Kuniyoshi

Il reste quelques jours pour profiter de la magnifique exposition consacrée à Kuniyoshi au Petit Palais. Bien qu’il soit toujours difficile d’apprécier des estampes de format réduit dans une exposition à la forte affluence, le choix d’accrochage du Petit Palais en fait malgré tout une expérience fascinante. Au fil des salles, on découvre diverses facettes de la production de Kuniyoshi (1797-1861), moins connu en Europe que ses prédécesseurs Hiroshige ou Hokusai, mais dont les images exercent un durable pouvoir de séduction. Les explications, peu nombreuses mais judicieusement choisies, permettent de contextualiser un minimum. La période d’activité de Kuniyoshi correspond à une période de prospérité pour le Japon de l’ère Edo. La capitale est alors la ville la plus peuplée du monde, elle offre des plaisirs raffinés, et l’estampe les célèbre, notamment en attirant l’attention du public vers les spectacles de théâtre Kabuki, les acteurs et les geishas,  vers les lieux de plaisir et de contemplation de la nature, etc. L’estampe est un art de la reproduction d’images qui permet leur large dissémination, à l’opposé d’un art élitiste. Kuniyoshi se fait un nom, notamment avec de grandes séries d’estampes narratives, qui nous paraissent fantastiques (profusion de monstres, fantômes, crabes et araignées géants, grenouilles maléfiques…). Lorsqu’au milieu du siècle une réforme somptuaire interdit les représentations de courtisanes ou de comédiens, Kuniyoshi contourne l’interdiction en dessinant des scènes dont les protagonistes sont des animaux, pourtant parfaitement reconnaissables. La vivacité des scènes, l’art de la composition, l’imagination débridée et le soin méticuleux apporté aux détails font de la contemplation de ces images un ravissement, même lorsqu’on manque évidemment des éléments culturels permettant d’identifier et de pleinement comprendre ce qui est représenté. Kuniyoshichat

sc144872

e.10605-1886_27_1000

Il est étrange cependant que la configuration des lieux (particulièrement contrainte ?…) oblige le spectateur à subir, dans un couloir aveugle, une pseudo-animation en taille géante d’une estampe qui n’a aucunement besoin, justement, d’être “animée” par un dispositif mécanique. On peut aussi regretter que la seule explication concernant la manière dont ces estampes étaient produite consiste en un boyau, en fin d’exposition, où une vitrine un peu maigre le dispute à un tout petit écran passant en boucle un court film explicatif : l’intérêt du processus aurait mérité un travail pédagogique un peu plus ample, un écran plus large, et des sièges pour les spectateurs ! La délicatesse des traits, la complexité des compositions et la profusion des couleurs, donc des manipulations successives, laissent pantois d’admiration devant la maîtrise technique des graveurs, au-delà même du talent de créateur du dessinateur lui-même.

Enfin on peut s’étonner du choix des commissaires d’avoir couplé, autour du thème un peu tiré par les cheveux du “fantastique”, cette exposition d’estampes polychromes exubérantes avec plusieurs salles consacrées à de petites estampes en noir “de Goya à Redon en passant par Delacroix et Gustave Doré”, dans le cadre d’un partenariat entre le Petit Palais et la BnF. En effet, malgré le soin apporté, là encore, à l’accrochage, les petites gravures sombres et délicates du XIXe siècle français pâtissent de la proximité avec le déploiement de fantasmagories éclatantes de couleur et de fantaisie du maître japonais.

On peut retrouver des milliers de photographies d’estampes de Kuniyoshi sur le site ukiyo-e.org. De nombreux sites web tentent d’expliquer de quelle manière sont gravées les planches de cerisier permettant l’impression de ces images polychromes, puis de quelle manière sont obtenues les estampes elles-mêmes, à la manière traditionnelle (assez différente de ce qui se pratique en Europe pour l’impression des xylogravures) ; à mes yeux, l’explication finalement la plus pédagogique est fournie par le producteur d’estampes modernes David Bull, qui a détaillé tout le processus de fabrication au fil d’une série de petites vidéos sur YouTube, Ukiyoe Heroes.

 


1 réflexion sur « Kuniyoshi »

  1. Bonjour Cécile,

    J’ai moi aussi vu ces deux expositions, et ai également trouvé la deuxième bien terne par rapport à la première. Mais je n’y ai pas trouvé les mêmes raisons: je me suis surtout dit que l’accrochage sur les estampes fantastiques du XIXe siècle faisait pâle figure parce qu’il s’agit en bonne majorité d’images qu’on a déjà vues et revues, alors que Kuniyoshi est largement inédit, contrairement à d’autres brillants artistes de l’ukiyo-e comme Hokusai et Hiroshige, dans notre univers visuel occidental. Quand on y pense, les lithos de Redon sont tout aussi fantaisistes que celles de Kuniyoshi, et tout aussi étonnantes, fantasmagoriques, etc., sauf qu’on les connaît par cœur.
    Et c’est justement ce qu’on peut reprocher à la deuxième expo à mon sens, c’est qu’elle ne prend pas beaucoup de risques… il aurait pu s’y trouver bien d’autres choses que les habituels “chefs-d’oeuvre” qui font la part belle du canon de l’estampe du XIXe, mais les commissaires n’ont pas (ou peu) pris le risque de présenter des abécédaires morbides, des silhouettes fantasmagoriques ou bien surtout un peu plus de gravures étrangères (ils ont bien montré des Goya…, pourquoi pas un peu plus de Rethel, des Cruikshank, etc.), et surtout le propos des cartels n’apprenait rien.
    Aussi, entre la découverte d’un artiste inconnu, en couleurs, et la révision des classiques, en noir et blanc, c’est normal que Kuniyoshi s’en sorte haut la main. Éblouissante, cette exposition. Une grande découverte pour moi, de même que l’expo Darger il y a quelques mois au Musée d’art moderne de Paris. Mon seul regret est que le catalogue d’expo soit épuisé…

Répondre à François Fièvre Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.