Archives du mot-clé album

Danser l’album

Samedi dernier, le séminaire de l’Afreloce à l’ENS accueillait Pascale Tardif, conseillère pédagogique, accompagnée de deux professeurs des écoles, Anaïs Hoffman et Nathalie Mangeard (fidèle du séminaire !) pour nous présenter les réalisations d’un programme éducatif et artistique de l’académie de Versailles, « Danser avec les albums jeunesse ». Le titre me laissait un peu sceptique, mais l’intervention à trois voix m’a pleinement convaincue, non seulement de l’intérêt de la démarche, mais aussi de la qualité remarquable du travail mené sur le terrain par tous ces enseignants et danseurs. Continuer la lecture de Danser l’album 

Ponti depuis le début

Mea culpa : il y a un peu plus d’un an, j’avais un peu rapidement laissé entendre que puisqu’il existait déjà plusieurs livres consacrés à l’œuvre de Claude Ponti1, il était probablement inutile d’en publier un de plus. Erreur : les excellentes éditions du Poisson soluble publient le 2e volume de la collection La Fabrique, dans lequel Adèle de Boucherville fait la preuve que tout n’avait pas été dit !

Continuer la lecture de Ponti depuis le début 

  1. Sophie Van der Linden, Claude Ponti, Être, 2000 ; Yvanne Chenouf , Lire Claude Ponti : encore et encore, Être, 2006 ; Catherine Renaud Buscall , Les « incroyabilicieux » mondes de Ponti : une étude du double lectorat dans l’oeuvre de Claude Ponti, Uppsala Universitet, 2007. []

Des albums pour enfants dans toutes leurs langues

livreensemble-212x300Cette semaine se tenaient à Toulouse trois journées de colloque pour réfléchir au plurilinguisme et au pluriculturalisme à travers l’album pour enfants. Intitulé Livre ensemble, le colloque était l’aboutissement de trois années de recherches dynamisées par Euriell Gobbé-Mévellec. Je n’y intervenais pas, je suis venue venue écouter :  mes travaux les plus récents sur l’album et sa musicalité m’ont donné envie de découvrir ce que font de l’album des chercheurs aux travaux plus pragmatiques que les miens, plus ancrés dans une pratique quotidienne qui fasse entrer en jeu l’oralisation des albums. Continuer la lecture de Des albums pour enfants dans toutes leurs langues 

« Parler bambin », et regarder de faux livres?

Fortement soutenu par l’agence « La France s’engage », le programme de sur-stimulation langagière « Parler bambin » est présenté ici ou là comme la panacée pour réduire les écarts de compétences  langagières des jeunes enfants, particulièrement dans les zones urbaines sensibles. Salué par les uns, notamment des professionnels de la petite enfance grenoblois qui ont testé le dispositif lorsqu’il était encore à l’étude, et qui reconnaissent que l’expérience les a incités à interagir plus et mieux avec les tout petits, le dispositif est pourtant controversé. Continuer la lecture de « Parler bambin », et regarder de faux livres? 

Cours en ligne sur l’album : c’est lancé !

Cours en ligne #10. Le lundi 19 septembre 2016, nous avons donné le coup d’envoi à la première saison du cours en ligne sur l’album. Auparavant, il avait fallu faire connflyeraître son existence, largement médiatisée au sein de l’université par des affiches et flyers accessibles pendant toute la période d’inscription (c’est-à-dire, depuis les résultats du bac). J’en avais parlé aussi lors de la réunion de rentrée des étudiants de première année, les premiers visés par cette expérimentation, puisque pour la première fois une version du cours « à distance » était offerte aux étudiants dispensés d’assiduité. Continuer la lecture de Cours en ligne sur l’album : c’est lancé ! 

Atelier lecture de planches: c’est reparti!

affichealpJ’ai le plaisir d’annoncer le redémarrage de l’Atelier lecture de planches qui se tient à peu près un mardi par mois, de 18 à 19h30, à l’université de Tours (site Tanneurs), à l’initiative de Laurent Gerbier, sous l’égide du labo InTRu et de l’association Kairos des étudiants en philosophie. Comme les deux années précédentes, la règle du jeu est simple: une planche, une seule, est soumise à l’examen de l’intervenant du jour… Bande dessinée le plus souvent, mais on arrive toujours à caser aussi un peu d’album pour enfants!

[on télécharge l’affiche ici]

Crédits de l’illustration: Etienne Lécroart, Planches en vrac et à la découpe (2011), détail de l’affiche de l’exposition.

Quels outils conceptuels pour aborder l’image dans l’album pour enfants ?

Ce texte correspond à l’intervention que j’ai faite samedi 21 mai au séminaire mensuel de l’Afreloce à l’ENS. Les discussions nourries qui ont suivi cet exposé ont permis de soulever des problèmes et même d’imaginer comment certains pourraient se résoudre. Il en sera question dans un prochain billet. Merci à tous les chercheurs qui ont eu la patience de m’écouter jusqu’au bout, et qui ont contribué, par leurs questions et remarques, à me faire voir ce que, le nez sur mes problèmes, je ne voyais qu’imparfaitement. Et merci aux organisatrices de ce séminaire, Mathilde Lévêque et Deborah Lévy-Bertherat, d’avoir réussi à créer et maintenir ce lieu de dialogue fécond. Continuer la lecture de Quels outils conceptuels pour aborder l’image dans l’album pour enfants ? 

« La Rivière enchantée » de Maurice Cocagnac, deuxième partie

IMG_1541BISCe samedi 9 janvier s’est tenue, à l’initiative de Geneviève Patte et des Amis de Maurice Cocagnac, une rencontre consacrée à son œuvre d’auteur, d’illustrateur et d’éditeur d’albums pour enfants au sein des éditions du Cerf, de 1963 à 1972. Continuer la lecture de « La Rivière enchantée » de Maurice Cocagnac, deuxième partie 

Atelier « lecture de planches »: Hourra! de Juliette Binet

Dans le cadre de l’Atelier « Lecture de planches » co-organisé par mon laboratoire, l’InTRu, j’interviens mardi  15 décembre, à 18h, pour présenter une « lecture » d’une double-page de l’album de Juliette Binet, Hourra!, paru cette année aux éditions du Rouergue. Continuer la lecture de Atelier « lecture de planches »: Hourra! de Juliette Binet 

Ego-histoire enfin, ou pourquoi je travaille sur les albums

Cela fera un an, cette semaine, que j’ai soutenu mon habilitation à diriger des recherches, pour laquelle j’avais élaboré comme c’est l’usage, un (trop) épais volume d’une centaine de page qu’on intitule officiellement « rapport de synthèse » et que les historiens baptisent « ego-histoire » depuis la parution, en 1987, du volume portant ce nom dirigé par Pierre Nora1. La rédaction de ce document supposé restituer sa cohérence à une douzaine d’années de recherches m’avait grandement mise en difficulté, et avait contribué à gâcher la fin du printemps et la moitié de l’été 2014, l’impression de me livrer à un exercice khâgneux de maquillage de la vérité s’ajoutant au sentiment de produire un document totalement inutile (puisque destiné à 7 lecteurs seulement). C’est donc bien le sentiment de la vanité au double sens du terme qui avait dominé l’exercice: inutilité, sot nombrilisme. Continuer la lecture de Ego-histoire enfin, ou pourquoi je travaille sur les albums 

  1. Agulhon Maurice, Chaunu Pierre, Duby Georges, Girardet Raoul, Le Goff Jacques, Perrot Michelle et Rémond René, textes réunis par Pierre Nora, Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987, 375 p. []

Quentin Blake explique ses images

QuentinBlakeQuentin Blake avait déjà publié en français La Vie de la page (Gallimard, 1996), essai lumineux consacré à son art de l’illustration. Les amateurs d’imports avaient pu se régaler, en 2012, de Beyond the Page, un nouveau catalogue commenté, qui insistait sur toutes les images réalisées pour des supports autres que le livre, notamment de fascinantes fresques murales créées pour des maternités ou des musées (Tate Publishing). Le même éditeur a eu l’idée de reprendre, avec la même maquette, un ouvrage antérieur, jamais traduit en français et devenu introuvable outre-Manche, Word and Pictures, une version de La Vie de la Page enrichie pour l’éditeur anglais. Cela donne Pages, mots, Images (Gallimard, 2014 / Words and Pictures, Jonathan Cape 2000, Tate Publishing 2013), un régal pour l’esprit. Avec la simplicité qui le caractérise, Quentin Blake revient sur sa carrière, l’élaboration progressive de son style, et surtout ses passionnantes réflexions sur l’art de l’illustration: comment choisit-on un outil, une technique ? Comment donner corps à un personnage ? Quelles contraintes impose la mise en page, et comment l’illustrateur s’en accommode-il ? Bien plus que de verbeux ouvrages académiques, les courts paragraphes de l’artiste éclairent toutes ces questions avec autant de clarté malicieuse qu’on en trouve dans ses dessins pour enfants. C’est un ouvrage indispensable dans la bibliothèque de l’amateur de livres illustrés.

Bibliographie: achats du jour

BibliographieLe printemps incitant au renouvellement de la garde-robe, une visite matinale à l’excellente librairie Libr’enfant m’a permis de compléter ma bibliothèque. Même pas peur, ouvrage issu des travaux de l’association Envols d’Enfance et publié par Gallimard Jeunesse, réunit des textes, des images et des  travaux d’enfants autour de l’idée – et de l’émotion – de la peur. Plein Cadre, catalogue réalisé par des étudiants de l’Ecole Estienne à l’occasion d’une exposition, revient sur l’œuvre fascinante d’Etienne Delessert et sur une carrière extrêmement riche, et loin d’être terminée. Voilà deux ouvrages à faire lire à mes étudiants les plus jeunes — parce qu’ils sont faciles à lire, mais aussi qu’ils abordent en peu de mots les questions qui reviennent en permanence. Delessert, comme Ungerer, parce qu’il ne s’est pas limité au dessin d’illustration pour enfant, dément toutes les fausses certitudes sur « ce que doit être un bon dessin pour enfant ».

Images drôlatiques, dans le même mouvement que les superbes rééditions des éditions MeMo, Drôles de bêtes et Histoire d’une boite à joujoux, témoigne de l’appétit actuel pour l’histoire de l’album en France — le tout est dynamisé par l’énergique association des amis d’André Hellé, et on ne peut que s’en réjouir.

Il ne manque donc plus que le soleil pour que le printemps puisse vraiment commencer.