Sophie Heywood invitée à Tours pendant un an

mles-Sophie_HeywoodJ’ai le très grand plaisir d’annoncer que Sophie Heywood, lecturer à l’université de Reading (G-B), vient de remporter un fellowship financé par le Studium, agence de financement de la recherche en région Centre. Concrètement, cela signifie que j’aurai la chance de l’accueillir à Tours, au sein du laboratoire InTRu, pendant toute une année. Sophie avait sollicité ce financement d’un an afin de donner toute sa mesure à son projet de recherches international, déjà bien engagé, intitulé The Children’s ’68. Bienvenue à elle !

Le 1968 des enfants

L’effervescence mondiale créée par les mouvements de protestation de 1968 a bouleversé les structures sociales, renversé les hiérarchies culturelles, défié les idéologies politiques, et stimulé l’activisme en faveur des droits des femmes, des homosexuels et des minorités ethniques. Les historiens de l’enfance ont souligné le rôle joué par ce moment dans la modification des rapports d’autorité qui régissent l’existence enfantine. Pourtant, au sein des disciplines qui s’intéressent à l’enfance, celles dont le rôle fut le plus moteur – sociologie de l’enfance, études des médias pour la jeunesse et de la culture d’enfance, éducation artistique – restent reléguées aux marges de l’histoire officielle de 1968. Ces disciplines ont eu peu d’opportunités de réfléchir à leur propre développement, de revenir sur les liens qui les rattachent collectivement à cet héritage de 1968, ou d’esquisser les contours de ce legs historique qui a conditionné leur fondation.

Ce projet envisagera 1968 comme un moment charnière pour la culture enfantine et les disciplines qui s’y intéressent, en référence à la définition désormais canonique donnée en 1998 par Arthur Marwick, qui considère 1968 comme le point de cristallisation de la révolution culturelle s’étendant sur la longue décennie 1960 (de 1958 à 1974 environ). Sophie Heywood déploiera cette réflexion en compagnie de spécialistes des ‘childhood studies’ (historiens de l’enfance et des pratiques culturelles enfantines, spécialistes des littératures et des médias pour la jeunesse, spécialistes d’éducation et de médiation artistiques), et entamera un dialogue avec des historiens de 1968. Ce projet collaboratif réunira des chercheurs et professionnels d’Allemagne, du Danemark, de France, de Suède et du Royaume-Uni.

Parce qu’il considère la culture enfantine comme un lieu d’expérimentation artistique et intellectuelle, carrefour d’une dynamique idéologique qui transcende les frontières disciplinaires et nationales, ce projet offre de nouvelles perspectives pour comprendre le phénomène 1968, ses mouvements de libération et son legs. À l’approche du 50e anniversaire de 1968, il s’agit de porter la question de l’enfance sur le devant des préoccupations universitaires et des commémorations publiques.

The children’s ‘68

The global upheaval caused by the protest movements around 1968 revolutionised social structures, overturned cultural conventions, challenged political ideologies, and catalysed civil rights activism by women, gay people and ethnic minorities. Childhood historians stress the importance of this period in altering the authority structures that shaped children’s lives. However, many of the fields within childhood studies driving these changes – children’s media and culture, children’s heritage and art education – remain pushed to the margins within historical master narratives of 1968. These disciplines have had little chance to reflect on their own development, to draw the connections stemming from their shared heritage in 1968, or to trace the historical legacies that have shaped the assumptions underpinning them.

This project analyses 1968 as a watershed moment in children’s culture and its related disciplines, following Marwick’s (1998) now canonical definition of 1968 as the crystallisation of the cultural revolution of the ‘long sixties’ (c.1958-c.1974). Dr Heywood will pursue this objective with specialists from cognate fields within childhood studies, including children’s history and media, children’s culture, heritage and art education, and bring them into dialogue with historians of 1968. This new collaboration brings together researchers and practitioners from Denmark, France, Germany, Sweden and the UK.

By thinking about children’s culture as a site for artistic and intellectual experimentation, at the centre of ideological activity across disciplinary boundaries and national borders, this project opens up new ways of understanding the 1968 liberation movements and their legacies. With the fiftieth anniversary of 1968 approaching, it is important that the children’s perspective is finally brought to the fore of scholarly debate and public commemorations.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.