La typographie dans l'album

Peter Gabor annonce sur son blog la parution d'un monumental ouvrage consacré à la police Futura:

"Écrit en collaboration par Alexandre Dumas de Rauly & Michel Wlassikoff, il parcourt en 9 chapitres préfacé par Étienne Robial, la naissance logique de cette police, dessinée par Paul Renner sur la base d'un dessin d'Antique en raison de l'invention chez les phéniciens de ce type de tracé (700 av/JC). Il raconte par le menu comment ce dessin a conquis le monde entier partant du Bauhaus chassé par le régime nazi, parcourant les USA pour finalement nous revenir par le biais de la publicité qui y trouvait la simplicité et l'efficacité neutre pour vendre la Wolkswagen ou pour produire l'identité visuelle de Canal Plus."

L'ouvrage, comme toujours avec Michel Wlassikoff, est sans doute une mine d'informations, splendidement illustrée et très pédagogique: j'attends avec impatience l'exemplaire commandé à la bibliothèque universitaire. Mais si mon impatience est telle, c'est aussi parce qu'il me semble que la typographie (ou le lettrage) est une dimension quasi jamais évoquée dans les commentaires et analyses de l'album pour enfants, comme s'il n'y avait rien à dire sur la typographie… ou plus exactement, comme si les lecteurs et commentateurs ne la voyaient pas.

Pourtant, c'est à mes yeux un élément fondamental de l'album, dans lequel le texte est de l'ordre du visible avant même d'être lu (puisque la plupart des jeunes destinataires ne maîtrisent pas encore eux-mêmes la lecture). Les jeunes graphistes des années 1990 l'ont bien compris, notamment ceux qui, autour d'Olivier Douzou aux Éditions du Rouergue, ont donné au lettrage et à la typographie une démesure et une fantaisie rarement atteinte de manière aussi systématique. Paul Faucher, à l'autre extrémité du siècle, était lui aussi méticuleusement attentif à cette question, lui qui s'appliquait à créer des livres pour amener les non-lecteurs à la lecture. Entre ces deux bornes, et si l'on excepte les exubérances des éditions HarlinQuist-Ruy-Vidal, prenant la suite des expérimentations plus discrètes (dans le propos) mais tout aussi efficaces des albums Delpire, éditeurs et commentateurs restent muets sur cette question. Et pourtant…

La collection Les Petits Livres d'Or est un observatoire passionnant de ces questions. Comme au Père Castor, les pages de titre intérieures sont composées avec un soin rigoureux, comme dans cet exemple dans lequel le lettrage imite le style "rondins" du mobilier des Trois Ours, le tout dessiné par Feodor Rojankovsky.

Ces lettrages expressifs, évoquant souvent la graphie manuelle, sont réservés aux couvertures et aux pages de titre. Ils cèdent la place dans les pages intérieures à des typographies mécaniques — et ici, dans ces albums nés au début des années 1940, arrivés en France dans les années 1950, c'est souvent une police moderniste qui prévaut, comme dans le n°1, Notre ami chien de Ruth Nast et Rojankovsky:

Je compte bien que la lecture de l'ouvrage consacré à Futura, comme celle de la monographie consacrée à Roger Excoffon1 par David Rault, ou les ouvrages d'Adrian Frutiger2 me permettront d'apporter les éclairages nécessaires à cette analyse de la typographie et du lettrage dans l'album.

  1. David Rault , Roger Excoffon. Le gentleman typographe, Atelier Perrousseaux, 2011, 235 p. []
  2. Par exemple Adrian Frutiger, Une vie consacrée à l’écriture typographique, Atelier Perrousseaux, 2004, 127 p., ou encore Adrian Frutiger, À bâtons rompus. Ce qu’il faut savoir du caractère typographique, Atelier Perrousseaux, 2001. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion au sujet de « La typographie dans l'album »

  1. Le livre sur Futura est sorti l'année dernière, et a l'air en effet d'être très intéressant. Ravi que tu l'aies commandé. Sur le rôle expressif de la typographie ou du lettrage dans le livre pour enfants, on peut au moins remonter aux années 1840, l'un des exemples les plus éclatants étant sans doute Richard Doyle, dans ses illustrations de Grimm et de Dickens.
    http://www.victorianweb.org/art/illustration/doyle/index.html
    Mais dans ce cas précis, comme dans celui de tes pages de titre du Père Castor, il vaut sans doute mieux parler de lettrage que de typographie, le terme de typographie pouvant sans doute être réservé à l'écriture au plomb, non aux dessins "de circonstance".

    Mais il ne fait nul doute, dans un cas comme dans l'autre, que le choix de la forme des lettres utilisées est très souvent la conséquence d'un choix esthétique. Je dis "très souvent", parce que tous les éditeurs ne choisissent pas non plus la typographie de manière soignée et signifiante. Peut-être en effet les éditeurs de livres pour la jeunesse, et surtout d'albums, le font-ils plus que les autres. Ce sera à toi de nous le dire :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">