Écouter

J’aurais pu choisir une autre « image à la une », pour illustrer ce billet consacré à l’expérience menée au sein de l’atelier passerelle en collaboration avec les Mille Univers, mais cette vue des voies de chemin de fer depuis la passerelle Fournier encapsule, pour moi, l’émotion de ce moment où Loïc Guénin nous a, en quelques minutes, appris à écouter…

Mais reprenons au début. Je participe depuis septembre à l’atelier passerelle, créé à l’initiative de Livre passerelle et de la bibliothèque municipale de Tours, et qui consiste principalement à se retrouver, les jeudis après-midi, à la bibliothèque Paul Carlat pour une heure de lecture à haute voix d’albums pour enfants… entre adultes. Ma participation est en pointillés : le jeudi après-midi, c’est aussi le créneau réservé aux réunions diverses, à l’université, de sorte que j’ai manqué des séances, notamment celle où fut présenté le projet qui démarrait hier, et qui verra son aboutissement lors du festival « Les Futurs de l’écrit » à l’abbaye de Noirlac, le premier week-end de juin 2017. Hier matin, j’ignorais donc tout de ce qui nous attendait – nous, c’est-à-dire ce petit groupe disparate des jeudis après-midi.

img_7183C’est dans la jolie mais glaciale petite salle des amis de Ronsard, au prieuré de St Cosme, que Frédéric Terrier, des Mille Univers à Bourges, et l’artiste sonore Loïc Guénin, nous ont présenté le projet dont nous allions être les artisans, pendant les 6 prochains mois : une création, musicale/sonore et poétique, en partenariat avec un autre groupe qui démarrait au même moment à Bourges, sous la houlette, lui, du poète Dominique Quélen, création qui viendra à la rencontre du public pendant ce festival de Noirlac début juin. Dans l’immédiat, il fallait faire connaissance : entre nous, de manière plus profonde que lors de nos lectures du jeudi ; mais aussi avec Loïc, sa culture musicale, la manière dont il imagine de créer et faire interpréter la musique, et de l’écrire. Magnifique rencontre, malgré la température de la pièce, avec les graphiques superbes et désarçonnants de ses créations musicales, qui ont tout de suite suscité questions et controverses…

La participation à ce projet relance, par le fait du hasard, les réflexions que je mène par img_7242ailleurs dans le cadre du programme « Cantus Scholarum » de Xavier Bisaro, sur les liens entre lecture et musique dans la culture enfantine. Ici ce qui m’a particulièrement intéressée c’est la créativité extraordinaire de Loïc Guénin en matière de graphie musicale… et les problèmes qu’elle pose à mon avis. À mes yeux, un système graphique renvoie à une langue, de la manière la moins ambigüe possible ; de même, ladite langue repose sur une acception partagée des termes et des notions qui y sont associés. Or Loïc, en img_7239guise de présentations mutuelles, nous a demandé à tous d’aller passer un moment dans les jardins du prieuré, où le soleil se levait timidement, et de nous y astreindre à un moment d’écoute approfondie et en même temps détachée, écoute dont nous aurions ensuite à rendre compte individuellement, devant le groupe. Les jardins de St Cosme sont enchanteurs, tout le monde le sait ; tout le monde sait aussi qu’ils sont hélas cernés par une bretelle routière et une voie ferrée. De sorte que chacun a offert sa propre variation sur l’accord problématique des chants d’oiseaux et des feulements de camions.

C’est dans cette tentative pour verbaliser une expérience auditive que nous avons fait le premier effort pour aller les uns vers les autres : non pas parce que nos expériences étaient différentes et contrastées (elles l’étaient en effet), mais parce que nous nous rencontrions dans la difficulté qu’il y a à parler dans une langue pour laquelle nous ne disposons pas de vocabulaire commun. D’où le premier débat : de quoi parlons-nous, s’il n’y a pas accord sur les mots ? J’ai particulièrement aimé ce questionnement liminaire, tout en douceur, imaginé pour nous plonger dans l’expérience de la création collective – j’ai aimé aussi que ce qui me laissait sceptique et amusée, cette absence de langue commune, ne posait finalement pas forcément problème à certains autres membres du groupe, sans doute parce que ce sentiment d’étrangeté à l’égard de la langue est un élément central de leur rapport au langage quotidien. Parler sans en avoir les mots oblige à se décentrer : peut-être aussi à mieux écouter les mots de ceux qui en ont peu.

img_7230L’après-midi nous a ramenés dans le quartier du Sanitas, notre « base arrière ». Loïc prétendait que nous allions le lui présenter, en le lui faisant visiter. À la place, c’est lui qui nous a fait découvrir que nous avions des oreilles pour entendre… Tandis qu’une première img_7263équipe d’apprentis cueilleurs-de-sons partait à l’aventure dans le quartier pour capturer nos premières « capsules sonores », l’autre moitié du groupe s’aventurait jusqu’au milieu de la passerelle Fournier, qui enjambe les voies de chemin de fer, pour une expérience d’écoute fondatrice. Installés à mi-chemin des deux quartiers, en équilibre flottant au-dessus des voies, dans le soleil glacial de ce début janvier, nous avons fermé les yeux, et écouté la ville, pendant une dizaine de minutes. Minutes célestes.

Je ne suis pas certaine d’avoir jamais pris conscience de la spatialité du son, avant ce moment de suspension en plein ciel. De loin vers l’avant, légèrement sur la droite, montaient par bouffées les cris d’enfants jouant dans une école. De l’arrière, sur ma gauche, arrivaient les échos assourdis du passage de voitures rue Édouard Vaillant, montant puis disparaissant, laissant alors quasi palpable le silence apaisé dimg_7272e cet entre-deux lieux. Et puis, les trains : arrivant de l’avant, depuis Saint-Pierre-des-Corps, ou montant du terminus à l’arrière, mais chaque fois sous nos pieds, grondement qui enfle et secoue la passerelle, ce qui fait qu’on entend avec ses jambes et son corps tout autant qu’avec ses oreilles, battant au rythme du claquement des voitures sur les joints entre rails, un claquement dont on n’arrive pas à savoir s’il s’assourdit parce que le train s’éloigne, ou par un étrange effet de rémanence purement intérieur… Étrangeté de réaliser qu’un train, si bruyant, ça n’est au fond qu’un bruit furtif. Le silence se réinstalle, pour un temps. Et voilà notre petit concert de sons qui s’achève par la montée discrète mais obstinée d’un léger battement régulier, ferme et sonore, à la saveur de gong, battement qui enfle et occupe tout l’espace sonore, puis s’amenuise. Nous ouvrons les yeux. Ça n’était qu’une jeune femme, traversant la passerelle. Samiha s’en étonne en riant : « Tout ce bruit, seulement une femme ! »

Par une coquetterie personnelle qui doit être un autre nom de l’orgueil, je ne parviens jamais à envoyer mes vœux avant le moment où, à titre individuel, j’ai eu le sentiment d’être passée « de l’autre côté de l’année ». Je peux désormais me lancer en quête d’enveloppes et de timbres : l’année nouvelle, pour moi, a commencé sur la passerelle Fournier, dans le froid clair de ce vendredi 6 janvier.

 

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Écouter," in Album '50', 7 janvier 2017, http://album50.hypotheses.org/1796.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *