Archives mensuelles : mai 2018

Peste ou choléra ?

Comme il faisait un temps splendide, j’ai passé mon après-midi en réunion (selon la loi qui veut qu’il pleuve le week-end). Je suis membre du bureau d’une école doctorale, au sein de mon université. Nous nous réunissons à intervalles réguliers pour des discussions souvent fastidieuses, toujours intéressantes, concernant les thèses menées et soutenues dans notre université, la formation que nous donnons à nos doctorants, la manière dont ils s’insèrent dans nos équipes de recherches. C’est l’occasion, car l’école est pluridisciplinaire, de faire une nouvelle fois le constat de la disparité des pratiques, des attentes, des implicites. Nous ne sommes, en général, d’accord sur rien : ni sur la durée des thèses, ni sur les modalités de l’encadrement, ni sur notre rôle dans la professionnalisation des doctorants. Ce ne sont pas des désaccords de fond, mais l’expression de différences culturelles, lies à des histoires disciplinaires distinctes, à des conditions matérielles très différentes selon les facultés, à des perspectives professionnelles qui n’ont rien de similaire selon les branches. Bref : c’est toujours épuisant, et en même temps, par certains côtés, rafraîchissant. Continuer la lecture de Peste ou choléra ? 

Des images hypnotiques du 68 des enfants

C’est une exposition enthousiasmante qui clôt (presque) le programme de recherches imaginé par Sophie Heywood autour du 1968 des enfants. Pour mémoire, le programme a notamment déjà donné matière à un colloque international, organisé par Sophie à l’université de Tours en octobre 2017, « 1968 and the boundaries of childhood », et à une publication copieuse dans le n°13 de la revue Strenæ, paru… mardi dernier! Cette fois, l’exposition était organisée par la médiathèque Françoise Sagan, avec, au commissariat d’expo, Sophie Heywood et Cécile Vergez-Sans. Continuer la lecture de Des images hypnotiques du 68 des enfants