En souvenir de Jacques Chupeau

Nous avons appris ce matin, avec tristesse, la mort de Jacques Chupeau, ancien maître de conférences en littérature du XVIIe siècle à l’Université de Tours. C’est lui qui a initié l’enseignement de la littérature pour la jeunesse au sein de l’université de Tours, lui encore qui a insisté, au moment de prendre sa retraite, pour que le profil du poste qu’il libérait soit orienté vers la littérature pour la jeunesse. C’est encore lui qui, avec une cordialité dont tous garderont le souvenir, m’a accueillie le jour où je suis venue me présenter aux auditions. Une fois élue sur ce poste, lorsque je viens m’installer en Touraine avec ma famille, sa femme et lui nous firent un accueil familial et chaleureux, plein de délicatesse – Jacques par ailleurs me céda une partie de sa bibliothèque professionnelle, jugeant que j’en aurais plus besoin que lui désormais. À chacune des manifestations que j’ai pu organiser, lors de chacune de mes publications, il eut un mot gentil, une attention fine – il était là encore, avec sa femme, pour mon habilitation à diriger des recherches. Je garderai toujours le souvenir de cette élégance et de cette générosité. Il nous reste désormais, pour nous souvenir de Jacques Chupeau, à lire et relire le savoureux article qu’il avait consacré à « l’équivoque enjouée » dans le conte du Petit Chaperon rouge1!

[illustration extraite d’un manuscrit des Contes de Perrault, 1695, disponible sur la base Utpictura]

  1. Jacques Chupeau, « Sur l’équivoque enjouée au Grand Siècle. L’exemple du Petit Chaperon rouge », XVIIe siècle, janvier-mars 1986, p.36-42 []

2 réflexions au sujet de « En souvenir de Jacques Chupeau »

  1. Jacques Chupeau a participé avec enthousiasme à l’aventure des Cahiers séguriens, une revue consacrée à la comtesse de Ségur. Il y a publié plusieurs articles d’une érudition remarquable, et y a fait briller son sens de l’humour. Voir notamment dans le numéro 7, « Du nouveau sur la comtesse de Ségur: compléments bibliographiques et problèmes d’attribution », un article désopilant paru sous le pseudonyme burlesque d’Héraclius Doguin.
    Son sens des relations humaines était aussi charmant que son esprit.

    Je salue respectueusement sa mémoire.
    R. S. , rédacteur des Cahiers séguriens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *