 à créer les éditions Le Port a jauni. Ce qui m’a marquée – car nous avions la chance d’avoir, dans le fond de la salle, une table tenue par la librairie Floury qui présentait les albums des éditions Le Port a jauni – c’est la cohérence entre les propos tenus et la réalité des livres édités.

Il n’est pas question ici d’édition « engagée » pour une cause extérieure au livre lui-même, abracadabra-couve-off-300x300une entreprise certes très louable, mais qui parfois conduit à la production de livres maladroits sur le plan narratif, textuel ou iconographique, et bricolés sur le plan formel. Non, Le Port a jauni est avant tout une maison d’édition d’albums littéraires, esthétiques, d’une haute ambition formelle, sur le plan poétique, sur le plan de l’image, sur le plan de la réalisation plastique. Matériellement, bien que le choix soit fait, sans doute pour des raisons économiques (mais c’était aussi le choix de Paul Faucher pour les « Albums du Père Castor »), de couvertures en carton léger, les albums sont très beaux, soigneusement réalisés, imprimés avec exigence, sur un papier mat dont la « main » est très agréable. Et les auteurs, tout simplement, sont des artistes.

couverture-face-232x300Le catalogue fait une grande place à la poésie. Ce choix permet à l’éditrice de régler le problème majeur de l’édition bilingue lorsqu’elle recourt à des systèmes d’écriture aux sens de lecture inversés : un recueil de poèmes, ou un poème non-narratif aux enchainements souples, peuvent supporter de se lire dans un ordre ou dans l’ordre inverse, de sorte que les albums peuvent être montés « en palindromes », la version initiale et sa traduction se lisant soit dans le sens occidental du feuilletage, soit dans le sens oriental, sans perturbation. Autre idée : pour La Roue de Tarek, l’astuce choisie consiste à dérouter tout lecteur, quelles que soient ses habitudes de manipulation, puisque le livre doit être tourné dans tous les sens, à mesure que le lecteur accompagne Tarek sur la trace de sa roue.

Ces albums sont avant tout des livres poétiques pour enfants. Par ailleurs, ils sont couverture-213x300bilingues, ce qui en fait un support intéressant dans le cadre d’activités mettant en valeur le plurilinguisme et la découverte des cultures. Certains de ces livres évoquent le monde arabe et méditerranéen – mais d’autres parlent tout simplement d’arbres, d’amour, de jeu, de magie, ou d’aller acheter le pain. La puissance d’évocation poétique de ces textes touche tous les enfants, quelle que soit leur langue, quelle que soit leur culture. Parce que ces albums sont bilingues, les dire à haute voix devant des enfants arabophones permet de rappeler que l’arabe est aussi une langue de la poésie, de la littérature, que c’est aussi, au-delà de l’usage qu’on en a à la maison ou dans la rue, une langue des livres, une langue qui exprime les émotions les plus intimes et les plus délicates, une langue qui transfigure les activités du quotidien comme le magicien de Abracadabra transforme les autruches en perruches.

Lors de ces trois journées, j’ai entendu beaucoup de professions de foi, dont certaines peinaient à s’incarner dans des réalisations concrètes. Mathilde Chèvre, qui n’a pas l’air d’aimer parler pour ne rien dire, a choisi, comme Paul Faucher en son temps, de délaisser les professions de foi pour sauter aux réalisations concrètes, adressées aux enfants. Comme Paul Faucher, elle le fait sans concessions, avec une foi manifeste dans l’image, dans la poésie, et dans la capacité des enfants de toutes cultures d’en savourer la beauté qui émancipe.

Si je reviens de ce colloque avec quelques questions laissées en suspens, quelques regrets et frustrations, je rapporte donc aussi la certitude d’avoir découvert des démarches intellectuelles dont j’ignorais tout, d’avoir enrichi la liste des livres que je veux absolument lire, d’avoir rencontré des chercheurs et des praticiens inventifs et convaincus. J’en reviens aussi avec des albums magnifiques, que je vais m’empresser de faire connaître autour de moi. Pour tout ça, un grand bravo à Euriell Gobbé-Mévellec et son équipe !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *