Le design graphique des livres pour enfants

Initialement portée par des militants issus des milieux éducatifs ou de la lecture publique, la critique des livres pour enfants s’est longtemps nourrie de préoccupations morales et éducatives, puis politiques parfois. Plus récemment, des spécialistes de l’image se sont penchés sur les albums. Mais il est très rare que l’album pour enfants soit l’objet des attentions de spécialistes de design graphique — cette dénomination même ayant eu du mal à s’imposer en France. Il faut donc saluer particulièrement la parution de ce recueil d’articles de Catherine de Smet, Pour une critique du design graphique. Dix-huit essais (éditions B42, 2012), dans lequel la spécialiste, enseignante à l’université Paris 8, propose notamment deux études consacrées aux livres pour enfants: “La photographie illustrée. Les “Enfants du monde” de Dominique Darbois” (initialement paru dans Back Cover. Design graphique, typographie, etc, n°2, février 2009), et “Cox et le codex, ou l’enfance du livre” (un chapitre de l’ouvrage CoxCodex, Seuil, 2004).

Le premier de ces deux articles m’intéresse particulièrement, pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’il propose un regard sur des albums considérés aujourd’hui comme “historiques” — c’est à dire, en somme, des livres qui ne sont plus mis entre les mains des enfants dans les bibliothèques publiques, car considérés comme obsolètes, désuets, ou trop abîmés. L’article de Catherine de Smet rappelle donc qu’on peut (et qu’on doit) analyser les livres du passé tout autant, voire plus, que les parutions récentes — or en littérature pour la jeunesse, on ne peut que se désoler d’une disproportion sidérante entre la production de discours consacré aux “nouveautés”, et la capacité des institutions, des journalistes et même des universitaires, à porter un jugement sur le passé, ancien ou récent. Le propos de Catherine de Smet nous rappelle donc que faute d’un regard critique et informé (par exemple, sur les techniques de réalisation de l’image) sur les livres des décennies écoulées, il nous est très difficile de regarder de manière objective les productions d’aujourd’hui, pour en déceler les forces et les faiblesses, et en évaluer, justement, l’éventuelle “nouveauté”.

L’article m’intéresse aussi parce qu’il est consacré à une collection documentaire pour enfants. Or l’intérêt des critiques, en France, se porte essentiellement sur les albums de fiction; peu de travaux ont été consacrés à l’album documentaire1. Par ailleurs, si l’on excepte la petite brochure réjouissante, hélas introuvable, de Michel Defourny, De quelques albums qui ont aidé les enfants à découvrir le monde et à réfléchir (publiée et distribuée gracieusement par les éditions L’École des Loisirs en 2003), ces travaux n’envisagent l’image que sous l’angle de son efficacité didactique et cognitive, sans égard pour sa dimension plastique, voire esthétique — sans considération non plus, de ce fait, pour la manière dont l’œuvre de tel ou tel illustrateur, le projet de telle collection ou de tel éditeur, s’inscrit dans un vaste courant de réflexion sur le visuel des livres, la typographie, ou l’usage de l’espace dans la communication graphique.

Catherine de Smet interroge donc la maquette de la collection “Enfants du monde”. Le travail de la photographe à l’origine de cette collection de Nathan, Dominique Darbois, avait déjà précédemment été mis en valeur par  Elisabeth Lortic2 et par un très beau livre consacrés aux photographies elles-même3, mais l’approche de Catherine de Smet concerne cette fois la manière dont les photographies sont utilisées pour “faire livre”. Découpées, redimensionnées, associées, elles sont mises en relation avec du texte — notamment la graphie singulière des titres – et avec d’autres éléments visuels, notamment des aplats de couleur brute. L’auteur examine ici les choix de maquette de la collection à la lumière de l’histoire du photomontage et de l’évolution de la photographie documentaire. Cette approche apporte un véritable souffle nouveau à la question de l’analyse de l’album pour enfants. On ne peut que se réjouir, et espérer que les propositions de Catherine de Smet incitent d’autres spécialistes de design graphique à s’emparer de ces objets.

  1. il faut mentionner toutefois ceux de Daniel Jacobi []
  2. notamment dans Flash sur les livres de photographies pour enfants, des années 1920 à nos jours, Fédération française de coopération entre bibliothèques, 2001 []
  3. Dominique Darbois et Pierre Amrouche, Terre d’enfants, Xavier Barral, 2004 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.