Séminaire, séance du 21 octobre

Michael Rosen, Quentin Blake, Quand je suis triste, Gallimard jeunesse, 2005.

Par l’effet du hasard (les étudiants choisissent leur album et leur place dans le calendrier), la séance du 21 octobre fut consacrée à des albums particulièrement mélancoliques. Le travail n’en était que plus passionnant. E.B. a présenté l’album  de Michael Rosen, illustré par Quentin Blake, Michael Rosen Sad Book, publié par Gallimard en 2005 sous le titre Quand je suis triste. Le lien avec les autres albums étudiés dans le cadre de ce séminaire est soigneusement établi, ce qui montre que les études proposées successivement par les étudiants sédimentent et leur construisent une culture graphique et narrative, tout en contribuant à leur formation théorique.

Michael Rosen, Quentin Blake, Quand je suis triste, Gallimard jeunesse, 2005.

A propos d’une des images de portrait du narrateur, proposées par Blake, E.B. a cette formule: “cette illustration est mensongère”. J’aime beaucoup cette idée. Elle évoque pour moi les travaux que Dorrit Cohn développe, dans Le Propre de la fiction, sur le narrateur “indigne de confiance”, et que j’ai tenté d’appliquer à l’album, notamment à la narration iconique, dans une étude consacrée à l’album merveilleux de Friedrich Karl Waechter, Da Bin Ich, traduit depuis chez MeMo sous le titre Me voici1.

E.B. installe son outillage théorique surtout vers la fin de son exposé, en montrant que dans cet album, l’auteur utilise le biais du “personnage” pour créer un avatar qui à la fois exprime sa tristesse réelle mais la filtre aussi, de sorte qu’elle soit à la fois perceptible par le jeune lecteur, mais en même temps acceptable: il ne s’agit pas de dévaster l’enfant lecteur en lui mettant imprudemment devant les yeux la profondeur de l’abîme que traverse l’homme, mais de mobiliser le truchement du personnage pour partager.

Claude Martinguay, Philippe Dumas, Le Mendiant, La Joie de lire, 2003.

Le deuxième exposé est consacré à un autre très bel album, Le Mendiant, de Claude Martinguay, illustré par Philippe Dumas (La Joie de Lire, 2003). D.L. fait une étude intéressante de l’album, mais se concentre sur des questions de temporalité, certes pertinentes, alors que nous avons convenu, cette année, de nous intéresser à deux questions théoriques; celle du personnage, et celle de l’expression du point de vue. J’ai renoncé à aborder ces notions sous l’angle théorique, qui avait le double inconvénient de replonger les étudiants dans un corpus théorique qui les lasse un peu, et de retarder le moment de se confronter à la nouveauté et à la difficulté d’une narration texte-image.

L’album étonne pourtant ici par l’absence totale de récit: tout est discours, le texte est intégralement constitué des propos échangés entre le petit garçon et le personnage-narrateur principale, son grand-père. Et il est question d’un double souvenir: le grand-père se souvient d’avoir croisé ce mendiant qui l’a tant bouleversé. Et le petit garçon se souvient que son grand-père lui a déjà maintes fois raconté cette histoire. Dommage que D.L. n’ait pas pris appui sur les deux jolies formules qui ponctuent le texte, et qui faisaient une jolie ouverture pour analyser l’album. D’une part, la réponse du petit garçon à son grand-père qui s’étonne de devoir raconter un récit déjà connu: “J’aime quand tu dis les choses. Elles me semblent plus vivantes”. Et la formule de clôture du grand-père, refusant de donner le nom du mendiant avec qui il a lié cette communication épistolaire: “Les choses les plus précieuses pour le cœur n’ont pas toujours un nom”.

Rascal, En 2000 trop loin, Pastel, 2009

Le dernier exposé est remarquable, à la fois parce qu’il délivre sur l’album de Rascal, En 2000 trop loin (Pastel, 2009), un point de vue riche et approfondi, mais aussi parce que l’étudiante, M.W., d’origine américaine, mène son analyse au mépris des règles de la rhétorique universitaire rabâchée de puis la première année — au point qu’une étudiante sort en disant d’un air admiratif “on vient de prendre une bonne leçon…”

Rascal, En 2000 trop loin, Pastel, 2009

Fluide et très progressive, la démarche de M.W. lui permet d’entrer dans l’album par cercles concentriques, livrant une analyse de plus en plus fine des jeux de style et de technique développés par Rascal. Elle distingue bien ce que voit le personnage narrateur (peu de choses) et ce qu’il  perçoit et qui est mis en avant dans des images qui ne reflètent jamais la réalité. Sa démarche s’organise autour de couples d’opposition, dont elle montre qu’ils structurent l’album: rapprochement-séparation (et l’image de la balançoire est magistralement analysée), se souvenir-oublier, passage du temps-temps arrêté. Au terme de cette démonstration, il lui est alors très simple de montrer que l’imagination et l’écrit sont les deux planches de salut du petit narrateur, mais elle le fait, en analysant le style choisi par Rascal pour ses dessins à la grande froideur apparente.

Ces trois albums à la thématique un peu sombre ont permis une avancée que j’estime décisive dans la compréhension du fonctionnement iconotextuel. Ce qu’on a perdu en précision théorique, par ce choix de procéder uniquement par d’études de cas, il me semble que dès la deuxième salve d’exposé on le conquiert en richesse et en variété dans les démarches d’analyse pragmatique.

  1. cette étude est parue sous le titre “La littérature en album est-elle (encore) subversive ?” dans la revue Modernités, n°28, 2008, ‘L’Album contemporain pour la jeunesse : nouvelles formes, nouveaux lecteurs? ”, p.237-250 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.