Lire des poèmes sous la pluie

Ce matin, premier lundi du Printemps des Poètes, j’ai rejoint dans le quartier du Sanitas à Tours les « brigades d’intervention poétique » qui chaque année, en ouverture de ces semaines consacrées à la poésie, accompagnent les habitants sur le chemin du travail et de l’école, en offrant des poèmes.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le temps n’était pas de la partie. Et puis, j’appréhendais un peu ces premières « BIP » : si depuis 10 ans Livre Passerelle et des dizaines de bénévoles viennent ouvrir le Printemps des Poètes par ces lectures en marchant, je ne savais pas très bien, moi, quel effet me ferait le geste d’aller lire un poème, dans la rue, à des gens qui n’attendent ni moi, ni la poésie, et qui sont pressés parce que c’est l’heure de l’école ou que le tram arrive.

Merveilleuses surprises : les sourires des habitants, enfants comme adultes, qui reconnaissent les lecteurs des BIP. « Tu vois, je te l’avais dit que c’était eux ! » dit une maman triomphante à sa fille, en nous voyant approcher, nos feuillets à la main. On s’arrête, on offre la lecture d’un poème, on conclut en glissant à l’auditeur le petit feuillet du poème qu’il a entendu – certaines familles les collectionnent, et nous ont attendus avec la ferme intention de repartir avec les petits papillons de couleur. Parfois, un dialogue s’instaure : une femme dubitative critique les propos du poète, on prend alors le temps de trouver, dans notre liasse (et sous la pluie !), un poème qui lui donnerait du plaisir, pour commencer cette semaine de printemps et de vent ; un homme récemment arrivé dans la ville accueille son poème avec le sourire, puis nous dit qu’il écrit aussi, et que d’ailleurs il aimerait savoir s’il existe des lieux pour se rencontrer et échanger de la poésie (on l’invite donc à rejoindre l’atelier passerelle, le jeudi à 14h) ; la dame qui fait traverser devant l’école se réjouit, parce que c’est sa fête – alors, on lui promet un second poème, au retour !

La pluie ne s’est pas arrêtée. La pluie n’a pas arrêté la poésie. C’était magique et mouillé, touchant aussi de voir avec quelle ouverture d’esprit, quelle attention, quelle légèreté les enfants, leurs parents, les simples passants accueillaient cette rencontre incongrue, belle malgré la grisaille, belle sans doute parce que bizarre.

Au coin de cette station essence, ce ne sont pas toujours des mots et des poèmes qui s’échangent, en temps ordinaire, mais ce matin, si!

Une réflexion au sujet de « Lire des poèmes sous la pluie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *