Trois brigands

Sont parus cette année deux ouvrages consacrés à l’art de Tomi Ungerer, tous deux dus à la plume de Thérèse Willer, conservatrice du Musée Tomi Ungerer à Strasbourg: Tomi Ungerer et ses maîtres. Inspirations et dialogues, catalogue remarquablement illustré de l’exposition qui s’est tenue du 18 novembre 2011 au 19 février 2012 à Strasbourg; et Tomi Ungerer. Graphic Art, essai à peine illustré cette fois, qui tente une synthèse cohérente de l’art de l’illustrateur. Si les catégories ébauchées dans ce dernier ouvrage peuvent prêter à débat, parce qu’elles plaquent parfois sur certains domaines des affirmations contestables (je parle évidemment surtout de l’illustration enfantine, et par exemple de la notion de « fable » utilisée comme catégorie par Thérèse Willer), il faut pourtant reconnaître l’intérêt du travail de fond mené depuis des années par Thérèse Willer, travail que les deux ouvrages mettent remarquablement en valeur.

Le catalogue de l’exposition de Strasbourg a notamment le mérite d’offrir en vis-à-vis des dessins, gravures, affiches ou tableaux dont Ungerer s’est visiblement nourri pour composer son style et son répertoire. Alors que l’exercice aurait pu être factice, la démarche ravit ici, car elle permet de mettre en valeur ce qui est inspiration et ce qui, peu à peu, dessine un style propre. Par ailleurs l’éclectisme de la culture visuelle de Tomi Ungrer réjouit le lecteur, qui voyage des Fligende Blätter à Kubin et Grosz.

C’est le hasard qui m’a fait découvrir dans une remarquable boutique tourangelle deux recueils de Münchener Bilderbogen dont l’un contient une planche qui pourrait bien avoir suggéré la silhouette des Trois Brigands…

Anonymes, indiscernables, ils sont au nombre de sept dans l’histoire que raconte la feuille: sept conjurés qui finissent emprisonnés et condamnés à mort. L’économie graphique et la force visuelle de ces silhouettes noires pourrait bien avoir inspiré Ungerer!

On trouvera des choses passionnantes sur les Münchener Bilderbogen et autres Fliegende Blätter sur le blog d’Antoine Sausverd Töpfferiana.

Merci à Sébastien Busson et Hélène Fauquet de la cellule Image du CESR pour leur aide!


2 réflexions au sujet de « Trois brigands »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *