Archives du mot-clé imagiers

Tout toute seule

tutto-da-me_ing3Imagiers #4. Plus cérébral est l’album de William Wondriska, Tout toute seule, paru initialement en 1963. Dans ses albums, Wondriska expérimente les rapports du dessin et de la typographie ; c’est le cas notamment dans le magnifique Puff publié en 1960 par Pantheon (NY) – Barbara Bader rappelle que Wondriska est élève à la School of Design de Yale au moment où Josef Albers est à sa tête. Il y est condisciple de Paul Rand, et les deux artistes mettent en œuvre, dans leurs albums pour enfants, les propositions graphiques héritées du Bauhaus. Continuer la lecture de Tout toute seule 

Gilberto et le vent, un « imagier » sensuel

Imagiers #3. Je poursuis mon exploration de quelques livres qui, à mes yeux, fonctionnent à la manière des « imagiers », c’est-à-dire qu’ils « imagent » certaines des expériences du jeune enfant, sans jamais s’abandonner à la facilité, ni glisser vers des représentation conventionnelles dépourvues de saveur ou de densité. Continuer la lecture de Gilberto et le vent, un « imagier » sensuel 

Encore des imagiers

Imagiers #2. Je poursuis ici ma réflexion engagée sur les « imagiers », ces albums destinés à de tout jeunes enfants qui « montrent » le monde et invitent à « parler dessus ». Si j’ai commencé avec L’Imagier du Père Castor (1952) et poursuivi avec des « classiques » de Tana Hoban, datant des années 1980, c’est pour montrer que la dimension subversive des imagiers n’est pas l’apanage des albums récents, avant-gardistes ou post-modernes, qui se présentent parfois explicitement comme des « imagiers pour enfants modernes » (titre d’une collection des éditions Passage Piétons), mais qu’il est au fondement même du projet d’imagier. Continuer la lecture de Encore des imagiers 

Des « imagiers » de Tana Hoban pour les bébés

Imagiers #1. Dans un récent billet consacré aux imagiers utilisés dans le cadre du programme « Parler bambin », j’ai exprimé ma déception de voir qu’une démarche adressée à de jeunes enfants en crèche faisait l’impasse totale sur les remarquables productions de l’édition pour la jeunesse contemporaine. Avec de semblables objectifs (faire parler les enfants, les inciter à pointer, nommer, échanger, juger), il me semblait qu’il aurait été très facile de procéder à une petite sélection d’ouvrages existants, présentant une même efficacité tout en offrant une évidente plus-value esthétique et poétique. Je voudrais proposer ici quelques aperçus, justement, sur certains de ces « imagiers » modernes qui ont fleuri dans l’édition enfantine depuis les années 1980, et qui sont une véritable richesse offerte aux bébés, et aux adultes qui prennent soin d’eux.

Continuer la lecture de Des « imagiers » de Tana Hoban pour les bébés