Reprise du séminaire “littératures dessinées”

Ulf Nilsson, Eva Eriksson, Le jour où nous étions seuls au monde, Pastel, 2009.

Le séminaire de master “Littératures dessinées: le cas de l’album pour enfants” que j’assure dans le cadre du master “Lettres Modernes et littérature comparée” a repris cet automne. Avec ces étudiants de 4e année de Lettres, dont la plupart n’ont jamais étudié la littérature pour la jeunesse, encore moins travaillé sur l’image, le défi est toujours très stimulant: comment ces jeunes gens, rompus à l’analyse littéraire, familiers des théories narratives inventées pour l’analyse du roman, sauront-ils se “décentrer” pour observer la manière dont, dans l’album pour enfants, l’image raconte?

L’année dernière, leurs travaux avaient fait l’objet de comptes-rendus publiés sur le blog de la résidence artistique de Marc-Antoine Mathieu, auteur de bande dessinée alors en résidence artistique à l’Université François-Rabelais.

Cette année, dès le début des présentations de travaux, les nouveaux étudiants se révèlent astucieux et finalement très peu désarçonnés par la matérialité  de l’album en tant que support narratif. C’est tout naturellement que ces récits leur paraissent s’intégrer au bagage commun des littératures “légitimes”. D.O. invite ainsi à lire Le Jour où nous étions seuls au monde, de Ulf Nilsson et Eva Eriksson, comme une petite robinsonnade moderne – mais nous convenons que le récit entier, avec sa mise en abyme (le grand frère, convaincu que les parents sont morts écrasés par un camion, n’ose dire la “vérité” à son petit frère qu’en transposant le récit et en mimant, dans une fausse télé en carton, l’histoire de Pingu et sa petite sœur dont les parents ont été écrasés par un camion…), est tout entier centré sur la question de la lecture interprétative. Le “récit dans le récit” indique à l’enfant lecteur que toute histoire racontée lui parle un peu de lui… s’il sait lire entre les lignes; mais l’histoire cadre de cet album est celle d’un petit garçon qui a mal lu: il sort trop tôt de l’école, parce qu’il se trompe en lisant l’heure. Tout est donc affaire de subtilité: qu’est-ce que bien lire? Comment être sûr de bien interpréter?

Gabrielle Vincent, Le violoniste, Rue du monde, 2006.

A.M. a étudié Le Violoniste de Gabrielle Vincent. Il montre, à partir de doubles-pages soigneusement sélectionnées, comment le dispositif en apparence très simple de Gabrielle Vincent permet pourtant de faire alterner images singulatives et images itératives, selon que l’artiste présente le petit garçon ou les voisins observant le violoniste à travers la fenêtre.

Friedrich Karl Waechter, Le loup rouge, L’École des Loisirs, 1998.

Quant à S.I., son analyse de Loup Rouge de Friedrich Karl Waechter, organisée autour de l’image du double, séduit par sa proposition d’une lecture constamment brisée par l’auteur lui-même: changements de styles graphiques, de rythme, changements radicaux de mode d’existence du personnage scandent l’album — une belle lecture des deux images de chute/envol vers le “père des loups” aurait pu se doubler d’une analyse plus circonspecte du “récit dans le récit” que constitue, ici encore, la suite de 5 pages finales au cours desquelles Loup Rouge revit son existence, sous forme de petites vignettes soigneusement réduites et remontées par l’illustrateur.

Friedrich Karl Waechter, Le loup rouge, L’École des Loisirs, 1998.

 


1 réflexion sur « Reprise du séminaire “littératures dessinées” »

  1. Ils ont des idées lumineuses tes étudiants!
    Le Magasin des Enfants m’a menée jusqu’ici… à suivre donc, je vois que tu as attrapé le virus du carnet de recherches

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.