Archives mensuelles : octobre 2016

Livres d’hier: une journée d’études à revivre!

Le mardi 4 octobre s’est tenue à l’ENSSIB et en partenariat avec le CNLJ une journée d’études intitulée Livres de jeunesse d’hier, publics d’aujourd’hui: quelles rencontres ? Je ne pouvais pas y être, alors que le sujet m’intéresse – dans ce même établissement, j’avais fait en janvier dernier une intervention sur le sujet,  « Patrimonialiser le livre pour enfants : un défi ? », dans le cadre d’une autre journée d’études intitulée La fabrique du patrimoine écrit : objets, acteurs, usages sociaux (actes à paraître). Mais l’ENSSIB a enregistré toutes les interventions, donc tout le monde peut en profiter dès maintenant !

Continuer la lecture de Livres d’hier: une journée d’études à revivre! 

Encore des imagiers

Imagiers #2. Je poursuis ici ma réflexion engagée sur les « imagiers », ces albums destinés à de tout jeunes enfants qui « montrent » le monde et invitent à « parler dessus ». Si j’ai commencé avec L’Imagier du Père Castor (1952) et poursuivi avec des « classiques » de Tana Hoban, datant des années 1980, c’est pour montrer que la dimension subversive des imagiers n’est pas l’apanage des albums récents, avant-gardistes ou post-modernes, qui se présentent parfois explicitement comme des « imagiers pour enfants modernes » (titre d’une collection des éditions Passage Piétons), mais qu’il est au fondement même du projet d’imagier. Continuer la lecture de Encore des imagiers 

Des « imagiers » de Tana Hoban pour les bébés

Imagiers #1. Dans un récent billet consacré aux imagiers utilisés dans le cadre du programme « Parler bambin », j’ai exprimé ma déception de voir qu’une démarche adressée à de jeunes enfants en crèche faisait l’impasse totale sur les remarquables productions de l’édition pour la jeunesse contemporaine. Avec de semblables objectifs (faire parler les enfants, les inciter à pointer, nommer, échanger, juger), il me semblait qu’il aurait été très facile de procéder à une petite sélection d’ouvrages existants, présentant une même efficacité tout en offrant une évidente plus-value esthétique et poétique. Je voudrais proposer ici quelques aperçus, justement, sur certains de ces « imagiers » modernes qui ont fleuri dans l’édition enfantine depuis les années 1980, et qui sont une véritable richesse offerte aux bébés, et aux adultes qui prennent soin d’eux.

Continuer la lecture de Des « imagiers » de Tana Hoban pour les bébés 

De l’intérêt du quiz auto-formatif…

Cours en ligne #11. J’ai eu l’occasion d’exprimer ici même mes doutes sur l’intérêt pédagogique des QCM et autres quiz, et de présenter mes réflexions sur la manière de transformer des démarches pédagogiques de classe en stratégies pédagogiques pour l’enseignement à distance. Le temps passant, je me suis familiarisée avec de nouveaux réflexes, et il m’est de moins en moins difficile d’imaginer quelles questions je peux poser à mes étudiants, à l’issue d’une séquence enregistrée en vidéo, pour les inviter à mettre en marche leur réflexion autour des notions qui viennent d’être abordées. Mais je n’avais pas encore de retour sur la manière dont eux, les étudiants, vivent ce nouvel environnement pédagogique. Continuer la lecture de De l’intérêt du quiz auto-formatif… 

« Parler bambin », et regarder de faux livres?

Fortement soutenu par l’agence « La France s’engage », le programme de sur-stimulation langagière « Parler bambin » est présenté ici ou là comme la panacée pour réduire les écarts de compétences  langagières des jeunes enfants, particulièrement dans les zones urbaines sensibles. Salué par les uns, notamment des professionnels de la petite enfance grenoblois qui ont testé le dispositif lorsqu’il était encore à l’étude, et qui reconnaissent que l’expérience les a incités à interagir plus et mieux avec les tout petits, le dispositif est pourtant controversé. Continuer la lecture de « Parler bambin », et regarder de faux livres?