Archives mensuelles : novembre 2015

« Narrativités »: deux jours en Asie

Les 25 et 26 novembre dernier se tenaient à l’INALCO deux journées organisées dans le cadre du programme Narrativités: paroles, textes, images réunissant des chercheurs du PRES Sorbonne Paris Cité, en l’occurrence du CNRS, de l’INALCO et de l’EPHE. Même si les débats ont fait place à quelques programmes iconographiques occidentaux, les chercheurs investis dans le projet sont tous spécialistes de l’Asie, ce qui était totalement dépaysant. Rien n’est plus stimulant en effet que de voir traitées les questions sur lesquelles on s’échine au quotidien, mais par des chercheurs issus d’autres disciplines, travaillant sur des corpus en tous points différents. Continuer la lecture de « Narrativités »: deux jours en Asie 

Parution de « Bibliothèques enfance et jeunesse »

bibenfjeunJe viens de recevoir quelques exemplaires de l’ouvrage auquel j’ai contribué pour quelques pages, Bibliothèques, enfance et jeunesse, sous la direction de François Legendre, Cercle de la librairie, collection « Bibliothèques », parution novembre 2015.

Pour cet ouvrage, on m’avait passé commande d’un article sur la matérialité de l’objet « livre pour enfants ». Il fait suite à un texte de Sophie Van der Linden qui propose une intéressante classification des albums contemporains. L’ensemble du volume, destiné aux bibliothécaires, s’efforce de présenter un tableau complet de la question du livre pour l’enfance et la jeunesse. Il réactualise donc le volume, désormais dépassé, de Claude-Anne Parmegiani, Lectures, livres et bibliothèques pour enfants (1993).

Un cours en ligne sur l’album pour enfants

L’université de Tours, ayant décidé de se lancer dans la formation ouverte à distance (FOAD), a ouvert au printemps dernier un concours invitant les enseignants tentés par l’expérimentation à soumettre un projet de cours. Comme je suis souvent sollicitée par des bibliothécaires, des bénévoles, des retraités qui souhaitent se former à la littérature pour la jeunesse, et plus particulièrement à l’album, mais qui ne peuvent pas assister à mes cours à l’université, j’ai saisi l’occasion. Ma candidature a fait partie des « projets innovants » retenus. J’ai l’intention de relater les étapes de cette aventure sur ce blog – car c’est bien d’une aventure qu’il s’agit: créer un cours en ligne n’a pas grand chose à voir avec la conception d’un cours normal, dit désormais « en présentiel ». Continuer la lecture de Un cours en ligne sur l’album pour enfants 

Ego-histoire enfin, ou pourquoi je travaille sur les albums

Cela fera un an, cette semaine, que j’ai soutenu mon habilitation à diriger des recherches, pour laquelle j’avais élaboré comme c’est l’usage, un (trop) épais volume d’une centaine de page qu’on intitule officiellement « rapport de synthèse » et que les historiens baptisent « ego-histoire » depuis la parution, en 1987, du volume portant ce nom dirigé par Pierre Nora1. La rédaction de ce document supposé restituer sa cohérence à une douzaine d’années de recherches m’avait grandement mise en difficulté, et avait contribué à gâcher la fin du printemps et la moitié de l’été 2014, l’impression de me livrer à un exercice khâgneux de maquillage de la vérité s’ajoutant au sentiment de produire un document totalement inutile (puisque destiné à 7 lecteurs seulement). C’est donc bien le sentiment de la vanité au double sens du terme qui avait dominé l’exercice: inutilité, sot nombrilisme. Continuer la lecture de Ego-histoire enfin, ou pourquoi je travaille sur les albums 

  1. Agulhon Maurice, Chaunu Pierre, Duby Georges, Girardet Raoul, Le Goff Jacques, Perrot Michelle et Rémond René, textes réunis par Pierre Nora, Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987, 375 p. []

Critiquer les livres pour enfants: deux journées pour y penser

Le colloque qui s’est déroulé les 5 et 6 novembre dernier à la BnF et à la Sorbonne, La Revue des livres pour enfants a 50 ans : regards sur la critique de la littérature pour la jeunesse, a offert une moisson inhabituelle de rencontres stimulantes. Il n’est pas rare en effet que les colloques se révèlent très inégaux, que le jeu académique fonctionne à plein, et qu’on s’y ennuie un peu. Or ces deux journées ont apporté sur cette question de la critique du livre pour la jeunesse une mosaïque de points de vue très informés et passionnants, qui vont faire réfléchir. J’en retiens, à titre personnel, quatre impressions majeures. Continuer la lecture de Critiquer les livres pour enfants: deux journées pour y penser 

Penser par l’image ce qui est difficile à mettre en mots, avec Ron Brooks

JohnbrownLes éditions dijonnaises Âne bâté ont réédité récemment un chef d’œuvre de l’illustrateur australien Ron Brooks, John Brown, Rose et le chat de minuit, album de 1977 déjà traduit en français en 1978 aux éditions les Deux Coqs d’or (sous le titre plus court John, Rose et le chat) puis en 2008 aux éditions Il était deux fois (texte de Jenny Wagner). On peut regretter que les deux éditions plus récentes aient renoncé aux images à fond perdu qui faisaient un des charmes de la première, mais il faut surtout se réjouir que ce livre magnifique soit de nouveau mis à la disposition des enfants, tant il expose avec subtilité les sentiments qui lient Rose, la veuve, et son chien John Brown, dont la quiétude est troublée par l’irruption, dans leur « couple », du mystérieux chat de minuit. Continuer la lecture de Penser par l’image ce qui est difficile à mettre en mots, avec Ron Brooks