Corriger des copies virtuelles

Cours en ligne #12. Ce week-end, c’est copies. Ou plutôt, correction en ligne d’exercices réalisés en ligne par mes étudiants. Passons sur ceux qui ne les ont pas faits ( je ne sais pas pourquoi), ou pas à temps, parce qu’ils n’avaient pas noté la date limite / n’avaient pas sous la main un ordinateur et un réseau internet assez costaud / avaient commencé en pensant y revenir pour peaufiner, sans réaliser que c’était cette fois un quiz à tentative unique. Faire cours à distance consiste, au fond comme un cours classique, à gérer autant de cas particuliers qu’il y a d’étudiants — donc, en l’occurrence, à ouvrir des dérogations individuelles à peu près à chaque séquence pédagogique. Mais jusque là, rien d’anormal : enseigner, c’est faire face à des humains, et les humains, heureusement, ne se plient jamais totalement à des modèles théoriques.

Vient un moment où, dans un cours de niveau universitaire, les questions simples, qui se corrigent automatiquement, doivent laisser la place à des questions où le sujet qui apprend doit confronter, justement, sa subjectivité à l’objet qu’il étudie, et s’exprimer librement à son sujet en rédigeant. Et pour l’instant aucune machine ne sait prendre en charge la rédaction individuelle : il faut que le prof intervienne, valide, interroge, aiguille, conseille. Donc, en termes simples, qu’il corrige des copies.

N’importe quel professeur stagiaire encore étudiant dans un Espé sait que la correction de copies, c’est la purge. C’est long, fastidieux car répétitif, et déprimant. Déprimant pour deux raisons : à cause du grand nombre de copies qui montre que les notions ne sont pas acquises – d’où sentiment d’échec chez l’enseignant ; déprimant aussi à cause de la prise de conscience, par l’enseignant, de ses propres erreurs : telle question était mal posée, et ne permet pas de s’assurer que les étudiants ont compris ; tel document, qu’on croyait limpide, était mal choisi, et a produit des significations auxquelles on ne s’attendait pas. Bref : nouveau sentiment d’échec de l’enseignant. Corriger des copies, c’est vraiment la purge. Et c’est long.

Le numérique change-t-il quelque chose à la donne ?

Je n’avais pas d’opinion, j’en ai désormais une : oui, le numérique change considérablement la donne. Corriger des copies virtuelles, c’est la MÉGA-purge ! Ce qui prenait 10 minutes en prend 40. Ce qui était juste fastidieux fait, en plus, mal à la main. Ce qui nécessitait un stylo rouge et un mug de café nécessite en outre une super bonne connexion internet haut débit.

Prenons un exemple : ma séquence sur les effets sémantiques du rapport texte/image dans l’album. Je pose 6 petites questions, chacune appuyée sur une double page d’album. Passons sur le fait, que, naïvement, je n’ai pas précisé quel volume de rédaction j’attendais, et que les réponses vont donc de une ligne (rarement suffisante pour exprimer un point de vue construit) à une page (généralement une logorrhée sans rigueur). Intéressons-nous juste aux gestes du correcteur. Une fois qu’il a accédé à la page « résultats », et qu’il clique sur une « copie » virtuelle pour la corriger, il doit successivement :

– cliquer sur la zone « correction » de la question 1 pour pouvoir commenter et noter, zone non inscriptible à l’origine, mais qui ouvre alors une fenêtre pop-up inscriptible ;
– scroller dans la fenêtre pop-up pour descendre à la zone de commentaire inscriptible, et redimensionner la fenêtre, trop étroite pour rédiger quoi que ce soit ;
– cliquer alors sur la zone « commentaire » puis rédiger son commentaire ;
– cliquer dans la zone « note », pour noter la question ;
– scroller pour descendre au bouton « enregistrer » ;
– cliquer pour enregistrer note et commentaire ;
puis là, il doit attendre  2 ou 3 secondes que la fenêtre pop-up s’efface, avant de revenir à l’ensemble des réponses de l’étudiant – soit, s’il a de la chance, en haut de cette page, ce qui lui permet de passer à la question suivante en utilisant un petit menu contextuel ; soit, s’il n’a pas de chance, n’importe où au milieu de cette page, ce qui l’oblige… à scroller pour trouver la question qu’il doit maintenant corriger.

copiesBref, pour corriger les travaux d’un étudiant, c’est-à-dire ses réponses à 6 petites questions de détail, l’enseignant doit effectuer 6 fois la combinaison (4 clics / 3 scrolls), donc 24 clics de souris et 18 gestes consistant à scroller vers le bas d’une page web… ce qui à l’échelle de mon petit groupe de 24 étudiant (ce qui est minime), un total de 576 clics de souris et 432 mouvements de souris vers le bas de l’écran. Conclusion :  j’en viens à soupirer après les bonnes vieilles copies à carreaux, le stylo rouge et le mug de café…


Une réflexion au sujet de « Corriger des copies virtuelles »

  1. Bonjour,
    Merci pour votre blog je le trouve varié, permettant une navigation dans des eaux limpides avec des profondeurs riches en matière de réflexion !
    Par ailleurs, je me permets de vous suggérer un lien intéressant en matière de promotion du livre pour enfant, à savoir ARPLE http://arple.net
    Bien cordialement,
    Sonia Benhassen
    Bibliothécaire Jeunesse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *