Critiquer les livres pour enfants: deux journées pour y penser

Le colloque qui s’est déroulé les 5 et 6 novembre dernier à la BnF et à la Sorbonne, La Revue des livres pour enfants a 50 ans : regards sur la critique de la littérature pour la jeunesse, a offert une moisson inhabituelle de rencontres stimulantes. Il n’est pas rare en effet que les colloques se révèlent très inégaux, que le jeu académique fonctionne à plein, et qu’on s’y ennuie un peu. Or ces deux journées ont apporté sur cette question de la critique du livre pour la jeunesse une mosaïque de points de vue très informés et passionnants, qui vont faire réfléchir. J’en retiens, à titre personnel, quatre impressions majeures.

De manière diffuse, la question du genre a parcouru les débats: si l’on se pose assez tôt la question de la lecture genrée des livres pour la jeunesse, dans la critique professionnelle, il semble qu’on n’en ait toujours pas fini avec une légère condescendance à l’égard des lectures « des filles ». L’exposé passionnant d’Alice Brière-Haquet sur les appréciations de Twilight comme celui de Sonia De Leusse-Le Guillou consacré au phénomène des booktubers ont ramené sur le devant des préoccupations la question du genre de la lecture: lit-on de la même façon si on est une fille? Lit-on la même chose? considère-t-on de la même façon une critique littéraire émise par une fille? Et en a-t-on totalement fini, au fond, avec l’accusation d’hystérie? Je ne m’attendais pas à ce que cette question soit un des fils rouges du colloque, c’est donc une surprise assez stimulante.

L’autre question qui a couru souterrainement (trop, parfois) au long de ces deux jours est évidemment celle de la morale — ou du jugement moral, ce qui n’est pas tout-à-fait la même chose. Il me semble qu’il a manqué un temps fort de réflexion sur cette notion, qui me paraît essentielle. La critique des XVIIIe et XIXe siècles met évidemment l’accent sur la dimension morale des lectures enfantines, mais cela vaut encore largement dans les années 1950 et 1960. À quel moment l’adjectif « moral » et l’expression « faire la morale » deviennent-ils péjoratifs quand on critique un livre pour enfants, ainsi que l’ont montré Florence Gaïotti et Guillemette Tison dans leur étude des fiches pour le « prix du roman jeunesse » décerné par le CRILJ et le ministère de la jeunesse dans les années 1990 ? Le jugement moral aurait-il absolument déserté le regard critique porté aujourd’hui sur les livres pour enfants? Mon expérience de comité de lecture me fait dire qu’il n’en est rien, évidemment — même s’il est tout aussi évident que la forme prise par cette « leçon » morale divulguée dans le livre pour enfants a dû évoluer pour rester tolérable. Ne percevons-nous que la morale qui n’est pas (plus) la nôtre?… Je me réjouis de l’annonce, ces mêmes jours, de la parution du n°38 des Cahiers Robinson qui porte notamment sur ce sujet (« Civiliser la jeunesse« ).

Je retiens encore de ces deux journées la réflexion, certes marginale encore, mais ouvrant de nombreuses pistes, sur le regard critique des destinataires eux-mêmes: les enfants, les adolescents. Bérénice Waty a conclu sa présentation consacrée aux prix des Incorruptibles en classe de maternelle par une interrogation sur la pertinence même du dispositif: cela a-t-il un sens de singer, avec des enfants de 3 ans, le cérémonial discutable du « prix » littéraire, et n’y a-t-il pas d’autres moyens de stimuler la parole critique des jeunes enfants? Pour les lecteurs les plus âgés, l’analyse des réseaux sociaux souligne à l’inverse l’émergence  de performances critiques nouvelles dans leurs modalités et dans leurs codes. Quels sont, en leur sein, les éléments de constitution d’une réelle conscience critique? La critique professionnelle gagnerait-elle à l’étudier de plus près? Sans l’imiter, bien entendu, mais en scrutant de manière peut-être un peu plus intense le discours critiques de ceux qui ne se prévalent d’aucune compétence professionnelle, encore moins théorique – d’autant que beaucoup de « critiques professionnels » ont avoué, peu ou prou, durant ces deux jours, qu’ils s’étaient jugés eux-mêmes, à leur débuts, « peu légitimes », « incompétents » ou novices…

La dernière réflexion suscitée par ce colloque est la question de l’entre soi. Si ce colloque a eu l’immense mérite de réunir des voix très diverses, je reste toutefois avec l’impression qu’on a parfois évité le débat, notamment parce qu’il y a été question de la critique la plus institutionnalisée: celle des revues professionnelles, des institutions, associations de promotion de la littérature et de la lecture des jeunes, voire universitaires. Quid de la critique… que nous ne lisons pas, nous « spécialistes » de livres pour enfants? Quid de la critique qui aime les livres que nous n’aimons pas? Quid de la critique qui utilise des critères que nous récusons? À cet égard, j’ai regretté que la table ronde qui réunissait des journalistes, passionnante, n’ait pas permis d’entendre de journalistes venus de la presse populaire, de la presse quotidienne régionale – ou de la presse moins sensible aux arguments communs aux bibliothécaires, libraires spécialisés et universitaires: par exemple, Thibaut Dary, du Figaro, qui avait réagi violemment à la polémique lancée à la suite de la condamnation de l’album Tous à poil par Jean-François Copé par un article intitulé « et si la littérature jeunesse était trop souvent médiocre? »? Mariana Grépinet, de Paris-Match? Karine Chadeyron, de Femme Actuelle? Critiquer le livre pour enfants depuis un autre point de vue que le nôtre… c’est encore critiquer le livre pour enfants, cela entrait donc dans le programme de ce colloque, et la confrontation des points de vue aurait peut-être permis de faire émerger ce qui sous-tend toute critique, mais qu’on ne voit pas tant on y baigne: le substrat idéologique de tout regard évaluatif. Nous ne jugeons pas d’après des vérités, nous jugeons d’après des convictions: il est possible que cette prise de conscience (plus facile lorsqu’on examine des périodes anciennes) permette, au moment de la réflexion sur la publication des actes de ce colloque, de réfléchir à ce qui distingue précisément la critique « professionnelle » de la critique amateur et enfantine.

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Critiquer les livres pour enfants: deux journées pour y penser," in Album '50', 7 novembre 2015, http://album50.hypotheses.org/856.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *