Parler au micro

Cours en ligne #2 : nous avons eu cette semaine plusieurs réunions de calage. Il fallait examiner les échantillons que j’avais produits pour tester notre protocole de travail, établir un calendrier, réfléchir aux aspects graphiques de l’interface offerte aux étudiants, tout ça en même temps. C’est assez déstabilisant, puisqu’on est encore aux balbutiements, côté contenu, mais qu’il faut déjà se projeter dans le déroulé du cours, dans la position de l’étudiant qui suit les divers modules ; l’exercice est assez schizophrénique, mais très formateur.

Je n’étais pas satisfaite du rendu sonore de mes premiers essais : je jugeais mon élocution heurtée, trop rapide, avec des débuts et des fins de phrases qui « mangeaient » les mots. Au montage, le réalisateur accuse plutôt le micro que j’utilise, et propose de me prêter du meilleur matériel, et de m’apprendre à m’en servir. Nous avons convenu en effet que je travaillerais chez moi, sur du matériel « domestique » que je sais utiliser — et pas en studio, en réalisation professionnelle — pour des raisons de souplesse qui sont pour moi fondamentales, mais là nous butons sur des problèmes de qualité technique. Rendez-vous est pris. J’apprends à chapitrer les séquences montées et déposées sur notre environnement numérique de travail ; le chapitrage se révèle finalement moins utile que la possibilité d’insérer dans les films des « puces » très visibles, permettant de se repérer dans les séquences, et de renvoyer vers des documents complémentaires (ce qui facilitera aussi la mise à jour des séquences, année après année).

Puis on s’occupe du micro : je suis d’abord intimidée par ses dimensions, mais après quelques essais au casque, puis sur les enceintes du studio, la comparaison avec mes tentatives « maison » est sidérante. La différence technique change totalement l’atmosphère sonore de la séquence : le son métallique a disparu, on se croirait à la radio. Le son semble « apaisant », et demande tout simplement moins d’effort à l’auditeur.

La réunion de travail suivante porte sur l’établissement du cahier des charges qui sera soumis à des graphistes pour l’interface du cours en ligne. Je croyais n’avoir aucune idée à ce sujet, et au fil de la discussion, les exemples qui me sont montrés, les questions qui me sont posées, les suggestions faites par les uns et les autres me font réaliser à quel point il est important qu’en l’absence d’une salle de cours, de co-apprenants et d’un enseignant en chair et en os, il revient à « l’ambiance visuelle » du cours en ligne de mettre en confiance l’étudiant et de baliser son parcours. Là encore, il ne s’agit pas de maniaquerie ou de luxe, mais tout simplement de créer les conditions de confort minimal indispensable à la transmission pédagogique.


Une réflexion au sujet de « Parler au micro »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *