« Moi, ce que je préfère, ce sont les dessins mystérieux qu’il y a dans Dis-moi Denys »

Ainsi s’exprime Marie dans le courrier des lecteurs du n°59 d’Okapi (avril 1974). Elle désigne par là les extraordinaires dessins abstraits que France de Ranchin fournit au magazine depuis déjà deux ans, qui contribuent à donner à Okapi une allure inimitable  dans ce début des années 1970. Tout a commencé par une commande de labyrinthes pour la rubrique centrale consacrée aux jeux (voir ce qu’en dit Loïc Boyer sur Cligne-Cligne Magazine).

Puis France de Ranchin illustre par intermittences la rubrique « Dis-moi Denys », dans laquelle la rédaction du journal répond aux questions souvent ontologiques, parfois religieuses, des jeunes lecteurs. À rebours du littéralisme parfois un peu niais que Maurice Cocagnac déplorait déjà en 1968 dans un article de la revue Enfance intitulé « L’esprit d’enfance »1, ces questions profondes sont illustrées de manière totalement abstraite, souvent géométrique, dans des couleurs extrêmement toniques et des dégradés parfaits (aérographe ?) dont la vigueur et la profondeur conviennent parfaitement à la gravité des interrogations enfantines.

Okapi 44, septembre 1973, « Pourquoi y a-t-il plusieurs évangiles? »
Okapi 46, octobre 1973, « Comment rapprocher cette image de Dieu de celle des hommes et des femmes préhistoriques? »
Okapi 48, novembre 1973, « Est-ce qu’il faut croire tout ce qui est dit dans la Bible? »
Okapi 54, février 1974, « Ce que je fais maintenant, est-ce que c’était prévu? »
Okapi 56, mars 1974, « Est-ce que les anges existent? »

Si France de Ranchin signe tous ses dessins, depuis la plus petite grille de mots croisés, il faut attendre 1974 pour que son nom soit mentionné sous le titre des articles, à côté de celui de l’auteur des textes. C’est aussi en 1974, dans ce même numéro d’avril où la jeune Marie dit son admiration pour ces images abstraites, qu’un commentaire, pour la première fois, accompagne une image de France de Ranchin.

Okapi 59, avril 1974, « Explique-moi la résurrection. »

Pour illustrer la demande « Explique-moi la résurrection » l’artiste a dessiné de longues barres interrompues, et la rédaction d’Okapi croit bon de commenter par ces mots : « Sur ce très beau dessin, France de Ranchin a voulu illustrer que, pour un chrétien, la mort n’est pas la fin de tout. Tout corps mort se transforme en corps spirituel, qu’il soit petit ou grand, jeune ou adulte, droit ou courbé, beau ou difforme, debout ou couché« . Le commentaire vient-il suppléer une image que la rédaction aurait trouvé par trop mystérieuse ? Ou à l’inverse, s’adresse-t-elle à une fraction du lectorat (peut-être des parents sceptiques ?…) que la revue cherche à convaincre du bien-fondé de ces images modernes et abstraites qui ne sont pas là pour décorer, mais bien pour exprimer des vérités profondes et mystérieuses ?

Je crois qu’il est bon d’en revenir à l’analyse très fine que proposait à ce sujet le père Maurice Cocagnac en 1968, réfléchissant sur l’illustration des textes religieux destinés aux enfants à la lumière de sa pratique de l’exégèse biblique :

 » Cette présence de l’image au cœur même du texte est à la fois une difficulté et une aide puissante.
En un sens elle complique l’interprétation : l’herméneutique doit jouer à différents plans d’intelligibilité avec une souplesse très particulière. Mais lorsque la critique a pu fixer le coefficient propre d’intelligibilité de chaque genre littéraire, de chaque espèce de formule, de chaque démarche symbolique, on peut alors revenir à une lecture toute simple des images. Certes, cette lecture n’est plus naïve. Si l’on sait, par exemple, que le livre de Jonas est une Parabole, que le thème de l’engloutissement par le monstre est une donnée ancienne de l’histoire des religions primitives, on se gardera bien de faire des recherches ichtyologiques pour déterminer l’espèce de ce poisson pharamineux. On saura toutefois, que cette légendaire ce baleine » a quelque chose à nous dire sur la transformation intérieure des prophètes par leur Dieu, sur les conversions nécessaires de celui qui devient
l’instrument de conversions.
Ainsi libérée du halo d’imprécision qui se forme spontanément devant tout texte biblique, l’image va retrouver la splendeur qui la fit naître. Certes, l’image biblique, ainsi dégagée de sa gangue confusionnelle, ne devient pas, pour autant, un moyen de connaissance claire et distincte. C’est un médium intelligible global qui porte vers des niveaux très divers d’interprétation. Selon notre conviction, seule une démarche de foi permet de parcourir les différents plans pour parvenir à l’intuition simple et pacifiante de l’harmonie interne de cette structure complexe. Le livre biblique imagé, à l’usage des enfants, devra tenir compte de cette vision du texte inspiré. « 

Cocagnac A.-M. « L’esprit d’enfance ». In: Enfance, tome 21, n°5, 1968. pp. 409-414.

Okapi 69, septembre 1974, « Ce n’est pas juste! »
  1. Cocagnac A.-M. « L’esprit d’enfance ». In: Enfance, tome 21, n°5, 1968. pp. 409-414. doi : 10.3406/enfan.1968.2470 http://www.persee.fr/doc/enfan_0013-7545_1968_num_21_5_2470 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *