Les Images libres

Loïc Boyer a publié il y a quelques semaines, aux éditions MeMo, un beau livre qui est aussi un livre savant. Sous le titre Les Images libres. Dessiner pour l’enfant entre 1966 et 1986, il développe une analyse passionnante de l’illustration (pour enfants, mais pas seulement) dans les années qui précèdent immédiatement et qui suivent longuement le moment 1968. Le livre devra désormais figurer dans toutes les bibliographies des bibliothécaires pour la jeunesse, mais aussi des illustrateurs et des graphistes. Il récapitule pas mal de choses qu’on savait déjà, mais qui étaient dispersées, pas du tout accessibles sous la forme d’un livre unique ; et il y ajoute vraiment beaucoup, beaucoup de choses qu’on ne savait pas, qu’il a patiemment glanées au fil de ses lectures, de ses achats de livres, de ses entretiens avec des artistes et de ses recherches en archives, et qu’il a su associer et mettre en perspective de manière intelligente et lumineuse.

Un regard de graphiste

Le livre est passionnant parce que, justement, Loïc Boyer était le seul qui puisse le faire. Graphiste lui-même, très bon connaisseur des albums pour enfants (notamment pour être l’éditeur de la collection de rééditions patrimoniales “Cligne cligne” chez Didier jeunesse), c’est toujours par l’image et le visuel qu’il aborde les livres et leur histoire. Nous avons eu l’occasion de travailler ensemble – par exemple, pour un article à 4 mains sur Okapi paru dans la revue en ligne Neuvième art 2.0 – ce qui m’a permis de constater que, sur les mêmes objets, nous avions un regard différent : le mien était plus influencé par les habitudes de l’histoire de l’édition, tandis que le sien savait mieux voir les images, détecter un effet de typographie, repérer l’influence d’un graphiste, estimer le travail fait sur le choix du papier ou la qualité d’un encrage, etc. Son livre sur les “années 1968” et leur génération d’illustrateurs est un livre de graphiste, en en cela il est passionnant. Il sait nous donner des clés pour comprendre notre propre fascination pour cette explosion d’albums nouveaux, au tournant des années 1970. C’est tout à fait évident quand il évoque des questions techniques, aussi bien de mise en page que de fabrication. Il parle ainsi des “images à la craie d’Eleonore Schmid” pour The Tree (Harlin Quist 1966) “publiée[e]s en quadrichromie sans séparation des couleurs” et de “la maquette soignée qui voit chaque paragraphe du texte justifié marqué d’un petit arbre typographique rouge” (p.32) et, à l’autre bout de sa chronologie, de la généralisation du papier glacé :

“La généralisation du papier glacé a été extrêmement valorisante pour les images des illustrateurs. Le papier non couché qui était courant quand il s’agissait d’imprimer quelques couleurs en tons directs n’est plus adapté pour rendre l’intensité et la luminosité de la palette des artistes alors à la manœuvre, car il a tendance à boire les encres. Désormais on empêche les couleurs de pénétrer les fibres, en les laissant à la surface, éclatantes. Et la brillance devient la norme.” (p.146)

Cet intérêt très spécifique de Loïc Boyer pour les questions graphiques (mise en page, fabrication) le conduit à mettre l’accent sur le rôle des directeurs artistiques de l’époque, surtout Patrick Couratin et Jean Claverie (chapitre “Directions artistiques”), dont il retrace le parcours d’une manière complètement inédite et pertinente. Cela le conduit aussi à attirer l’attention de son lecteur, à de nombreuses reprises, sur les questions de typographie et de lettrage, faisant ici remarquer l’usage d’une police qui vient d’être mise en circulation, là l’intérêt marqué par un fondeur de l’époque, ailleurs encore la nature de la formation des artistes de ces années, qui avaient appris la calligraphie dans leurs écoles d’art.

Ce regard de dessinateur et graphiste sur des albums que je connais bien me paraît profondément rafraichissant. Loïc Boyer montre bien, d’ailleurs, que la manière dont ces livres furent reçus au moment de leur parution, même par des bibliothécaires “de pointe”, ne portait sur l’image que de manière mineure. J’ai eu moi-même l’occasion de relire les critiques parues dans les premières années de La Revue des livres pour enfants, sous l’angle du regard esthétique, ce qui m’avait permis de constater leur caractère assez aléatoire. Dans la décennie qui suivra, le développement de la sémiotique permettra d’accorder plus d’intérêt aux images, mais toujours pas pour leur dimension artistique et plastique. La manière dont Loïc Boyer aborde ces albums est donc extrêmement neuve. Sans feindre de prendre l’illustration pour de la peinture ou l’expression des “Beaux Arts” (ce qui conduit souvent, hélas, à souligner la beauté “picturale” d’une image), il adopte ce qui est à mon sens le point de vue le plus juste, celui des arts graphiques. C’est bien dans un continuum qui va de l’album à l’affiche qu’il nous propose d’observer les illustrations de ces années riches en invention. Jusqu’à présent, je n’avais pas lu, en français, d’approche aussi pertinente à cet égard: on sort d’une approche thématique (qui fut d’ailleurs, à l’époque, celle de Françoise Dolto) ou idéologique, pour penser la forme – et en art, la forme, c’est le fond…

Un livre très bien informé

Ça me semble un des éléments qui font des Images libres un livre destiné à rester, et ce d’autant plus qu’il est extrêmement bien informé. La préparation de ce livre a conduit Loïc Boyer à réaliser de très nombreux entretiens avec les acteurs majeurs de cette aventure, et ces informations de première main donnent toute sa consistance au propos du livre. Tout l’intérêt vient de la subtilité avec laquelle ces entretiens sont utilisés. Usant peu du verbatim, Loïc Boyer évite ainsi l’écueil qui guette tous les biographes : prendre fait et cause pour un individu, un parcours, une histoire singulière – adopter le point de vue autocentré d’un témoin ou d’un acteur majeur. Habile, le livre de Loïc Boyer est donc extrêmement bien documenté, nourri de nombreux apports, autant de sources vivantes (éditeurs, artistes, professionnels du livre) que de sources d’époque (notamment la presse) et de documents imprimés qu’il a patiemment collectés, certains ayant d’ailleurs fait l’objet de précédentes publications qui sont ici remises en perspective de manière plus ample.

Une iconographie inédite

Un autre attrait de ce “beau” livre tient à la richesse de l’iconographie que Loïc Boyer a su réunir. Bien sûr, nous retrouvons des couvertures que nous connaissons (de Pierre l’ébouriffé à Bus 24), et des images devenues emblématiques (les poissons sortant des bouches imaginés par Philippe Corentin pour le Conte n°3, ou le visage vert de haine de Bernard Bonhomme dans Ah! Ernesto, qui évoque tellement l’affiche “End Bad Breath” de Seymour Chwast). Mais le livre regorge de documents rares, de livres mal connus (je n’avais jamais eu entre les mains les titres de la collection “Manipule”), de dessins et peintures originaux, de pages de garde, de gros plans sur la composition d’une sublime page de titre intérieur, de publicités, d’affiches, de couvertures pop-up pour des disques parus aux éditions Le Chant du monde… À cet égard, le livre fonctionne comme une sorte de catalogue de l’exposition “Sans fin la fête – Les années pop” qui se tient jusqu’au 25 juin 2022 à la bibliothèque de la part-dieu à Lyon, dont Loïc Boyer est aussi le commissaire. Pour ceux qui n’ont pas la chance d’aller voir l’exposition, le livre publié chez MeMo offre une réunion extraordinaire de documents rares ou inédits, sortis des collections privées de leurs auteurs ou de fonds d’archives comme de bibliothèques et de collections personnelles, et je ne connais aucun autre lieu où l’on puisse trouver autant d’images d’aussi belle qualité sur cette production. Le travail d’iconographie, tout comme le travail de maquette et de fabrication, sont ici remarquables.

Et en plus, c’est bien écrit!

Last but not least, le livre de Loïc Boyer se lit comme un roman. Personnel dans ses choix comme dans ses enthousiasmes, le texte emporte son lecteur du début à la fin de cette aventure d’une vingtaine d’années. L’érudition de l’auteur n’est jamais pesante, le rythme n’est jamais languissant, et l’écriture a aussi la légèreté fantasque qu’on retrouve chez les inventeurs de ces “images libres”. Ce n’est pas une qualité mineure, parce que de cette manière, Loïc Boyer sait pouvoir toucher un lectorat élargi, composé bien sûr de professionnels du livre pour enfants, d’étudiants, de graphistes, mais aussi, bien au-delà de curieux, d’amoureux des images, de nostalgiques des années “pop”. Quel plaisir !

Un petit regret

Je termine par un petit regret, en tant que chercheuse, et en pensant aux lecteurs qui voudraient aller plus loin : il n’y a pas de bibliographie qui récapitule les travaux sur lesquels ce livre très riche a pu s’appuyer. Bien sûr il y a les notes de bas de page, mais quand même, tout récapituler à la fin, c’est un usage qui a ses avantages… D’autant que les notes ne sont pas toujours présentes là où les attendrait. Si les derniers chapitres, “la société et les images libres” puis “Le long voyage”1 renvoient à pas mal de sources difficiles à trouver mais aussi à un livre à paraître de Viviane Ezratty qu’on a hâte de lire2, en revanche il n’y a presque pas de notes au début du livre, alors que Loïc Boyer y récapitule des travaux existants – et je pense que ça aurait été bien d’y renvoyer ceux des lecteurs que ça peut amuser. Par exemple, il manque de toute évidence un renvoi aux travaux de Sophie Heywood qui, avec son programme “Le ’68 des enfants“, a donné une nouvelle impulsion, en 2018, à des chercheurs éparpillés dans toute l’Europe – ce qui aboutit à un colloque international, une publication en accès libre de la revue Strenæ, une exposition à la médiathèque Françoise Sagan, toutes manifestations auxquelles Loïc Boyer a d’ailleurs apporté son concours de manière, comme toujours, créative et inspirée. J’ai regretté de ne pas trouver de renvoi au numéro de Strenæ sur Robert Delpire, des références aux chercheurs qui ont mis en évidence le rôle extrêmement créatif d’André Hellé3 ou l’apport essentiel de Paul Faucher4. C’est dommage, parce que la synthèse fluide proposée par Loïc se lit très agréablement – bien plus agréablement que pas mal de travaux universitaires, ce qui est le propre des livres publiés chez MeMo –, et que de discrètes notes de bas de page n’auraient en rien gâché ce plaisir de lecture. L’appareil critique, de manière très originale, comporte une bibliographie de sources primaires, sous la forme d’une énumération, année par année, d’albums remarquables parus entre 1911 et 1985 : c’est inédit, et très utile. On trouve aussi deux frises chronologiques, l’une permettant une vue synoptique des maisons d’édition de cette période, l’autre mettant en parallèle les publications de quelques grandes figures avec les événements nationaux et internationaux contemporains. Là, encore, c’est à la fois original et pertinent. On s’amuse par exemple de réaliser que le PCF abandonne la doctrine de la dictature du prolétariat l’année où paraît le Conte n°4 de Ionesco aux Éditions universitaires…

MeMo n’est pas un éditeur universitaire, et n’a donc pas les réflexes de suivi éditorial du paratexte (notes, biblio, index, tables…), totalement maniaques, qui relèvent de l’évidence pour les éditeurs universitaires. Ceci explique cela. C’est le prix à payer pour un livre plus joli que s’il avait été universitaire, plus agréable à lire, infiniment mieux illustré. On est à deux doigts de la perfection…

Loïc Boyer, Les images libres: dessiner pour l’enfant entre 1966 et 1986, Nantes, Editions MeMo, 2021.

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Les Images libres," in Album '50', 31 mars 2022, https://album50.hypotheses.org/4934.

  1. bizarrement, il n’y a pas de table des matières… []
  2. Vivane Ezratty, Changer le monde, la mutation post-68 des bibliothèques pour la jeunesse française []
  3. à travers les travaux de l’Association des amis d’André Hellé, fondée par Béatrice Michielsen, Jean-Hugues-Malineau et Jacques Desse []
  4. je citerais notamment Michel Defourny et son rôle déterminant dans les débuts de l’association des amis du Père Castor, et plus tard le travail rigoureux de Michèle Piquard []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.