Une grammaire des formes ?

Gertrude Crampton, The Large and Growly Bear, ill. John Parr Miller, Golden Press.

Je suis convaincue qu’il manque aux études universitaires sur l’album pour enfants une véritable approche stylistique, sensible à la spécificité de l’écriture icono-textuelle, mais imprégnée de l’esprit d’exigence de ce qui se pratique dans les études de Lettres sous le titre, justement, de « stylistique ». L’album souffre en effet de son hybridité. Longtemps cantonné au registre de la paralittérature, avec l’ensemble des productions pour enfants, il a bénéficié de la récente réévaluation de l’ensemble du champ. Cette réévaluation est pourtant ambiguë : principalement liée aux efforts de militants et de chercheurs issus du champ littéraire, elle a hissé l’ensemble de la production livresque pour l’enfance et la jeunesse au rang de « vraie » littérature… au risque de nier la particularité iconique du langage de l’album. Malgré les efforts de Grégoire le Grand, l’image n’a toujours pas la dignité de l’écrit, dans notre culture, et bien souvent, un auteur d’albums est célébré pour autant qu’il sacrifie aux exigences académiques de la littérarité. D’où la prédilection des chercheurs pour les artistes et les albums qui se plient le mieux aux pratiques contemporaines de l’exégèse littéraire — plutôt Claude Ponti que Shel Silverstein, pour faire bref. D’où la prédominance, dans les études consacrées aux artistes majeurs, d’approches mettant en avant l’art du récit ou la puissance d’interaction entre l’image et le texte… au détriment d’une approche raisonnée et informée du langage spécifique de l’image elle-même. Dans mon approche des Petits Livres d’Or, production doublement délégitimée puisque appartenant au domaine hybride de l’iconotexte d’une part, et présentant tous les caractères d’une édition populaire d’autre part, je souhaite tenter une démarche stylistique qui sera d’abord empirique, mais se veut modélisante.

Sans compliquer les choses de manière artificielle, il me semble raisonnable de partir d’abord d’une simple description des images de ces albums. C’est à mon sens en verbalisant ce que je vois que je poserai les bases d’une étude stylistique de ces livres, sensible aux effets techniques (quelle technique employée par l’artiste ? Quelle technique usitée par l’éditeur pour reproduire en nombre ?) comme aux effets expressifs (comment se combinent les formes pour produire le sens et les émotions ?) du dessin. Mésestimées parce que rapprochées de codes graphiques eux-mêmes dévalorisés (les dessins animés par exemple), les images qui ont cours dans les Petits Livres d’Or n’en construisent pas moins une expérience esthétique cohérente, qui fait sens d’une part, et qui d’autre part constitue un filtre à travers lequel le jeune destinataire, par la suite, construit son rapport visuel au monde qui l’entoure.

Avant même d’en proposer une interprétation, je souhaite commencer à élaborer une grammaire des formes caractéristique de l’esthétique des Little Golden Books.

Plusieurs méthodologies sont envisageables. On peut par exemple procéder à une étude chronologique, tentant de détecter les scansions majeures dans le développement d’une collection, au fil des arrivées des artistes chez Simon and Schuster et à la Artists and Writers Guild. On peut aussi imaginer une approche monographique, procédant illustrateur par illustrateur. Je tenterai de croiser les deux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.