Merci, « mes » stagiaires!

Le 26 juin s’est terminée la session 2017 du cours en ligne » Initiation à l’analyse d’albums » dans sa version Formation continue. Comme pour la fin de la session « étudiants », c’est avec une grande satisfaction que j’ai lu les travaux de fin de parcours des stagiaires engagés dans la formation. Avec un « plus » indéniable : si les étudiants font un usage très modéré, voire timoré, des ressources numériques permettant le contact (messagerie interne, forum participatif), ici les stagiaires dont les profils étaient extrêmement divers se sont véritablement emparés de ces fonctionnalités, en faisant exister la formation en dehors de moi. Par exemple, lorsque l’un d’entre eux a déploré que je n’aie pas prévu de corrigé pour un exercice d’analyse un peu pointu, et que je leur ai proposé qu’à la place d’un corrigé magistral ils s’échangent les travaux qui avaient obtenu le score maximal, c’est avec beaucoup de spontanéité qu’ils ont partagé, sur le forum, les travaux qu’ils avaient réalisés, ce qui fait qu’au lieu de lire un corrigé-type synthétique, chacun a eu accès à une multiplicité de regards possibles, et de manières de traiter la question.

Il faut dire que la promotion de stagiaires de formation continue était particulièrement dynamique, investie, et curieuse. J’ai été très agréablement surprise de la qualité de tous les écrits remis sur la plateforme, qui révélaient une attention extrême portée aux albums, mais aussi une très grande capacité à assimiler les suggestions méthodologiques qui leur étaient faites, pour approfondir un regard toujours personnel. C’était lisible dans les travaux intermédiaires consacrés chaque fois à un détail d’analyse (la question du narrateur et du point de vue, celle du rythme…), mais plus encore, et de manière éclatante, dans l’analyse finale d’un album choisi chaque fois par le stagiaire. Les textes, assez courts, rendus en fin de formation, sont remarquables – à mon avis, un ou deux seraient même publiables. Je redoutais pourtant qu’une progression pédagogique aussi fermée (c’est le modèle que j’avais choisi délibérément, assez linéaire) ne produise des effets pervers, qui auraient été lisibles dans un relatif « formatage » des travaux d’analyse finale. C’est l’inverse qui s’est produit : tous les stagiaires ont suivi, à peu près au même rythme, le même parcours pédagogique, mais tous les regards portés en définitive sur les albums choisis librement sont différents, et chacun est nourri par une expérience personnelle. Tel stagiaire évoque un album qui a beaucoup servi dans une circonstance éprouvante de sa vie familiale, telle autre parle de sa pratique de médiation en bibliothèque, un autre évoque un choc esthétique personnel… Ce qui fait que tous ces textes sont extrêmement personnels, et que les détails d’analyse souvent vraiment poussés n’assèchent pas le propos, bien au contraire : ils le dynamisent, parce qu’ils semblent donner à celui qui l’écrit les moyens de comprendre ce qu’il lit, pourquoi il a été ému, comment il va pouvoir rendre sa pratique professionnelle plus riche.

Je n’irai pas par quatre chemins : c’est une immense satisfaction pédagogique. J’ai le sentiment, et il est rare dans mon métier, d’avoir réussi un défi de transmission didactique. Non seulement les stagiaires ont perçu l’intérêt de certaines démarches, mais ils semblent avoir réussi à se les approprier (et pas simplement à les assimiler), et surtout à les mettre au service d’un but qui leur était propre (et pas seulement d’un exercice scolaire imposé).

C’est aussi une grande satisfaction humaine. Alors que je redoutais un peu que cette version « formation continue » de ce module de FOAD soit désincarnée, puisque nous renoncions même à nos deux séances de retrouvailles « en présentiel » dans une bibliothèque, impossibles compte-tenu de l’éloignement géographique des stagiaires (de Taiwan à Detroit, en passant par Bruxelles…), c’est le contraire qui s’est produit : beaucoup de chaleur humaine, de belles discussions, des personnalités singulières qui se dessinent à mesure des échanges personnels. J’ai le sentiment d’avoir noué avec ces 19 stagiaires que je n’ai jamais vus des relations plus denses qu’avec des étudiants que je vois une fois par semaine à l’université, et qui me restent parfois de parfaits étrangers. Cette dimension chaleureuse et vivante de la formation m’incite à donner, dans la version prochaine, plus d’audace à nos deux moments de partage par web-conférence. Alors que nous redoutions d’être submergés si ces moments de contact permettaient à tout un chacun de voir et entendre tout le monde, au point que nous avons privilégié un échange assez unidirectionnel, je me sens désormais d’attaque (si la technique suit !) pour des web-conférences plus participatives, et pour des modèles d’interactions entre stagiaires plus autonomes.

Ma participation au congrès des usagers de Moodle la semaine dernière a aussi dopé mon enthousiasme pour ces modalités très riches de structuration du rapport pédagogique (et j’aurais adoré gagner l’un des T-shirts « enseignants émancipateurs » apportés par Martin Dougiamas, créateur de Moodle !). Ma curiosité a été piquée par quelques fonctionnalités de la plateforme que nous n’avions pas choisi d’utiliser, dans cette version initiale, et que je vais explorer l’année prochaine. Les stagiaires, dans leur évaluation de fin de cours, ont aussi fait quelques suggestions de thèmes qu’ils aimeraient voir traités: l’occasion de se mettre à réfléchir sur une saison 2 ?…

En attendant, un grand merci à tous les stagiaires qui ont participé à cette aventure, et qui en ont fait une réussite !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *