Roberto Innocenti

img_7306Les éditions Gallimard ont publié en 2015 une traduction des entretiens de l’illustrateur italien Roberto Innocenti avec la chercheuse Rossana Dedola. La version originale de cet ouvrage était parue en 2012 aux éditions Della Porta (Pise), et la revue Strenæ en avait publié un compte-rendu. L’ouvrage m’avait initialement été signalé par Elisabeth Aubert-Lesquoy, qui a réalisé cette traduction pour Gallimard, et qui anime l’excellent blog Lectures italiennes. Si l’on en croit les propos qu’elle tient sur ce blog au moment de la parution du volume, l’édition française est bien supérieure à la version originale, car Gallimard a souhaité l’enrichir de nombreuses illustrations. À mon sens, la première de couverture aurait peut-être mérité aussi une illustration plus convaincante : le volume tend en effet à passer inaperçu. Et c’est bien dommage, parce qu’il est passionnant.

L’éditeur français a semble-t-il « aéré » un long entretient touffu, en proposant des chapitres chronologiques. On suit Innocenti de l’enfance au sommet de sa carrière, et bien évidemment, on est touché de l’évocation d’une enfance en guerre, marquée par la peur et la faim. Mais les passages les plus intéressants sont bien évidemment tous ceux qui concernent la lente maturation d’un talent artistique. Roberto Innocenti souligne à de nombreuses reprises l’importance, même pour un dessinateur doué, des rencontres, des fréquentations, de l’ouverture sur l’autre. Il ne cesse de rappeler à quel point l’Italie de sa jeunesse était étriquée et refermée sur lui-même ; on ne peut qu’être frappé de lire qu’ilinnocenti2 perdit son seul travail régulier, la mise en page d’une revue mensuelle, lorsque son employeur découvrit qu’il s’était mariée à la mairie ! Il rappelle aussi qu’il doit toute sa carrière d’auteur-illustrateur aux éditeurs étrangers, et que tout démarra lorsqu’Étienne Delessert vint le rencontrer pour illustrer Cendrillon pour sa collection de contes illustrés (le texte parut en France en 1983 dans la collection « Grasset Monsieur Chat »). Mais si Étienne Delessert avait eu vent du talent de cet illustrateur italien alors inconnu, c’est parce que ce dernier avait longuement partagé son atelier avec un graphiste américain rentré au pays, auquel il rend hommage dan ce livre : John Alcorn, membre du Push Pin Studio1. Tout au long de ces entretiens, Innocenti rappelle ce qu’il doit à ses éditeurs étrangers, en premier lieu la Creative Company de Rita Marshall, et répète à quel point l’édition et la promotion des albums en Italie restent en retrait des évolutions considérables connues ailleurs.

Les passages qui m’ont le plus retenue sont tous ceux où il parle précisément de son travail d’illustrateur : de sa relation au texte, d’abord, que ce soit un texte longuement ruminé dans l’enfance, comme Pinocchio, ou un texte dont il perçoit les faiblesses, comme Casse-Noisette. Sa réflexion sur l’interprétation à laquelle se livre un illustrateur lorsqu’il choisit quels passages illustrer est passionnante. Puis il parle de ses choix techniques et de la relation sensuelle de l’illustrateur à son matériau : les aquarelles et le papier mythique dont il ne lui reste plus qu’une trentaine de feuilles ; les encres acryliques sur du img_7313papier Schoeller & Hammer, qui demandent « une patience infinie. Il faut en effet les apposer en fines couches successives, comme des voiles. C’est un travail long et ennuyeux, donc moins frais, moins spontané que l’aquarelle » (p.91). Son goût des détails et des angles de vue spectaculaires fait, à juste titre, l’objet d’un développement important, qu’il s’agisse de points de vue sur quelques scènes canoniques de Pinocchio ou d’astuces pour dynamiser certains épisodes de Casse-Noisette. Ses réflexions sont absolument limpides, et permettent de comprendre tout à fait la manière dont il peut passer de l’illustration d’un texte très connu, à l’invention d’un album entier, « sans histoire », comme L’Auberge de nulle part ou La Maison.

« D’autres livres ont besoin d’autres modes figuratifs, d’autres inventions. Par exemple, dans l’Auberge de nulle part, qui devait être une comédie légère, j’ai rendu visible l’utilisation de l’encre de Chine, car je voulais mettre en évidence le fait qu’il s’agissait d’un dessin, que je racontais une histoire où rien n’est vrai, comme dans les bandes dessinées. Tout en étant figuratif, ce dessin n’est pas réaliste.  Rose Blanche, c’est l’absence de ciel: tout est vu part un spectateur inerte qui regarde depuis une perspective dans horizon. » (p.102)

Le petit volume (125 pages) se lit d’une traite, et remplace bien des dissertations indigestes sur le dessin, l’illustration ou l’interaction texte-image. Comme le Pages, mots , images de Quentin Blake ou L’Enfance de l’art d’Elzbieta, c’est une lecture indispensable pour un étudiant !

img_7311

  1. les éditions Autrement avaient publié en 2013 une traduction de son albums de 1962, Livres ! dans leur collection « vintage » []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *