Nouveaux exposés d’étudiants

Lobel Arnold, Oncle Éléphant, L’Ecole des Loisirs, 1982.
Arnold Lobel, Oncle Éléphant, L’Ecole des Loisirs, 1982.

C.N. a présenté un exposé consacré à Oncle Eléphant d’Arnold Lobel — j’adore Arnold Lobel et chaque nouvelle étude d’un de ses livres me conforte dans la conviction que c’est un grand auteur. Je pense qu’il faudra un jour étudier la manière dont ont été reçus en france (et donc traduits) les ouvrages de la collection “I can read” qu’avait créée Ursula Nordstrom chez Harper & Row en  1957 : non seulement la collection est un merveilleux exemple de ce que le pragmatisme américain peut produire de meilleur, mais il se trouve que très souvent l’étroitesse de la commande a conduit les auteurs à produire de petits concentrés de leur art qui sont autant de bijoux pour les enfants – lecteurs, ou pas encore. Avec un peu de provocation (parfaitement maîtrisée), C.N. a qualifié le titre d’ “album de rien du tout” et s’est très habilement employée à nous montrer comment ce “rien du tout” saisit justement les plus subtiles manifestations de l’inquiétude enfantine. Elle montre aussi comment ce livre, qui paraît consacré au personnage éponyme, est en fait un livre sur la relation. À cet égard, on pouvait aller plus loin, en constatant que le titre lui-même le dit : on n’est “oncle” que… pour un neveu.

DétailDe même, le jeu graphique que mène Lobel, de manière parfaitement virtuose, avec ses éléphants anthropomorphes, fait une place magnifique au “travail de trompe” qu’avait déjà institué Jean de Brunhoff. Ici c’est la trompe qui matérialise le lien, sa rupture, ou l’harmonie de la relation, comme on le voit dans l’image liminaire, qui dit la séparation d’avec les parents, déchirante, mais aussi deux pages plus loin dans ce pacte passé entre l’oncle et le neveu: “Où vais-je aller? demandai-je. Viens chez moi, dit Oncle Eléphant.” C’est le même jeu qui donne toute sa profondeur, à la fois joyeuse et mélancolique, à la scène finale de retrouvailles avec les parents (pas réellement noyés, donc). L’oncle est en arrière-plan, la trompe en berne, tandis que les trompes de la mère et du fils s’enlacent sans se tenir, en arabesques harmonieuses. Et quand sur la même page Oncle Eléphant prend congé de son neveu, la tristesse indicible de la séparation est perceptible dans l’attitude du petit, qui dissimule sa trompe sous les couvertures.

IMG_7984

Kim Xiong, Le petit lion de pierre, Bayard Jeunesse, 2007.
Kim Xiong, Le petit lion de pierre, Bayard Jeunesse, 2007.

C.X., étudiante chinoise, a présenté ensuite Le petit Lion de Pierre, album chinois de Kim Xiong. Comme sa camarade lors de la session précédente, elle nous fait profiter du point de vue particulier qu’elle peut porter sur l’œuvre, et contextualise merveilleusement l’album. Elle insiste notamment sur l’ensemble de l’œuvre de l’auteur, attaché à la conviction qu’il faut, par les livres, faire partager les traditions culturelles chinoises aux jeunes générations qui les ignorent, à la suite des décennies de politiques maoïstes mais aussi à cause de l’exode rural massif de ces dernières années. Ses remarques sur la manifestation des traditions dans l’album sont évidemment lumineuses, et inviteraient presque à organiser un séminaire entièrement assumé par des étudiants d’échanges, dans une approche croisée des albums (version originale / adaptation française). Les observations de C.X. sur les variations de point de vue, qui affectent la taille respective des éléments dans la page, ainsi que tout ce qu’elle suggère à propos des variations de couleur et de luminosité est très fin, et le tout est exprimé dans un français remarquable. Cela pourrait sans doute être complété par quelques réflexions sur l’équilibre entre plein et vide, et sur la place que tient le pli central de la double page dans cet album, mais dans l’ensemble, voilà un nouvel exemple de la richesse que les échanges internationaux apportent à l’enseignement, notamment au niveau master.

Hubert Ben Kemoun  et Frédéric Rébéna , Si..., Tourbillon, 2003.
Hubert Ben Kemoun et Frédéric Rébéna , Si…, Tourbillon, 2003.

P.F. a enchaîné avec la présentation de Si… d’Hubert Ben Kemoun et Frédéric Rébéna. Plus maladroit, son exposé soulève pourtant de bonnes pistes, qu’il aurait fallu pousser plus loin: celle du burlesque, par exemple, dont l’album nous offre un bel échantillonnage, à la fois dans les situations, l’esthétique visuelle, mais aussi le textes (onomatopées et répétitions). Il était possible aussi d’axer la réflexion sur la question de l‘hypothétique comme forme productive de la narration: une image offre-t-elle des possibilités de modalisation? existe-t-il des images “au conditionnel”?…

espace

espace

Albert Lemant, Les Ogres sont des Cons, L’Atelier du Poisson Soluble, 2009.
Albert Lemant, Les Ogres sont des Cons, L’Atelier du Poisson Soluble, 2009.

À la séance suivante, E.R. présente l’un des albums de son corpus de recherches, puisqu’elle réalise un mémoire qui porte sur l’album pour enfants: Les Ogres sont des cons d’Albert Lemant — l’auteur des sublimes Lettres des Îles Girafines. La démarche est très bonne, quoique pas poussée jusqu’à son maximum, faute de temps – les étudiants de master sont déchirés entre leur mémoire de recherches, qui demande beaucoup de temps (un temps qu’ils peinent à gérer, car c’est la première fois qu’on leur demander de s’organiser sur la durée d’une année), et les multiples séminaires que l’université leur impose de suivre. E.R. a pourtant bien repéré les références matérielles et poétiques nombreuses à l’univers de la fable et des moralistes, mais elle n’ose pas pousser sa réflexion dans cette direction. Il y a pourtant dans cet album une mécanique grinçante qui, bien loin de l’absurde, pousse la logique ogresque jusqu’à sa terrible extrémité, comme si Albert Lémant voulait souligner la pertinence du schéma traditionnel du conte: ici, en négligeant soigneusement d’introduire la moindre perturbation à sa situation de départ (contrairement à ce qui se passe dans Le Géant de Zéralda, que le lecteur peut avoir à l’esprit ici), il laisse voir l’enchaînement glaçant des actions de dévoration. Les Ogres sont des cons pourrait être un hymne au conte et à l’efficacité de son déroulement narratif, qui fait jouer à la rupture un rôle central pour enrayer les comportements mortifères. Mais c’est, plus encore, une fable, et même si les proverbes qui encadrent le récit peuvent paraître des pieds-de-nez provocateurs, il n’en reste pas moins que tout le récit, avec son implacable logique, aboutit à l’anéantissement total des protagonistes, ce qui suggère qu’ici Lémant endosse parfaitement l’habit du moraliste. Ce que nous dit l’album, c’est que si nous nous abandonnons à nos pulsions, nous courons à notre perte – rien de nouveau sous le soleil, donc, et toute l’ironie est ici dans l’inadéquation entre un registre graphique et expressif qui se veut provocateur, et un message qui reste étonnamment classique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.