Un « manuel » pour illustrateurs

L’auteur, illustratrice et très grande connaisseuse de l’album pour enfants Anna Castagnoli vient de publier un Manuale dell’illustratore (Editrice Bibliografica, 2017) sous-titré Come pubblicare album per bambini dont on rêverait qu’il soit traduit en français – tout au moins la première partie, celle qui consiste en conseils de réalisation adressés aux illustrateurs.

Le manuel est en effet composé en 7 parties : la première s’intitule « Fare un album illustrato », les suivantes sont successivement consacrées à la formation et aux écoles d’illustration, aux concours, à la recherche d’un éditeur, aux droits d’auteurs, au contrat d’édition et à la manière de gérer son existence professionnelle en tant qu’illustrateur – tous chapitres qui m’ont intéressée, mais avec du recul, puisque je ne suis pas directement concernée. Si une traduction pouvait s’envisager, toutes ces parties nécessiteraient sans doute d’assez importants remaniements, pour s’adapter aux divers contextes nationaux (écoles et système de formation, régimes juridiques, pratiques éditoriales…). Le premier chapitre en revanche, copieux (60 pages), garde toute sa pertinence quelles que soient les frontières qu’on traverse. Je dirais même qu’il est lisible indifféremment par ceux qui ont le désir d’illustrer des livres pour enfants, et par ceux qui ont le projet de mieux comprendre les albums – et qui forment un public bien plus large !

Anna Castagnoli y énumère en effet, avec une belle simplicité qui dissimule finesse et érudition, toutes les étapes d’un projet d’illustration, et toutes les dimensions de la narration iconotextuelle auxquelles l’artiste doit se montrer attentif : d’abord le livre comme objet (story-board et maquette ; format, dimension des images, mise en page ; découpage du texte et choix des passages illustrés), puis le livre comme forme signifiante. À ce stade sont évoquées toutes les dimensions de la narration : personnages, temps, rythme, point de vue. Ces aspects sont en permanence articulés à des choix de représentation : direction des personnages, gestes, sens de l’espace…

Le très grand intérêt de ce passage en revue extrêmement clair, c’est qu’il nous est offert par une artiste elle-même. Triple atout. D’une part, elle évoque sa propre expérience, parfois ses erreurs de débutante, et donne des exemples tirés de ses propres esquisses, ce qui donne à ses propos une tonalité très concrète. D’autre part, c’est comme artiste qu’elle regarde les albums des autres, comme La principessa Sbadiglio de Carmen Gil et Elena Odriozola : son regard synthétique met en valeur la remarquable efficacité du travail de l’illustratrice, mais sait aussi en saisir la poésie délicate. Je trouve ça toujours admirable, chez Anna Castagnoli, qui jouit à la fois de compétences sémiotiques et de sensibilité artistique, et qui s’exprime malgré tout dans une langue claire et joyeuse (voir son intervention lors du colloque Sendak à la BnF, en 20131 , ou encore dans le cadre de la première Biennale de l’album à Vichy en juin 2016).

Le troisième atout, c’est que comme illustratrice, elle peut exposer ses idées sous la forme de dessins. J’en suis très envieuse ! C’est en effet une ressource qui m’est absolument inaccessible dans ma pratique pédagogique, alors que tout au long de l’élaboration de mon cours en ligne, j’en aurais tiré un grand avantage. Lorsqu’elle évoque par exemple les différents choix de mise en page à la disposition d’un illustrateur, elle propose un simple croquis de quatre doubles pages fictives, utilisant un même volume de texte et la même représentation (une fillette assise sur une branche caresse un écureuil qu’elle tient sur ses genoux) : avec ou sans recours à la pliure centrale, avec marge blanche ou à fond perdu, avec texte ou en pleine page… L’effet produit par chacun des choix de mise en page est d’emblée perceptible par le lecteur, et la comparaison entre les quatre versions permet de saisir d’un seul regard l’importance de ces arrangements.  Anna Castagnoli réitère l’opération à plusieurs reprises, pour illustrer une réflexion sur la direction des personnages, une interrogation sur l’importance de représenter un personnage de face ou de profil, pour attirer notre attention sur l’ellipse à la tourne de page ou sur le cadrage choisi pour illustrer une scène.

Plus subtilement encore, elle se sert de son talent graphique pour expliquer des fonctionnements de détail de la narration visuelle, en nous démontrant, en deux croquis très légèrement différents,  qu’on peut tantôt donner l’impression qu’un personnage est libre de ses mouvements et porté vers l’accomplissement de son action, ou qu’à l’inverse il est bridé – le tout, dans le même décor, à un ou deux détails près. C’est remarquablement efficace : on comprend tout , et surtout, on se met à faire attention à des détails qu’on n’aurait pas forcément regardés auparavant.

Deux points me touchent particulièrement dans ce livre. Le premier, c’est la manière dont Anna Castagnoli parle de ses personnages, comme s’ils étaient des acteurs sur une scène, et elle, une sorte de metteur en scène. Dans les conseils qu’elle donne, dans sa manière d’expliquer à un illustrateur débutant ce à quoi il doit prêter attention, elle révèle cette conception très théâtrale, donc vivante, de son art de l’illustration. Il est toujours question d’ « entrées » et de « sorties », de direction, de gestes. J’ai rarement envisagé l’album sous cet angle : le livre d’Anna m’ouvre des perspectives passionnantes.

L’autre point est la manière dont Anna règle, avec une audace tranquille, la question de la catégorisation des styles d’illustration. C’est un point auquel je suis extrêmement sensible ; j’en ai fait une séquence de mon propre cours sur l’album. Mais je ne suis pas parvenue à une manière de nommer différentes tendances stylistiques. Anna, si. Je trouve ses catégories plutôt convaincantes, mais surtout, je suis admirative de sa méthode, car elle illustre très simplement sa réflexion en proposant 4 déclinaisons d’une image d’Elsa Beskow, 4 petits croquis qui reprennent les éléments picturaux de l’image initiale mais dans 4 styles différents, ce qui permet d’attirer l’attention du lecteur sur l’effet considérable de tout choix stylistique : les éléments iconographiques sont les mêmes, mais l’image produit un effet complètement différent. Ça, j’aurais aimé savoir le montrer à mes étudiants d’une manière aussi limpide !

Bref : le livre d’Anna Castagnoli se revendique comme un manuel pour apprentis illustrateurs, mais il fonctionne aussi parfaitement comme un manuel pour regardeurs d’albums, parce qu’il apprend à voir mieux !

  1. les actes ont été publiés : « Max et les maximonstres » a 50 ans : réception et influence des œuvres de Maurice Sendak en France et en Europe, ouvrage réalisé par la BnF-Centre national de la littérature pour la jeunesse avec le soutien de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE), sous la direction de Florence Gaiotti, Eléonore Hamaide-Jager, et Claudine Hervouët avec la collaboration de Virginie Meyer, BNF-CNLJ, 2015 –  la couverture de ce livre est très décevante, surtout en comparaison des projets rejetés par les ayants-droits de Sendak… []

2 réflexions au sujet de « Un « manuel » pour illustrateurs »

  1. Moi j’aime bien la couverture des actes du colloque. La contrainte de cet empêchement donne un résultat presque abstrait qui permet d’éviter les clichés picturaux et dématérialise Max, le plaçant dans une position particulière proche de celle du bouquin à ce moment-là (2015).
    Et cette police de caractères tout en pointes… aurait sûrement plu à Patrick Couratin mais c’est une autre histoire!

    1. Tu as sûrement raison, Loïc! Mais le résultat c’est que le livre est quasi « invisible », et ne s’est pas du tout bien vendu, alors que le sujet est a priori attirant, et le contenu passionnant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *