Yvan Pommaux se livre

PommauxLes éditions l’École des Loisirs consacrent à Yvan Pommaux le dernier opus de la réjouissante (et gratuite) petite collection « Tout sur votre auteur préféré » (parution 2014 — téléchargement possible ici). L’artiste, interrogé par la journaliste Lucie Cauwe, y [sur]joue un rôle d’illustrateur vétilleux et grognon, à la fois inquiet et orgueilleux, pour le plus grand plaisir du lecteur. Le petit volume contourne en effet l’écueil de la biographie panégyrique en mettant en scène une correspondance, d’abord bourrue et méfiante, entre la journaliste et l’artiste – ce qui permet au passage de signaler l’excellent blog de Lucie Cauwe.La forme subvertie de l’hommage au Grand Artiste permet ici à Yvan Pommaux d’exercer sa mauvaise humeur, notamment en s’en prenant aux adultes qui ne savent pas regarder les images — ses images, en particulier : « J’aimerais faire une petite mise au point: j’ai souvent lu, ici ou là, que j’utilisais toujours la « ligne claire ». […] C’est un peu vrai pour quelques albums, mais faux pour la plupart, et de façon se évidente que je m’interroge sur l’aptitude de beaucoup à simplement regarder une image. Sans parler d’appréciation qualitative… » (p.39).

Pommaux 2

Sans parler d’appréciation qualitative? vite dit! Car dès la page suivante, c’est sans mollesse ni langue de bois que l’illustrateur fustige, d’un même trait, les images qu’il n’aime pas… et les commentateurs incapables d’en déceler les faiblesses!

« J’ai souvent l’impression que les lecteurs adultes de livres pour enfants sont complètement à côté de la plaque quand ils parlent des illustrations. Le problème est qu’ils pensent posséder les mêmes connaissances pour juger d’un texte ou d’une image. Mais alors qu’ils ne confondent généralement pas la bonne et la mauvaise littérature, qu’ils repèrent immédiatement l’emphase, la maladresse ou la platitude, ils peuvent s’extasier devant un mauvais dessin, une image sans le moindre intérêt ou se prétendant « artistique », collage « matissien », gros trait « calligraphique » surchargé d’encre, ou pointure au doigt qui, si on les situe dans l’histoire de l’art, ont un siècle de retard. » (p.40)

La charge souligne en fait deux travers. La premier est l’inculture graphique d’une partie des commentateurs de livres pour enfants. À quoi tient-elle ? Tout simplement à la formation reçue par ces adultes, que la proximité avec le monde éducatif et avec les études littéraires ont, par la force des choses, tenus éloignés de toute formation, esthétique ou sémiotique, à l’image. Certes, on pourrait imaginer qu’on ne parle pas de ce qu’on ne connaît pas… Ce serait passer à côté d’une évidence : dans notre société, bien que l’image soit omniprésente, elle continue à souffrir d’un certain discrédit, contrairement au texte. Ce qui fait qu’on ne s’aviserait pas de porter un jugement critique littéraire si on n’a reçu aucune formation à la littérature, son histoire, ses ressorts… tandis que tout un chacun s’estime compétent pour parler de l’image, et considère que son avis personnel peut constituer un jugement critique. Revenir en amont de « l’évidence » des images, former dès le plus jeune âge à leur lecture, voire à leur production (non pas dans le but de former des artistes, mais pour faciliter la compréhension d’un artefact dont on aura testé les difficultés de production), donner à tous les éducateurs une formation à la lecture, l’appréciation et l’évaluation des images, s’avère toujours aussi nécessaire.

Mais la remarque d’Yvan Pommaux vise un second phénomène, flagrant depuis les années 1990 : le domaine de l’album pour enfants, longtemps dévalorisé, rangé du côté des « arts appliqués » encore dégradés par leur destinataire enfantin, jugé puéril… est soudain devenu un lieu d’expression pour artistes et graphistes. Investi par des illustrateurs de grand talent, bientôt dopé par une reconnaissance croissante, le secteur a alors attiré des artistes auto-proclamés (dont le dessin mérite les remontrances de Pommaux) et des graphistes en mal de lieu d’expression (dont le désintérêt pour la fonction même de l’album, raconter une histoire aux enfants, a créé des distorsions au sein de l’édition pour l’enfance). D’où une profusion de publications, d’images, d’albums, et même de maisons d’édition, qui ont parfois [temporairement ?] oublié qu’un livre pour enfants… s’adresse avant tout à des enfants, qu’il s’agit d’intéresser, à qui il convient de s’adresser sans condescendance, mais sans complaisance démagogique non plus, avec un respect qui n’empêche certainement pas la créativité. On pourrait discuter certaines formulations d’Yvan Pommaux, trouver à pinailler sur la formule « l’illustration doit simplement être lisible et raconter » (p.40), car il existe bien des images qui ne racontent pas, qui sont comme les descriptions dans le récit, une pause pour le regard et pour l’esprit… Certes, je pourrais pinailler. Mais ce serait, à mon tour, faire le grognon, et bouder le plaisir qu’il y a à voir écrites dans un livre, par un artiste de grand talent, des phrases que je ne cesse de répéter à mes étudiants : « Je crois profondément qu’un livre est un livre, pas une galerie de substitution pour artistes ayant trouvé là un formidable lieu d’exposition. […] L’illustration n’est pas de l’Art, et n’a pas, comme lui, le devoir d’être en pointe, jamais vue, absolue. […] Qu’un style se dégage, que des tendances s’expriment, c’est légitime. En cela, l’illustration est parente de l’Art… mais une parente éloignée. » (p.40)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *