Recherche ou pédagogie? Retour sur deux jours à Cambridge

Nous rentrons (quand je dis “nous”, il s’agit de Mathilde Lévêque et Laurence Chaffin, Christophe Meunier et Matthieu Letourneux) d’une courte journée de “symposium” (je crois que nous aurions dit “journée d’études” en français) à Cambridge, dont l’origine est liée à ce blog: ayant dû renoncer à participer à un colloque international où j’étais pourtant annoncée, j’ai été contactée il y a plusieurs mois par une jeune française doctorante à Cambridge, curieuse de savoir ce qui se faisait en France dans le domaine des recherches sur les livres pour enfants, notamment les albums. Clémentine Beauvais a rapidement proposé d’organiser une journée d’échanges entre chercheurs, débutants et confirmés, et nous sommes partis en délégation représenter l’Afreloce pour cette rencontre franco-anglaise d’une journée.

Je m’étais promis de présenter l’état d’avancement de ma Poétique de l’album, mais accaparée par les tâches pédagogiques de début d’année, et inquiète du développement qu’ont pris ces dernières semaines mes recherches elles-mêmes, j’ai préféré ne présenter que les prémices de ce travail encore inédit, c’est-à-dire la source pédagogique d’où elles découlent — car ce travail théorique auquel je me suis attelée n’a d’autre origine que les questions que me pose le fait de devoir enseigner l’album pour enfants à des étudiants. Consciente de l’aspect inabouti de cette présentation, frustrée par mon incapacité à exprimer une pensée fine, complexe, ou même claire en anglais, je reviens pourtant de ce bref séjour avec une envie renouvelée de rédiger cet essai théorique – de même que j’étais sortie de la Matinée du patrimoine consacrée aux Petits livres d’or, la semaine dernière, avec un enthousiasme réaffirmé pour cette recherche historique.

Si seule l’urgence m’a conduite à recentrer ma présentation sur son origine pédagogique, pourtant avec du recul il me semble que le sens de cette démarche est profond. De vivre 48 heures dans cette bulle préservée qu’est la petite ville de Cambridge nous a évidemment fait mesurer l’écart entre ces hauts lieux de la vie universitaire européenne et la réalité matérielle dans laquelle nous exerçons notre profession d’enseignants-chercheurs. Pour autant, je n’échangerais pas ma place. Bien sûr, je consacre beaucoup plus de temps et d’énergie à mon enseignement qu’à ma recherche, par la force des choses – ainsi ma recherche n’avance pas comme elle devrait, mes publications ne sont pas si nombreuses, et je boude les “international conferences”, trop coûteuses en tout (temps, énergie, billets d’avion et efforts linguistiques). Mais mon enseignement nourrit ma recherche bien plus qu’il ne la vampirise. C’est parce qu’enseigner me questionne, année après année, que je reprends mes objets, interminablement, pour les réexaminer. C’est parce que mes étudiants s’interrogent, m’interrogent, s’enthousiasment ou s’agacent, que je fais des efforts pour leur rendre intelligible ce qui leur est inconnu, ou imperméable. Et lorsque je tente de mettre par écrit la synthèse d’années d’enseignement, c’est moins pour jouer le jeu de la carrière universitaire (et, banalement, de l’HDR que je serais censée faire), doper mon ranking ou parader dans les congrès, que dans l’espoir de faire partager plus largement, plus clairement, en prenant plus de temps, ce que je tente de transmettre au quotidien dans mes cours et mes séminaires. Ce n’était donc pas une erreur, ou une facilité, que de présenter à Cambridge ma démarche pédagogique en lieu et place de mes résultats de recherches (encore non-rédigés): c’était logique. Et je sais maintenant que cette poétique en train de s’écrire est dédiée à mes étudiants, passés, présents et à venir, étudiants de l’université française gratuite et pauvre, futurs enseignants, bibliothécaires ou libraires, certains peut-être chercheurs ou éditeurs, dont le soin me préoccupe en permanence de manière plus urgente que mes travaux de recherches…


2 réflexions sur « Recherche ou pédagogie? Retour sur deux jours à Cambridge »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.