Archives pour la catégorie Démarches, théories & réflexions personnelles

Corriger des copies virtuelles

Cours en ligne #12. Ce week-end, c’est copies. Ou plutôt, correction en ligne d’exercices réalisés en ligne par mes étudiants. Passons sur ceux qui ne les ont pas faits ( je ne sais pas pourquoi), ou pas à temps, parce qu’ils n’avaient pas noté la date limite / n’avaient pas sous la main un ordinateur et un réseau internet assez costaud / avaient commencé en pensant y revenir pour peaufiner, sans réaliser que c’était cette fois un quiz à tentative unique. Faire cours à distance consiste, au fond comme un cours classique, à gérer autant de cas particuliers qu’il y a d’étudiants — donc, en l’occurrence, à ouvrir des dérogations individuelles à peu près à chaque séquence pédagogique. Mais jusque là, rien d’anormal : enseigner, c’est faire face à des humains, et les humains, heureusement, ne se plient jamais totalement à des modèles théoriques. Continuer la lecture de Corriger des copies virtuelles 

Des livres anciens pour les bambins

Si les imagiers sont souvent les premiers livres des bébés, les autcouvplo-boulaire-webeurs et les éditeurs pour la jeunesse ont très tôt aussi accordé une grande importance aux albums qui racontent une histoire adaptée à de très, très jeunes enfants. Dans mon livre Les Petits Livres d’or. Des albums pour enfants dans la France de la guerre froide, tout un chapitre est consacré aux albums qui, au sein de cette collection créée aux États-Unis en 1942, s’adressent avec jovialité aux enfants les plus jeunes. Le texte qui suit est extrait du chapitre 1, « Une collection de ‘grands’ livres pour les bambins ». Continuer la lecture de Des livres anciens pour les bambins 

Tout toute seule

tutto-da-me_ing3Imagiers #4. Plus cérébral est l’album de William Wondriska, Tout toute seule, paru initialement en 1963. Dans ses albums, Wondriska expérimente les rapports du dessin et de la typographie ; c’est le cas notamment dans le magnifique Puff publié en 1960 par Pantheon (NY) – Barbara Bader rappelle que Wondriska est élève à la School of Design de Yale au moment où Josef Albers est à sa tête. Il y est condisciple de Paul Rand, et les deux artistes mettent en œuvre, dans leurs albums pour enfants, les propositions graphiques héritées du Bauhaus. Continuer la lecture de Tout toute seule 

Gilberto et le vent, un « imagier » sensuel

Imagiers #3. Je poursuis mon exploration de quelques livres qui, à mes yeux, fonctionnent à la manière des « imagiers », c’est-à-dire qu’ils « imagent » certaines des expériences du jeune enfant, sans jamais s’abandonner à la facilité, ni glisser vers des représentation conventionnelles dépourvues de saveur ou de densité. Continuer la lecture de Gilberto et le vent, un « imagier » sensuel 

Encore des imagiers

Imagiers #2. Je poursuis ici ma réflexion engagée sur les « imagiers », ces albums destinés à de tout jeunes enfants qui « montrent » le monde et invitent à « parler dessus ». Si j’ai commencé avec L’Imagier du Père Castor (1952) et poursuivi avec des « classiques » de Tana Hoban, datant des années 1980, c’est pour montrer que la dimension subversive des imagiers n’est pas l’apanage des albums récents, avant-gardistes ou post-modernes, qui se présentent parfois explicitement comme des « imagiers pour enfants modernes » (titre d’une collection des éditions Passage Piétons), mais qu’il est au fondement même du projet d’imagier. Continuer la lecture de Encore des imagiers 

Des « imagiers » de Tana Hoban pour les bébés

Imagiers #1. Dans un récent billet consacré aux imagiers utilisés dans le cadre du programme « Parler bambin », j’ai exprimé ma déception de voir qu’une démarche adressée à de jeunes enfants en crèche faisait l’impasse totale sur les remarquables productions de l’édition pour la jeunesse contemporaine. Avec de semblables objectifs (faire parler les enfants, les inciter à pointer, nommer, échanger, juger), il me semblait qu’il aurait été très facile de procéder à une petite sélection d’ouvrages existants, présentant une même efficacité tout en offrant une évidente plus-value esthétique et poétique. Je voudrais proposer ici quelques aperçus, justement, sur certains de ces « imagiers » modernes qui ont fleuri dans l’édition enfantine depuis les années 1980, et qui sont une véritable richesse offerte aux bébés, et aux adultes qui prennent soin d’eux.

Continuer la lecture de Des « imagiers » de Tana Hoban pour les bébés 

« Parler bambin », et regarder de faux livres?

Fortement soutenu par l’agence « La France s’engage », le programme de sur-stimulation langagière « Parler bambin » est présenté ici ou là comme la panacée pour réduire les écarts de compétences  langagières des jeunes enfants, particulièrement dans les zones urbaines sensibles. Salué par les uns, notamment des professionnels de la petite enfance grenoblois qui ont testé le dispositif lorsqu’il était encore à l’étude, et qui reconnaissent que l’expérience les a incités à interagir plus et mieux avec les tout petits, le dispositif est pourtant controversé. Continuer la lecture de « Parler bambin », et regarder de faux livres? 

« Chanter la lecture »

Chanter la lecture #2. Les 13 et 14 septembre dernier, Xavier Bisaro a réuni pour la 3e fois les chercheurs et praticiens engagés dans l’axe 4 de son programme Cantus Scholarum. J’ai déjà présenté ce projet dans un autre billet, daté de février 2016. Le lien qu’il me permet de faire avec ma perception poétique de l’album est un des éléments les plus stimulants de ma recherche actuelle. Continuer la lecture de « Chanter la lecture » 

Sophie Heywood invitée à Tours pendant un an

mles-Sophie_HeywoodJ’ai le très grand plaisir d’annoncer que Sophie Heywood, lecturer à l’université de Reading (G-B), vient de remporter un fellowship financé par le Studium, agence de financement de la recherche en région Centre. Concrètement, cela signifie que j’aurai la chance de l’accueillir à Tours, au sein du laboratoire InTRu, pendant toute une année. Sophie avait sollicité ce financement d’un an afin de donner toute sa mesure à son projet de recherches international, déjà bien engagé, intitulé The Children’s ’68. Bienvenue à elle ! Continuer la lecture de Sophie Heywood invitée à Tours pendant un an 

Quels outils conceptuels pour aborder l’image dans l’album pour enfants ?

Ce texte correspond à l’intervention que j’ai faite samedi 21 mai au séminaire mensuel de l’Afreloce à l’ENS. Les discussions nourries qui ont suivi cet exposé ont permis de soulever des problèmes et même d’imaginer comment certains pourraient se résoudre. Il en sera question dans un prochain billet. Merci à tous les chercheurs qui ont eu la patience de m’écouter jusqu’au bout, et qui ont contribué, par leurs questions et remarques, à me faire voir ce que, le nez sur mes problèmes, je ne voyais qu’imparfaitement. Et merci aux organisatrices de ce séminaire, Mathilde Lévêque et Deborah Lévy-Bertherat, d’avoir réussi à créer et maintenir ce lieu de dialogue fécond. Continuer la lecture de Quels outils conceptuels pour aborder l’image dans l’album pour enfants ? 

Comment faire un TP à distance ?

Cours en ligne #5. Les « vacances » de Pâques m’ont permis d’avancer de manière significative dans l’élaboration des divers modules de mon cours en ligne. La première partie du cours, plus magistrale, est finalement assez facile à monter. Certes, il faut du temps pour transformer la matière d’un exposé magistral en son équivalent en ligne, préparé sous la forme d’un powerpoint bien documenté, dont le commentaire est enregistré et synchronisé, de manière à produire un petit « film » qu’on enrichit de documents annexes et liens hypertexte. Continuer la lecture de Comment faire un TP à distance ? 

Apprendre à écrire avec Eloïsa Perez

atelier
© Eloïsa Perez

Le séminaire mensuel de l’Afreloce à l’ENS a accueilli, samedi 12 mars, la graphiste et chercheuse Eloïsa Perez, venue présenter ses travaux de recherche consacrés à l’apprentissage de l’écriture à l’école. La séance était enthousiasmante. D’abord, parce qu’il est rare qu’un étudiant réussisse à présenter ses travaux en cours avec un tel mélange de grande modestie, de parfaite clarté, et de fluidité. Et puis, parce que tout ce qui nous était montré était beau ! Continuer la lecture de Apprendre à écrire avec Eloïsa Perez