« Avec lui, c’est plutôt la ligne pas claire »: hommage à René Moreu

Voilà ce qui se passe lorsqu’on est négligent, ou trop occupé : on laisse passer le moment de renouveler son adhésion, on perd le fil, on manque des numéros. Heureusement, Pascale Rousseau veille sur les mémoires défaillantes des adhérents de Mémoire d’Images, et relance les oublieux. Donc, au retour des vacances, et sous une pile de livres et courriers entassés « pour quand j’aurai le temps », voilà que je re-découvre le numéro de printemps de cette excellente revue dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises. Ravissement : le numéro est presque entièrement consacré à René Moreu.

Si j’ai eu la chance de rencontrer René Moreu dans les Albums du Père Castor, avec La Montagne du souriceau qui dessinait une banquise aussi fascinante que celle d’Apoutsiak, c’est plus tard, grâce aux Trois Ourses et au travail de Dominique Thibaud que j’ai découvert, devenue adulte, l’immensité du talent de Moreu, qui, en plus d’être un illustrateur, et le rédacteur en chef de journaux communistes pour l’enfance, est un peintre.

L’article de Jean Bretonelle sait trouver les mots justes pour qualifier les dessins énergiques, frais, authentiques que Moreu invente pour les livres d’images, souvent à La Farandole : « la gravité d’une gravure rupestre et l’insouciance d’un dessin d’enfant », « image d’Épinal punk », « Comme un funambule trébuchant sur un fil tendu qui jamais ne casse, il trace et raconte, toujours un peu à côté, sans jamais commettre la faute de goût d’un dessin prévisible, sans jamais enjoliver », « Rarement, l’illustration pour enfant a porté avec elle la maturité et l’énigme de la peinture (sans se prendre au sérieux), alliée à la fraîcheur de l’enfance. »

Il n’y a rien à ajouter, je me contente donc ici d’offrir à mon tour quelques images de René Moreu, extraites des Chansons à ma façon de Pierre Gamarra (La Farandole, 1963)  et de Si le marais parlait de Jean Ollivier (La Farandole, 1958) que j’aime particulièrement. Pour tout savoir sur Moreu, rendez-vous à la galerie Mirabilia, et sur le site de Mémoire d’image.

Le Charbon.

Dans le matin gris et mouillé
Les mineurs s’en vont vers la mine.
Les coqs crient dans les poulaillers
tandis que les mineurs cheminent
vers les profondeurs de la mine.

On entend dans les pigeonniers
les pigeons du pays minier.
Les rivières calmes et lentes
coulent sous la brume tremblante.

Le soleil a-t-il disparu?
Il fait froid le long des rivières
et le brouillard emplit les rues…
Où s’en vont les mineurs, mon frère?
Ma sœur, où s’en vont les mineurs?

Ils s’en vont chercher la chaleur,
ils s’en vont chercher la lumière.

Pierre Gamarra

Ce billet de rentrée est pour mon amie grenouille.


Une réflexion au sujet de « « Avec lui, c’est plutôt la ligne pas claire »: hommage à René Moreu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *