Lire à voix haute

Ce vendredi 27 janvier, grâce au service culturel de l’université, j’ai pu accueillir Christian Sterne, comédien de la compagnie Les Fous de Bassan, et Dominique Veaute, animatrice lecture à Livre Passerelle, pour une journée de formation « lecture d’albums à haute voix » offerte à une dizaine d’étudiantes, dans le cadre d’un projet que nous avons intitulé « Bibliothèque de rue étudiante ».

img_7345Le projet est né d’une réflexion : alors que les étudiants reçoivent une injonction permanente à « avoir / construire un projet professionnel », rien ne leur permet, dans nos filières d’enseignement, d’expérimenter une transposition de leurs connaissances et compétences d’étudiants sur le terrain de la « vraie vie ». Je laisse de côté la question des stages. D’une part, en licence de Lettres, ils n’en ont pas, et d’autre part il me semble absurde de faire un stage quand on ne sait rien faire : c’est mettre la charrue avant les bœufs. À mon sens, au lieu de se crisper sur le modèle du stage, l’université devrait multiplier les occasions, pour les étudiants, de « tester » leurs acquisitions nouvelles dans des conditions de transfert pratique, au quotidien, dans des situations diverses qui ne soient pas [encore] des métiers.

J’enseigne la littérature : or une question que se posent forcement mes étudiants, à un moment de leur cursus, c’est « à quoi ça peut bien servir, d’être un expert en littérature, dans la vie?… » L’objectif de ce projet est en partie de les aider à trouver leur réponse à cette interrogation. La plupart de mes cours portent sur la littérature destinée aux enfants et aux jeunes : essayons ensemble de voir à quoi peut bien leur servir, eux qui ont entre 18 et 23 ans, d’étudier la littérature pour enfants à l’université… À partir de la semaine prochaine, les étudiants participant à cette expérience rejoindront la « bibliothèque de img_7356rue » qui se tient chaque jeudi dans une école élémentaire d’un quartier populaire de Tours. Ils y retrouveront une animatrice de Livre Passerelle, installée dans la cour avec le « camion de lectures » de l’association, ainsi que des bénévoles de l’association, venus, en bottes et anorak actuellement, lire des albums aux enfants, pour partie sur le temps scolaire, et pour partie sur le temps d’accueil des familles. Cette action existe depuis des années, elle a fait ses preuves en matière de familiarisation des enfants et des familles avec l’idée de la lecture partagée sans autre objectif que le plaisir mutuel qu’on a à s’offrir une histoire.

img_7347Mais avant de s’avancer vers un enfants, peut-être accompagné de son parent, avec un album et une histoire à raconter, il faut avoir fait le point sur la manière dont on offre sa voix à un livre pour le partager avec quelqu’un. Christian Sterne et Dominique Veaute ont, tout au long de la journée, encouragé et conseillé les étudiantes dans leurs premiers pas de lectrices, au fil d’exercices mais aussi de moments de lecture intime et de découverte d’un corpus d’albums soigneusement choisis. C’est qu’on ne lit pas tout dans n’importe quelle circonstance…

Tour à tour lectrice et auditrices, les étudiantes qui avaient fait le choix de s’engager dans le projet ont toutes joué leimg_7348 jeu, expérimenté, pris des risques. On les a entendues passer du murmure à l’adresse ferme, assurée. Nous avons aussi entendu des canards et des crocodiles, des voix de gros chien, de mère éplorée, de poussin qui veut naître. On a débattu de la manière de lire (s’interrompre ou pas ?), de la manière de choisir (et si l’enfant ne connaît pas les mots ?), de s’installer, de disposer les albums. Jeudi prochain, ce sera le saut dans le grand bain pour la moitié d’entre elles, qui iront à la rencontre des enfants, pendant que les autres continueront à peaufiner leur connaissance des albums et leur maîtrise de la lecture dans la bibliothèque de Livre Passerelle.

Merci à Christian, Dominique et Sarah, et merci aux étudiantes investies dans le projet. Des réalisations comme celle-ci aident à oublier que l’université sait aussi être rigide et absurde parfois…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *