1968 and the boundaries of childhood: retour sur un colloque

Tout à l’heure s’est achevé le colloque international que Sophie Heywood organisait à Tours dans le cadre de son fellowship financé par le Studium. Pendant trois jours, nous avons parlé des effets des mouvements de 1968 sur la culture enfantine (livres, presse, télévision, espaces de jeu…) partout en Europe, y compris derrière le rideau de fer. La langue des échanges était l’anglais : j’en ressors donc absolument épuisée, mais enthousiasmée par la réussite absolue de cette rencontre intellectuelle.

Il faut dire que Sophie avait très soigneusement organisé ce colloque. L’embryon de ce réseau de chercheurs pré-existait à son séjour de recherche à Tours, puisque c’est à partir des contacts pris au sein de ce réseau qu’est né le projet avec lequel elle a candidaté. De ce fait, les travaux d’une partie des invités à ce colloque lui étaient déjà familiers depuis longtemps. Elle a donc pu très sereinement organiser, autour de ce noyau dur, un équilibre très sûr entre chercheurs confirmés et recherches plus récentes, entre chercheurs qui se connaissent de longue date et nouvelles rencontres, et entre les disciplines bien sûr.

 

Il faut souligner la qualité exceptionnelle des présentations qui ont été offertes durant ces trois jours. Je ne crois pas m’être ennuyée une seule seconde (ce qui est assez rare en colloque, pour dire les choses très franchement). Nous avons pu profiter pleinement de la préparation minutieuse de ces interventions, et du soin de chacun de se faire bien comprendre, aussi bien sur le plan linguistique (merci aux anglophones du souci qu’ils ont pris de leurs auditeurs) que sur le plan contextuel, puisque nous parlions de pays et de disciplines très différents.

À mesure que le colloque avançait, le retour de certaines thématiques ou de certains objets culturels permettait de construire une réflexion infiniment plus large, riche et féconde que les convictions avec lesquelles nous étions arrivés. A ainsi émergé l’idée d’un certain « binarisme » de ces années 68, entre le 68 de la nouvelle gauche et celui des hippies, opposés sur bien des points. Autre notion qui est souvent revenue, celle de la « réalité »: mais entre le souci de « réalisme social » revendiqué par certains pour informer et émanciper l’enfance, et le rejet du « réalisme social » érigé en dogme dans les pays du bloc de l’Est, réalisme contre lequel s’élabore précisément l’esprit de révolte des années 1960, il y a là un point de contradiction passionnant. À mes yeux, il est cependant possible de sortir d’oppositions franchement binaires, en tout cas pour le cas de la France, en observant que les acteurs, notamment les artistes, collaborent quasi simultanément à des entreprises relevant tantôt d’une vision marquée par l’onirisme et la libération des pulsions, tantôt d’un projet insistant sur la nécessité de parler vrai et d’émanciper l’enfant par l’action politique. C’est en tout cas ce que j’ai voulu montrer à travers mon intervention qui portait sur le magazine Okapi fondé en 1971. La confrontation passionnante de tous les points de vue représentés dans ce colloque m’a permis de dépasser l’impression première avec laquelle j’arrivais, celle d’une relative incohérence dans la politique éditoriale de ce magazine, tantôt progressiste et tantôt réactionnaire, marqué à la fois par une forme de classicisme graphique, et par des explosions de créativité psychédélique. Il me semble, au terme de ces trois jours, qu’il faudrait parler non d’incohérence mais de fusion.

Si je devais retenir une image de ce colloque, ce serait celle du poing levé, leit-motiv visuel de bon nombre de productions, notamment éditoriales, adressés à la jeunesse de ces années 68, poing qu’on a vu revenir de nombreuses fois au fil de ces présentations très variées. Symbole de lutte et de combat, ce poing levé était pourtant à  l’opposé absolu du climat d’ouverture et de partage chaleureux qui  présidé à ces trois journées. L’organisation impeccable assurée par Aurélien Montagu et Maurine Villiers du Studium est pour beaucoup dans la décontraction des moments d’échanges informels qui nous ont permis de poursuivre nos échanges, et surtout, d’engager déjà des prolongements à ces journées de dialogue. À l’issue de ces trois jours incroyablement riches, j’ai le sentiment d’avoir énormément appris, de douter plus encore (ce qui est bon signe), d’avoir beaucoup de choses à découvrir, et… beaucoup de nouveaux collègues avec lesquels j’ai envie d’approfondir ma réflexion !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *