Archives mensuelles : avril 2020

Boite à outil et Capucine

J’ai dit sur ce carnet de recherches tout le scepticisme que m’inspirait la « continuité pédagogique ». Par ailleurs, je n’ai cessé, au quotidien, d’alerter collègues et supérieurs des graves difficultés dans lesquelles se débattaient nos étudiants, et d’insister pour que nous mettions en place des mesures de bouclage de l’année qui n’accentuent pas de manière aveugle les déterminismes sociaux. Des semaines ont passé, et pendant ces semaines, nous n’avons pas cessé d’être profs –pas un seul instant alors même que nous sommes supposés « en vacances »! Ce qui veut dire que le souci de nos étudiants, de leurs difficultés, des nécessités de continuer à leur apprendre des choses et de leur apprendre à faire des choses, n’a quitté personne je pense. Ce qui finit par donner, sur le web, des propositions très intéressantes. Autant la « continuité pédagogique » à l’échelle individuelle me paraît relever du mensonge (oups… on dit « communication »), autant cette situation d’éloignement de chacun à l’égard des lieux de transmission pédagogique accélère de généreux mouvements de coopération à large échelle. Dans ce billet, je voudrais parler de La Boite à outils des historiens… et de Capucine, une fonte typographique créée par Alice Savoie.

Continuer la lecture de Boite à outil et Capucine

Lecture du moment: Vincent Jouve, Pouvoirs de la fiction

Les travaux de Vincent Jouve font partie de « l’outillage de base » de l’analyse littéraire, qu’il s’agisse des notions d' »effet-personnage » (1992) ou de « poétique des valeurs » (2001) qui se sont gentiment imposées comme des références claires, accessibles et efficaces. J’ai donc été ravie de découvrir, cet automne, qu’il avait sorti un nouveau livre consacré aux « pouvoirs de la fiction », qui plus est sous-titré « pourquoi aime-t-on les histoires? » (Armand Colin, 2019). Au-delà de mon intérêt pour ces questions, c’est précisément une des notions que j’essaie d’interroger avec mes étudiants du module « Langues et éducation » que j’initie à la littérature pour la jeunesse. En effet, ils débutent toujours ce cours avec, chevillée au corps, la conviction que les histoires servent à faire la morale aux enfants – il me faut bien deux semestres pour essayer de les convaincre d’élargir un peu la perspective… J’ai donc sauté sur ce titre, en me disant qu’il me fournirait peut-être de nouveaux leviers pour aider mes étudiants à y voir plus clair.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Vincent Jouve, Pouvoirs de la fiction

Qui parle des albums?

Cette période de réclusion forcée me donne l’occasion de rattraper un certain retard de lectures universitaires. Je souhaitais notamment lire tout ce qui s’écrit, depuis une dizaine d’année, sur l’album, dans divers milieux professionnels. Il me semblait intéressant d’essayer de confirmer (ou démentir) une intuition que j’avais eue, à parcourir quelques articles: j’ai eu en effet l’impression que beaucoup de chercheurs, au cours de leurs travaux, en viennent à évoquer l’album, comme objet principal ou secondaire de leur intérêt (linguistiques, didacticiens, enseignants, sociologues), et que d’une manière générale ils semblent en parler sans savoir sur quelle base ferme s’appuyer. Ce qui me frappe, et que j’aimerais confirmer par des lectures plus systématiques, c’est qu’aucun discours stable sur ce qu’est un « album » n’émerge dans ces travaux, ce que confirme d’ailleurs généralement la bibliographie associée à l’article. J’en tirerai, en fin de billet, quelques conclusions bien sûr, mais en attendant, cette discipline de lecture me permet de découvrir des travaux de chercheurs que je connaissais mal, voire pas du tout. Ces derniers jours, mes lectures ont concerné des travaux de linguistes.

Continuer la lecture de Qui parle des albums?