Eloge de la simplicité

Fischer & Labrune, L'éléphouris, Magnani, 2012 (gardes).

À l’heure de faire ses bagages pour les vacances, quels albums emporter sur une île déserte?

L’évolution récente du secteur éditorial de l’album a pu laisser croire qu’il n’y avait désormais point de salut hors du pop-up – j’essayais justement de remettre en perspective cette dérive dans un récent article de la Revue des Livres pour Enfants1. Je concluais en faisant l’hypothèse que cette surenchère de spectaculaire allait peut-être, par un mouvement de balancier assez classique, remettre au goût du jour des albums “simplement dessinés”. C’est à la simplicité que je voudrais consacrer ce dernier billet avant l’été: à trois albums à la radicale simplicité, et dont l’efficacité tient justement dans ce dépouillement.

Le premier, signé Fisher et Labrune, est publié par le jeune éditeur Magnani. Si son catalogue est pour l’instant restreint (trois titres parus, un quatrième annoncé pour l’automne), ses choix sont fermes et plutôt audacieux, et son attachement à l’objet livre, partagé par ses auteurs, n’est pas feint. Les volumes sont soignés, le papier épais, les encrages denses, la typographie est choisie avec discernement. L’éléphouris est une très belle histoire de relation fusionnelle entre un éléphant et une souris. Le schéma narratif est très classique, sobre et efficace; le texte, ciselé. A la faveur d’un séisme, les animaux qui peuplent la Terre se trouvent tout “mélangés”; des hybrides étranges se sont formés, et voilà que nos deux inséparables sont devenus Un, “l’éléphouris”. Mais le récit nous dit l’inconfort à ne plus faire qu’un lorsqu’on se sent deux. Graphiquement, cette fusion étouffante est présentée de diverses manières, toutes aussi économes:

  • par l’hybridation

  • par l’inclusion

  • par le contraste chromatique

  • par un jeu de découpage sur le plein et le vide

De la même façon, l’alternance entre l’apogée du chaos et le moment d’hébétude qui suit est rendue, les deux fois, avec une grande force graphique.

Le balancement de la norme au désordre, de l’unique à l’hybride est exprimé avec une simplicité graphique qui a la force de l’évidence; le récit est structuré en étapes purement visuelles, qui accompagnent et soulignent le récit textuel. Le tout forme un très joli petit conte étiologique (on comprend ainsi pourquoi l’éléphant a peur des souris), bien mené, aussi convaincant dans la musicalité du texte, très écrit, que dans l’équilibre des images et de la mise en page, enfin très adapté au jeune public qui sera sensible aussi bien à la simplicité linéaire de l’histoire, à l’énergie des contrastes de formes et de couleurs, qu’à l’élégance du texte (“ce qu’il y avait encore d’éléphant dans l’éléphouris ne supportait pas le fromage, et ne voulait manger que de répugnantes feuilles de baobab”). On s’imagine bien lire et relire cet album aux petits qui ont l’âge du ressassement…

C’est la même recherche de perfection par la simplicité que conduisent les éditions MeMo, cette année, en rééditant deux albums au graphisme aussi simple que leur message est profond. Mon Chat personnel et privé spécialement réservé à mon usage particulier, de Sandol Stoddard et Remy Charlip, est paru initialement en 1963; Dans la boite, de Dorothy Kunhardt, a été publié pour la première fois en 1934. Dans les deux cas, un dessin minimaliste, appuyé par un travail très fin de composition et de mise en page, construit visuellement le rapport à l’histoire, et transmet le message.

Sandol Stoddard, Remy Charlip, Mon chat personnel, MeMo, 2012 (1963).

Mon chat personnel est une jolie fable sur la nature du lien qui unit un petit garçon et “son” chat; c’est aussi, métaphoriquement, une réflexion sur la liberté de chacun dans la relation. Le texte, très répétitif, est écrit en capitales noires, rigoureuses; parfois abondant, il laisse pourtant s’exprimer l’image, réduite à l’essentiel. Et c’est souvent par la composition des pages que se disent tantôt l’abus de pouvoir, tantôt l’évitement, tantôt le bonheur et l’équilibre.

