Espace et spatialité dans l’album

Gaëtan Dorémus, Plus Tard, Editions du Rouergue, 2000.

Ce jeudi 23 juin, Christophe Meunier a soutenu son mémoire de Master 2 intitulé Espaces et spatialités dans les albums pour enfants, devant un jury composé de Laurent Cailly, géographe et co-directeur de recherches, Laurent Gerbier, philosophe, et moi-même, représentant les Lettres. Cette soutenance mérite d’être signalée à deux titres. D’une part parce qu’elle a réuni, et c’est peu commun, quatre chercheurs venus de quatre disciplines, puisque Christophe Meunier lui-même est issu d’un cursus d’histoire. D’autre part parce que ce fut un moment d’échange intense, de confrontation méthodologique et de partage intellectuel très stimulants.

Intervenant la première, au titre de co-directrice de ce travail de master, j’ai relevé quatre points qui méritaient d’être repris, réarticulés, approfondis et développés dans le cadre d’un prolongement de cette recherche en thèse. D’une part, la question de la subjectivité s’exprimant dans l’album pour enfants, à travers le jeu de fusion/distinction, très classique en littérature, entre les trois instances du narrateur, de l’auteur et du personnage. L’exemple liminaire emprunté à Uri Shulevtiz et son album Comment j’ai appris la géographie interroge en effet, par-delà la réflexion sur l’imaginaire de la carte, la possibilité pour l’album d’exprimer une émotion de nature autobiographique. À cet égard, il convient d’interroger le corpus avec discernement: les expression s de la spatialité qui y ont cours peuvent-elles s’analyser de la même manière selon qu’on les prête à des personnages inventés (par exemple, une famille de souris) ou à un protagoniste censé incarner l’auteur-narrateur lui-même?

Cette première question en amène une seconde, qui est une préoccupation constante dans mes propres recherches. Il s’agit de la question du narrateur iconique, et de la distinction entre de ce qui est perçu, et ce qui est transmis ou transcrit par le dessin. Les questions de représentation abordées par Christophe Meunier, en partie celles qui naissent de sa typologie (Cartes et plans, topogrammes, paysages, panoramiques, vues obliques et vues en coupe), posent en effet ces questions sous le double angle de la perception et de la retransmission au lecteur-regardeur de l’album.

On peut poursuivre cette même réflexion cette fois-ci en s’attachant au lecteur enfant, que Christophe Meunier, dans le cadre de ce mémoire, a abordé sous le seul angle de l’élève en situation d’apprentissage (et notamment en situation d’apprentissages de compétences de nature géographique, dans un cadre scolaire). Il me semble qu’il faut distinguer la productions de cartes et plans issues de l’enfant-élève, qui visent à l’intelligibilité, et celles de l’artiste, qui visent, dans les albums du corpus représenté ici, à transmettre, faire partager, et exprimer, donc qui peuvent au besoin sacrifier l’intelligibilité et la monosémie au souci poétique (au sens que Jakobson donne à ce terme, dans son analyse des fonctions du discours). Il convient donc sans doute de bien séparer, dans les activés pédagogiques, apprendre à “penser l’espace” et apprendre à “représenter l’espace”.

Mais la réflexion sans doute la plus féconde, sur le plan de l’analyse du récit en images, est celle que Christophe Meunier développe autour du paradigme de l’expulsion du jardin d’Eden, monde clos et cartographié sous la forme circulaire. Beaucoup des albums analysés dans ce mémoire, en effet, semblent organiser leur dynamique à partir d’une expulsion de cette nature, qui génère le récit et lui donne son rythme. C’est une hypothèse de lecture intéressante car elle institue l’espace comme mode de propulsion du récit, alors que depuis des années, la vulgarisation à l’extrême des théories du récit issues du structuralisme a banalisé l’idée que seul le temps structurait le récit (sous la forme du schéma “situation initiale / événement perturbateur / péripéties / dénouement”). Christophe Meunier est ici en train d’inventer une manière de lire l’album qui pourrait se révéler extrêmement pertinente.

L’intervention de Laurent Cailly, que je ne résumerai pas ici, a tout de même posé une question absolument centrale: en quoi ce travail est-il encore de la géographie? Ce faisant, Laurent Cailly suggère qu’il ne faut pas rester  dans les œuvres, mais qu’elles doivent aussi être examinées en tant qu’elles sont des produits culturels. La fécondité de ces travaux pluridisciplinaire tient précisément à cette confrontation des regards portés sur les objets: il ne s’agit pas d’abolir les spécificité disciplinaires, et s’affranchissant des démarches épistémologiques propres à chaque culture sous prétexte qu’on en brasse plusieurs. Au contraire, la pluridisciplinarité ici consiste à examiner le même objets sous plusieurs angles, à ne jamais se satisfaire de ses propres routines. Penser l’album à la fois comme œuvre et comme produit culturel d’une société donnée, à un instant t, reflétant et transmettant des idéologies spatiales, des schèmes socio-spatiaux dominants, c’est une des pistes qui ont été suggérées à Christophe Meunier pour prolonger son travail de recherches sous la forme d’une thèse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.