Archives mensuelles : mars 2013

Séminaire « littératures dessinées »: les exposés des étudiants

Après un début de semestre consacré à des généralités théoriques et narratologiques, les exposés des étudiants ont repris. Comme chaque fois, je suis amusée par la capacité qu’ont des étudiants de master recherches à se décentrer, et à adopter, pour analyser des objets qui leur sont inconnus, des stratégies intellectuelles très fécondes: preuve qu’on ne leur inculque pas des recettes, mais qu’on leur apprend à réfléchir librement.

Puni-CagibiLe 14 mars, C.S. a choisi de faire porter son étude sur l’analyse du personnage dans Puni-cagibi d’Alain Serres et Claude K.Dubois. Elle fait preuve d’une remarquable adaptation — c’est la première fois qu’elle suit un cours sur le livre pour enfants, et le concept d' »iconotexte » ne lui est pas familier. Continuer la lecture de Séminaire « littératures dessinées »: les exposés des étudiants 

Maurice Sendak & William Blake

source: http://www.philnel.com/2013/03/09/sendakblake/
source: http://www.philnel.com/2013/03/09/sendakblake/

Le blog, souvent passionnant, de Philip Nel, Nine kinds of pie, publie un billet remarquable de de Mark Crosby, consacré aux liens très étroits qu’a toujours entretenus Maurice Sendak avec l’œuvre de William Blake. Mark Crosby est Associate Professor à la Kansas State University et spécialiste de Blake; auteur de plusieurs ouvrages consacrés à l’artiste, il est responsable de la bibliographie dans le cadre de la William Blake Archive.

Bibliographie: achats du jour

BibliographieLe printemps incitant au renouvellement de la garde-robe, une visite matinale à l’excellente librairie Libr’enfant m’a permis de compléter ma bibliothèque. Même pas peur, ouvrage issu des travaux de l’association Envols d’Enfance et publié par Gallimard Jeunesse, réunit des textes, des images et des  travaux d’enfants autour de l’idée – et de l’émotion – de la peur. Plein Cadre, catalogue réalisé par des étudiants de l’Ecole Estienne à l’occasion d’une exposition, revient sur l’œuvre fascinante d’Etienne Delessert et sur une carrière extrêmement riche, et loin d’être terminée. Voilà deux ouvrages à faire lire à mes étudiants les plus jeunes — parce qu’ils sont faciles à lire, mais aussi qu’ils abordent en peu de mots les questions qui reviennent en permanence. Delessert, comme Ungerer, parce qu’il ne s’est pas limité au dessin d’illustration pour enfant, dément toutes les fausses certitudes sur « ce que doit être un bon dessin pour enfant ».

Images drôlatiques, dans le même mouvement que les superbes rééditions des éditions MeMo, Drôles de bêtes et Histoire d’une boite à joujoux, témoigne de l’appétit actuel pour l’histoire de l’album en France — le tout est dynamisé par l’énergique association des amis d’André Hellé, et on ne peut que s’en réjouir.

Il ne manque donc plus que le soleil pour que le printemps puisse vraiment commencer.

Little Fur Family

Il y a des coïncidences réjouissantes, dans la vie de la recherche. Celle qui m’a fait découvrir, par l’intermédiaire d’une de mes étudiantes qui travaille sur l’œuvre de Remy Charlip, son album Four Fur Feet, dont le texte est de la merveilleuse Margaret Wise Brown, justement quand je me mettais à retravailler sur Little Fur Family, de la même Margaret Wise Brown et de Garth Williams. Parfaite lecture pour un jour de mars où la neige se remet à tomber. Et dédicace, évidemment, à  Evelyne Resmond-Wenz qui m’a fait jadis découvrir ce livre, et à CG dont c’est l’anniversaire et qui aimera, j’espère, cette tendre et simple histoire d’animal à fourrure qui s’éloigne vigoureusement du foyer familial, pour y revenir avec la même énergie de vivre!

source: http://www.bookpatrol.net
source: http://www.bookpatrol.net