C’est avec Dans la boite de Dorothy Kunhardt que cette quête de simplicité atteint sa perfection. Les pages bordées d’un cadre jaune irrégulier, le lettrage manuel, la trichromie (rouge – noir – jaune): tout s’accorde à la simplicité enfantine de l’histoire. Il est ici question d’un cirque dans lequel le clou du spectacle est une petite boite, de laquelle sort un chien minuscule, le petit Pioui, adoré de tous. Or un jour, le chien se met à grandir ; comme il ne sait rien faire de spectaculaire, il lui faut quitter le cirque… mais miracle, sa croissance se poursuit, et le voilà devenu chien géant, qui peut réintégrer le spectacle!

Dorothy Kunhardt, Dans la boite, MeMo, 2012 (1934).

La simplicité graphique (texte et dessins) est toute au service d’un texte qui se dit d’un souffle. Très théâtral, inspiré du débit d’un bateleur forain, il adopte les répétitions familières au langage enfantin, et la syntaxe qui court et roule souligne comme avec des roulements de tambours les étapes de cette histoire infime et dramatique, pendant que les doubles pages, alternant surcharge et dépouillement, font subir au lecteur-regardeur le même rythme haletant.

Dans la boite est un livre pour enfants parfait. L’histoire, très simple et bien rythmée, suscite l’intérêt, et l’attachement du jeune lecteur; en même temps, plus subtilement, elle lui dit quelque chose sur son statut à lui, vénéré parce que tout-petit… mais sans cesse menacé, parce qu’il grandit, de devenir tout simplement “normal”, et même pire que normal, puisque le petit Pioui, incapable de réaliser les prodiges de tous les autres artistes du cirque, doit être exclu du cercle familier. Heureusement, au moment où cette “normalité” acquise par la croissance menace de causer sa disgrâce, un renversement le fait passer du statut d’ “intéressant parce que tout-petit” à “intéressant parce que grand et beau”. “Mon cher petit Pioui, tu n’as plus besoin de t’en aller maintenant que tu es si beau et si grand que tu es exactement le chien qu’il me faut pour mon cirque“, lui dit l’homme au chapeau rouge. C’est évidemment, par-delà le chien, un message adressé à l’enfant qui grandit.

Bien loin du spectaculaire tapageur, des prouesses d’architecture de papier, des déploiements en 3D et de la “réalité augmentée”, un temps vantée comme le prolongement inévitable du livre, ces trois albums montrent qu’il est possible de toucher profondément les enfants avec des moyens graphiques en apparence rudimentaires: dessin au trait sans artifice, découpage, modération chromatique. Ces livres amusent, fascinent et bouleversent, parce que leurs auteurs et leurs éditeurs ont cru… au livre, c’est à dire à ce support contraignant dont ils ont parfaitement intégré les limites. Ni les auteurs, ni les éditeurs n’ont oublié qu’une histoire, c’était un rythme (il est chaque fois très rigoureux) et des personnages auxquels on s’identifie moins qu’on ne les incorpore. Ni les auteurs, ni les éditeurs n’ont oublié qu’une histoire, c’était un texte, et dans les trois cas il est travaillé en finesse, musical, efficace et clair mais sans mièvrerie, tantôt proche de la litanie enfantine dans les anaphores, tantôt au contraire au plus près de la poésie, qui encapsule une expérience singulière dans une alliance de termes qui restent, sédimentent, et construisent la  culture littéraire du jeune enfant ( les “répugnantes feuilles de baoboab” sont à ranger près du “serpent python bicolore de rocher”). Ce sont de magnifiques livres pour enfants…

  1. « Faire bouger les lignes de l’album », La Revue des Livres pour Enfants, n°264, mai 2012, p. 80-89. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.