Archives mensuelles : juin 2011

À la recherche des Petits Livres d’Or

À peine libérée de l’ANR Mame, il faut se mettre au nouveau chantier de recherches, imprudemment baptisé Histoire et esthétique de l’album pour enfants en France depuis les années 1950, ainsi que me l’ont fait remarquer, moqueurs, mes camarades de l’Afreloce lorsque j’en ai présenté les prémices au séminaire mensuel qui se tient à l’ENS: au vu de la masse d’informations à traiter, c’est un programme qui devrait m’occuper 50 ans, selon eux. D’où le titre polysémique de ce ‘carnet de recherches’. Continuer la lecture de À la recherche des Petits Livres d’Or 

Album ’50’

Ce carnet suit au jour le jour le développement du projet de recherches « Histoire et esthétique de l’album pour enfants en France depuis les années 1950 ». Menées par Cécile Boulaire, maître de conférences à l’Université François-Rabelais (Tours), ces recherches associeront à l’occasion d’autres chercheurs intéressés par ses objets, sa périodisation ou ses problématiques.
Les travaux universitaires portant sur le livre illustré pour la jeunesse, et particulièrement sur le genre de l’album, se sont concentrés jusqu’à présent sur le contexte économique et artistique de sa naissance puis de son entrée dans la modernité (travaux d’Isabelle Nières-Chevrel et d’Annie Renonciat). On voudrait ici prendre en charge la seconde moitié du XXe siècle, période d’intense développement économique du secteur de l’édition pour enfants, traversée par des tensions idéologiques (littérature de masse vs recherche esthétique ; didactisme vs militantisme libertaire), et profondément modifiée aussi bien par des innovations technologiques majeures (généralisation de l’offset ; passage à la PAO) que par le bouleversement du marché du livre. D’autre part, la recherche fera une place à la question, centrale ici, des transferts culturels : bien que la loi de 1949 qui régit le domaine du livre pour enfant ait été pensée comme dispositif endiguant les importations américaines, il est indispensable de mesurer l’influence graphique, esthétique et sans doute narrative des picturebooks anglo-saxons, de même que, une décennie plus tard, la puissance d’innovation graphique inspirée par les écoles d’art d’Europe Centrale (affichisme Polonais, graphisme tchèque, industrie du livre pour enfants dans le bloc socialiste). Enfin, la recherche mettra en lumière une esthétique de la narration propre au genre “album”, de sorte que les travaux engagés mobiliseront ensemble l’histoire de l’édition (techniques et économie), l’analyse des courants esthétiques, et la performativité littéraire. L’objectif est de produire conjointement une histoire et une poétique de l’album pour enfants en France.