Un livre, c’est fait pour être reproduit

Joëlle Jolivet, "Jardins ouvriers autour du fort d'Ivry", extrait de Vues d'Ivry, Cornelius, 2001.
Joëlle Jolivet, “Jardins ouvriers autour du fort d’Ivry”, extrait de Vues d’Ivry, Cornelius, 2001.

Le festival des illustrateurs qui se tient tous les deux ans en septembre à Moulins a eu la bonne idée de publier de courtes vidéos mettant en valeur l’œuvre d’un illustrateur (ici pour la programmation de 2011, et pour celle de 2013). Je suis particulièrement touchée par celle où Joëlle Jolivet, tout en exposant sa propre esthétique (“je crois que je vois au trait”), rappelle quelques évidences de l’illustration, notamment qu’il s’agit d’un art “appliqué”, destiné à produire non des œuvres uniques, mais des multiples.

“Ce qui m’intéresse, c’est tout ce qui est technique d’impression. Pour moi, un livre, c’est d’abord de l’imprimerie. Plutôt que de faire un joli original impossible à reproduire, je m’intéresse plus au produit fini… ce qui est un peu décalé aujourd’hui, puisque bien sûr on ne va pas imprimer directement les livres avec ça!”

Ces assertions rappellent singulièrement les propos que tenait Elzbieta en  1997 dans L’Enfance de l’art (Editions du Rouergue) :

“L’illustration du livre pour enfants relève de l’imagerie, autrement dit des arts définis comme “appliqués”, un terme sauf erreur un peu tombé en désuétude, arts qui sont dans le même rapport à la pratique artistique que l’est la technologie à la recherche fondamentale. C’est le domaine immense des images reproduites et multipliées par les techniques de l’imprimerie qui se nourrit des plus nobles, des plus ambitieuses de nos représentations visuelles, comme des plus triviales. Toutes passent, avec des bonheurs variés, par le lit de Procuste de l’industrie, et dans tous les cas l’artiste abandonne la maîtrise de son œuvre à des dispositifs sur lesquels il n’a pas prise et dont bien souvent il ignore tout.” (p.67)

Impossible d’insérer ici la vidéo produite par le festival, en technologie flash, qu’il faut donc aller voir sur le site. En revanche, on peut aussi se régaler de l’entretien filmé par Pascale Bordenave en 2011.

 Ce billet est un clin d’œil à B.M., car il prolonge notre conversation récente sur les relations de l’art et de l’illustration…

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Un livre, c’est fait pour être reproduit," in Album '50', 15 avril 2015, https://album50.hypotheses.org/731.


1 réflexion sur « Un livre, c’est fait pour être reproduit »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.