Le cadeau de Noël idéal pour les baby-boomers…

Arrive le moment où on s’interroge : qu’offrir à Noël à Papy, à l’oncle si gentil, à Maman qui sambonous a lu tant d’histoires quand on était petits ? Ne cherchez plus : pour les baby-boomers, le cadeau idéal, c’est soit un tirage de luxe de Blek le roc par Original Watts, soit une plongée dans les « Petits Livres d’or » à travers mon livre… Pourquoi ? Parce qu’on y parle de tous les albums que les petits Français ont pu avoir entre les mains entre 1949 et 1965. taxiParce qu’il est question de petits lapins, de petits castors, de petits trappeurs, de petits ours et de petits taxis dont tous les lecteurs ont gardé de merveilleux souvenirs. Parce qu’on y parle des « Albums du Père Castor » et de l’extraordinaire talent de Rojan, illustrateur russe qui fait carrière en France avant de s’expatrier de nouveau et d’offrir aux « Little Golden Books » ses titres les plus fameux. troisoursParce qu’on voit comment les « trente glorieuses » qui s’ouvrent sur une dynamique de reconstruction, font basculer aussi l’édition de livres pour enfants dans l’ère du marché de pompiersmasse. Parce qu’il y est question du contexte de la guerre froide naissante, de l’accueil de ces livres par les instituteurs de sensibilité communiste, de « guerre froide culturelle », et de CIA – oui, la CIA et les histoires de petits lapins ont des choses en commun, aussi étrange que cela puisse paraître…

(mise à jour le 13 décembre : compte rendu de ce livre dans la revue Le Mouvement Social et dans la Revue des livres pour enfants n°89 ainsi que dans Citrouille n°75, décembre 2016.)

ic-boulaireCécile Boulaire , Les Petits Livres d’or. Des albums pour enfants dans la France de la guerre froide, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, coll. « Iconotextes », 2016.
format 21×29 cm, cartonné, 246 pages tout en couleurs
ISBN 978-2869064096. 39€
en vente dans toutes les bonnes librairies (diffusion SODIS)

2 réflexions au sujet de « Le cadeau de Noël idéal pour les baby-boomers… »

  1. Bonjour,

    « Les trois ours » fut le premier livre qu’une dame m’offrit, une amie de mes parents, pour mes six ans en 1950 dans la collection des « Petites livres d’or ». Il m’a suivi dans mes nombreux déménagements, y compris outre-mer, et fait toujours partie de ma bibliothèque. Je lui voue un attachement particulier et je ne m’en séparerais pour rien au monde, même si, à l’époque de la guerre froide, la CIA était derrière sa parution .
    Bien cordialement
    Charles-Denis Lévy-Soussan

    1. Merci de ce témoignage, Charles-Denis! Précisons que si Georges Duplaix, « architecte » de la collection et de son importation en France, travaillait pour la CIA, ses auteurs n’en ont jamais rien su, et n’étaient en aucune manière concernés par cette dimension politique. Et fort heureusement, les enfants ont pu savourer ces albums sans la moindre arrière-pensée, car , n’en déplaise aux militants qui les ont parfois accueillis fraîchement, ces livres ne cherchaient évidement pas à faire la moindre propagande – tout au plus peut-on vérifier qu’ils témoignent des valeurs du pays qui les a vu naître, mais n’en est-il pas de même pour n’importe quel objet culturel?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *