La tentation Lobel (2)

Il y a quelques jours je m’étais amusée, à l’occasion de la parution de Taupe et Mulot d’Henri Meunier et Benjamin Chaud, à dresser la liste des auteurs et illustrateurs qui, à mes yeux du moins, s’étaient mesurés au grand artiste qu’est Arnold Lobel, et avaient essayé, dans leurs albums, s’insuffler quelque chose de la poésie profonde et douce de ses livres. Je me rends compte avec effroi que j’ai oublié deux auteurs importants: correctif aujourd’hui. Ces deux auteurs sont deux autrices, Kitty Crowther et Mélanie Rutten.

Kitty Crowther fait connaître ses deux personnages Poka et Mine en 2005 avec Les Nouvelles ailes. 8 albums sont parus, le dernier en 2013. Les deux insectes (d’espèces indéterminées) ont une relation tendre mais beaucoup d’indépendance. On est touché, à la lecture, par la capacité de Poka, l’aîné, à faire place aux idées et aux émotions de Mine qui, dans d’autres univers littéraires, pourraient êtres jugées extravagantes – on se souvient, dans Les Malheurs de Sophie, de Madame de Réan, figure de la mère stérilisante, déplorant que sa fille ait perpétuellement des “idées”: “Mais toi, Sophie, tu as toujours des idées si singulières, que j’ai peur d’un accident causé par une idée.”;  “Sophie a continuellement des idées qui n’ont pas le sens commun.” ; “Je vous préviens qu’à, la première idée de Sophie vous n’aurez plus d’âne.” Dans la série Poka & Mine, les idées sont au contraire une bénédiction : ce sont elles qui permettent d’avancer.

Un de mes albums préférés est Au fond du jardin. Mine a l’impression qu’au fond du jardin, il y a quelque chose qui l’observe. Toute la soirée, elle paraît à la fois inquiète et intriguée – mais elle n’en dit rien à Poka, qui la questionne pourtant. C’est seule qu’elle se rendra à la rencontre de ce “quelque chose” qui est un quelqu’un, Arto l’araignée – malade, mais qui révèlera, une fois dorloté, un prodigieux don pour le tricot. C’est Mine qui est sujet de cette impression d’être observée, c’est elle qui s’interroge, elle encore qui part à l’aventure (et est provisoirement saucissonnée…), elle qui ramène Arto chez elle et le soigne, puis lui apprend à tricoter. Poka, quant à lui, est le Facilitateur. Nous le voyons revenir du marché avec un grand couffin de légumes, cuisiner, lire une histoire avant le câlin du soir. Mais il n’intervient pas, ni pour mettre en garde, ni même pour commenter. Il se contente de se réjouir, quand le nouvel ami de Mine envoie une panoplie de lainages pour affronter l’hiver. La relation entre Poka et Mine ne redouble pas celle de Ranelot et Bufolet, mais elle leur emprunte certaines de ses caractéristiques : une attention délicate à l’autre, une affection qui n’étouffe jamais, une ouverture généreuse aux propositions et aux expériences. Quant à la mise en page, éminemment classique (texte à gauche, image en belle page), elle laisse respirer les textes brefs, et donne de l’air aux images délicatement crayonnées. Bref : c’est très très bien et je m’en veux de l’avoir oublié dans mon précédente billet ! (pour les instits qui me liraient: La série fait l’objet d’une présentation très intéressante  par le réseau pédagogique Canopé.)

Mélanie Rutten a été élève de Kitty Crowther. On n’est donc pas étonnés que ses premières publications, parues chez MeMo à partir de 2008, aient un petit air de famille avec l’univers de son aînée. Quatre titres dont le format vertical, la pagination, le découpage en chapitres rappellent aussi la figure tutélaire de Lobel et la non moins fameuse collection “I Can Read” de Harper: Mitsu, un jour parfait (2008), Okö, un thé en hiver (2010), Eliott et Nestor, l’heure du matin (2011) et Nour, le moment venu (2012).

La liste des souvenirs que les amis de Madeleine rapportent de chez elle après sa mort rappelle la liste des choses tristes qu’énumère Hulul quand il a décidé de se faire un thé aux larmes. Et l’aventure hédoniste d’Öko dans la neige virginale du matin évoque en miroir “La descente en traîneau” des Quatre saisons de Ranelot et Bufolet, mais aussi toutes les sorties dans la nature, qui réservent leur lot de découvertes émerveillées mais aussi de frayeurs gigantesques.

Les quatre livres de Mélanie Rutten sont beaux, touchants, pleins de finesse. Mais ils portent aussi en eu quelque chose d’inachevé ou d’un peu étriqué, un je-ne-sais-quoi… que le lecteur comprend mieux dès que sort, en 2013, L’Ombre de chacun, toujours chez MeMo, mais dans un format bien plus généreux, plus carré, avec un style graphique débarrassé de toute forme d’allégeance.

La trilogie (L’ombre de chacun, La source des jours, La forêt entre les deux) s’organise autour d’une poignée de personnages, que nous rencontrons à mesure. C’est surtout l’histoire d’une adoption (le petit lapin élevé par le cerf un peu mélancolique), et de ce que c’est que grandir.

Le format plus ample permet à Mélanie Rutten de mieux installer ses personnages, et de développer leurs relations – à l’échelle de trois livres. Et surtout, il lui laisse la liberté de déployer une esthétique plus personnelle, flamboyante, comme on le voit quand les personnages décident d’escalader un volcan – plus encore quand ils y parviennent.

Esthétiquement, on est loin de Lobel… et pourtant, c’est sans doute par ce chemin plus personnel qu’elle parvient à retrouver quelque chose de la magie des personnages qu’il savait inventer, avec leurs relations complexes, tissées dans la durée. Comme quoi les grands auteurs nourrissent la créativité des plus jeunes, et parfois, c’est en cherchant à marcher dans leurs pas que les vrais auteurs découvrent leur propre voie d’artistes authentiques.

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "La tentation Lobel (2)," in Album '50', 8 juillet 2019, https://album50.hypotheses.org/3280.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.