Albums de la Première guerre mondiale

Lors de la dernière séance du séminaire que l’Afreloce tient à l’École Normale Supérieure, Béatrice Zunino est venue présenter sa thèse en cours, sous le titre Héritages iconographiques dans les livres d’images militaires allemands (1909-1920). Il est toujours réjouissant de rencontrer des chercheurs qui explorent le domaine du livre d’images pour enfant, particulièrement quand leur corpus (ici, des livres allemands du début du XXe siècle, dont la thématique est militaire), leur période, et leur méthode d’approche sortent de l’ordinaire – l’ “ordinaire” étant, à mes yeux, le cas où un chercheur de culture essentiellement littéraire se penche sur des albums à forte dimension littéraire eux-mêmes, avec une amplitude temporelle qui ne va pas au-delà des années 1970. Mathilde Lévêque a rendu compte du détail de cette passionnante intervention sur le Magasin des Enfants. Bérénice Zunino a réuni un corpus d’un intérêt considérable, qui pose d’innombrables questions, auxquelles sa thèse répondra: qui étaient les auteurs, et surtout bien sûr les illustrateurs de ces Bilderbücher? Qui étaient les éditeurs, les commanditaires? Qui étaient les imprimeurs? Son exposé montre en effet la diversité des styles et des techniques déployés dans cet ensemble de livres; certains rappellent ouvertement l’iconographie des planches murales utilisées dans l’enseignement scolaire, d’autres évoquent, comme elle l’a bien montré, la peinture historique, mais les questions matérielles de reproduction de l’image invitent aussi à se poser la question du transfert générique (peinture historique / imagerie enfantine) en termes de choix techniques: les images d’Angelo Jank ne manquent en effet pas de force, dans leur version “simplifiée” pour l’édition. Bien que le genre disparaisse brutalement à la fin de la guerre, on peut se demander s’il a permis d’apporter, dans le champ du livre illustré pour l’enfance, des éléments stylistiques nouveaux, qui se retrouveraient dans les albums publiés après la guerre – ou si tout cela n’était qu’un feu de paille, balayé par l’histoire. Quoi qu’il en soit, la présentation de Bérénice Zunino a offert un échantillonnage très stimulant des objets et des questions avec lesquels elle se débat dans le cadre de sa recherche; on attend avec impatience de pouvoir lire sa thèse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.