Un « manuel » pour illustrateurs

L’auteur, illustratrice et très grande connaisseuse de l’album pour enfants Anna Castagnoli vient de publier un Manuale dell’illustratore (Editrice Bibliografica, 2017) sous-titré Come pubblicare album per bambini dont on rêverait qu’il soit traduit en français – tout au moins la première partie, celle qui consiste en conseils de réalisation adressés aux illustrateurs. Continuer la lecture de Un « manuel » pour illustrateurs 

Il n’est pas un auteur jeunesse (dit-il)

Vincent Cuvellier publie chez Gallimard Giboulées un petit essai biographique, intitulé avec provocation Je ne suis pas un auteur jeunesse. La désinvolture du ton pourrait laisser penser qu’il ne s’agit que de mouvements d’humeur, alors que mine de rien, Vincent Cuvellier pose en 120 pages toutes les questions essentielles à qui réfléchit sur la littérature « pour la jeunesse ». C’est rafraîchissant et décoiffant ! Continuer la lecture de Il n’est pas un auteur jeunesse (dit-il) 

Conversation avec Kitty Crowther

Les éditions Pyramyd, bien connues des amateurs de création graphique, ont décidé de lancer une collection de monographies baptisée « Conversations », et le premier volume (on espère qu’ils seront nombreux !) est consacré à Kitty Crowther. Magnifiquement mis en page (des extraits sont disponibles sur le site de l’éditeur) et réalisé, le livre est également – et surtout – un passionnant voyage au cœur de la création. Continuer la lecture de Conversation avec Kitty Crowther 

En souvenir de Jacques Chupeau

Nous avons appris ce matin, avec tristesse, la mort de Jacques Chupeau, ancien maître de conférences en littérature du XVIIe siècle à l’Université de Tours. C’est lui qui a initié l’enseignement de la littérature pour la jeunesse au sein de l’université de Tours, lui encore qui a insisté, au moment de prendre sa retraite, pour que le profil du poste qu’il libérait soit orienté vers la littérature pour la jeunesse. C’est encore lui qui, avec une cordialité dont tous garderont le souvenir, m’a accueillie le jour où je suis venue me présenter aux auditions. Une fois élue sur ce poste, lorsque je viens m’installer en Touraine avec ma famille, sa femme et lui nous firent un accueil familial et chaleureux, plein de délicatesse – Jacques par ailleurs me céda une partie de sa bibliothèque professionnelle, jugeant que j’en aurais plus besoin que lui désormais. À chacune des manifestations que j’ai pu organiser, lors de chacune de mes publications, il eut un mot gentil, une attention fine – il était là encore, avec sa femme, pour mon habilitation à diriger des recherches. Je garderai toujours le souvenir de cette élégance et de cette générosité. Il nous reste désormais, pour nous souvenir de Jacques Chupeau, à lire et relire le savoureux article qu’il avait consacré à « l’équivoque enjouée » dans le conte du Petit Chaperon rouge1!

[illustration extraite d’un manuscrit des Contes de Perrault, 1695, disponible sur la base Utpictura]

  1. Jacques Chupeau, « Sur l’équivoque enjouée au Grand Siècle. L’exemple du Petit Chaperon rouge », XVIIe siècle, janvier-mars 1986, p.36-42 []

Lire des poèmes sous la pluie

Ce matin, premier lundi du Printemps des Poètes, j’ai rejoint dans le quartier du Sanitas à Tours les « brigades d’intervention poétique » qui chaque année, en ouverture de ces semaines consacrées à la poésie, accompagnent les habitants sur le chemin du travail et de l’école, en offrant des poèmes. Continuer la lecture de Lire des poèmes sous la pluie 

Nous, les filles – ou le retour de la petite robe

Mon université s’intéresse à l’égalité femmes-hommes. Par exemple, cette semaine, nous avons été informés de l’ouverture des candidatures pour recevoir la Prime d’encadrement doctoral et de recherche. À cette occasion, notre attention a été attirée sur la sous-représentation des maîtres de conférences et des femmes (donc, sans doute, des maîtresses de conférence, cumulardes !) dans les candidatures à cette prime. Continuer la lecture de Nous, les filles – ou le retour de la petite robe 

Lire à voix haute

Ce vendredi 27 janvier, grâce au service culturel de l’université, j’ai pu accueillir Christian Sterne, comédien de la compagnie Les Fous de Bassan, et Dominique Veaute, animatrice lecture à Livre Passerelle, pour une journée de formation « lecture d’albums à haute voix » offerte à une dizaine d’étudiantes, dans le cadre d’un projet que nous avons intitulé « Bibliothèque de rue étudiante ». Continuer la lecture de Lire à voix haute 

Danser l’album

Samedi dernier, le séminaire de l’Afreloce à l’ENS accueillait Pascale Tardif, conseillère pédagogique, accompagnée de deux professeurs des écoles, Anaïs Hoffman et Nathalie Mangeard (fidèle du séminaire !) pour nous présenter les réalisations d’un programme éducatif et artistique de l’académie de Versailles, « Danser avec les albums jeunesse ». Le titre me laissait un peu sceptique, mais l’intervention à trois voix m’a pleinement convaincue, non seulement de l’intérêt de la démarche, mais aussi de la qualité remarquable du travail mené sur le terrain par tous ces enseignants et danseurs. Continuer la lecture de Danser l’album 

Roberto Innocenti

img_7306Les éditions Gallimard ont publié en 2015 une traduction des entretiens de l’illustrateur italien Roberto Innocenti avec la chercheuse Rossana Dedola. La version originale de cet ouvrage était parue en 2012 aux éditions Della Porta (Pise), et la revue Strenæ en avait publié un compte-rendu. L’ouvrage m’avait initialement été signalé par Elisabeth Aubert-Lesquoy, qui a réalisé cette traduction pour Gallimard, et qui anime l’excellent blog Lectures italiennes. Continuer la lecture de Roberto Innocenti 

Formation à distance: un bilan pièces en main

Cours en ligne #14. Ça y est, le semestre d’enseignement à distance est terminé : les étudiants ont eu jusque début décembre pour consulter tous les modules et ils se sont retrouvés le 8 décembre sous ma surveillance pour composer pendant deux heures, c’est-à-dire pour rédiger l’analyse d’un album qui leur était distribué – analyse que je viens de finir de corriger. Continuer la lecture de Formation à distance: un bilan pièces en main